BEST

BEST 2017-06-07T11:08:04+00:00

Le programme BEST (Régime volontaire pour la biodiversité et les services écosystémiques dans les territoires des régions ultrapériphériques et les pays et territoires d’outre-mer de l’Union européenne) est financé par le programme thématique « Biens publics mondiaux et défis qui les accompagnent » de l’Union Européenne, dans le cadre de l’Instrument de Coopération au Développement (DCI). Il est actuellement en cours en Polynésie française sous la forme de deux projets : l’action préparatoire BEST (page officielle) et BEST 2.0 (page officielle).

L’action préparatoire BEST

Initiée par le Parlement européen et mise en œuvre par la Commission européenne, cette action vise à encourager la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique et des services écosystémiques dans l’Outre-mer européen et à mettre en place un dispositif de financement de la biodiversité de l’outre-mer sur le long terme. L’action préparatoire a financé en 2011 (BEST I) et 2012 (BEST II) 16 projets sur le terrain (240 millions XPF / 2 millions € pour chaque appel à proposition) et a également financé le projet BEST III, actuellement en cours. Dans le cadre des appels à propositions ouverts en 2011 et 2012, 20% des projets présentés ont été financés, dont 3 concernant la Polynésie :

  • Protection et gestion durable des oiseaux terrestres de Polynésie française menacés d’extinction et de leurs habitats (SOP MANU) – Société d’ornithologie de Polynésie française) pour la période 2012-2014: financé à hauteur de 29.75 millions XPF (249 308.64 € – soit 59% du budget total du projet), ce projet a mis en œuvre des actions de bio-surveillance et de restauration des écosystèmes locaux ainsi que des actions de sensibilisation et de communication, afin de promouvoir la gestion durable des espèces d’oiseaux les plus menacés en Polynésie française. Les sites pilotes de ces actions ont été : Tahiti, Fatu Hiva (Marquises), Tahuata (Marquises), Ua Huka (Marquises) et Rimatara (Australes).
  • Coral reefs in a changing world – ecosystemic services from coral reefs : public tools for decision making in New Caledonia and French Polynesia – CORAIL (CRIOBE) pour la période 2013-2016 : mis en œuvre par le CRIOBE et financé à hauteur de 26.42 millions XPF (221 433 € – soit 82% du budget total du projet), ce projet vise à modéliser des scenarios de protection et de conservation des récifs coralliens. Lancé en mai 2013, il s’intéresse plus spécifiquement aux risques sanitaires (développement des micro-algues toxiques – ciguatera) et aux menaces environnementales (développement des étoiles de mer coralliphages) susceptibles d’impacter les récifs coralliens ainsi qu’aux mécanismes de gouvernance des aires marines protégées.
  • South Pacific Ocean Ecosystemic Analysis – PACIOCEA (AAMP) pour la période 2013-2015: Coordonné par l’Agence des Aires marines protégées et le Programme Régional Océanien pour l’Environnement (PROE / SPREP), le programme PACIOCEA est financé à hauteur de 59.50 millions XPF (498 617.28 € – soit 55% du budget total du projet) et a débuté en juillet 2013. L’Agence des aires marines protégées a cofinancé le projet à hauteur de 404 453 euros. Lancé officiellement lors d’une rencontre organisée, fin novembre 2013, à l’Université du Pacifique Sud à Suva (Fidji), il a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la gestion du milieu marin, par l’élaboration d’un cadre de planification spatiale marine à l’échelle du Pacifique Sud. Différentes étapes sont prévues pour atteindre cet objectif : élaborer une planification spatiale marine adaptée au Pacifique sud, identifier, rassembler et synthétiser en termes d’enjeux pour la gestion de l’espace marin les données existantes, identifier des zones prioritaires et enfin disséminer les résultats. Les bénéficiaires sont les PTOM du Pacifique et les autres Etats du Pacifique.

L’enveloppe de 240 millions XPF (2 millions €) allouée à l’action préparatoire BEST III par le Parlement européen pour 2013 a été intégralement consacrée au financement d’un programme visant à structurer un fonds partenarial européen pérenne pour la préservation de la biodiversité ultramarine, mené par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Dans le cadre du projet de BEST III, des hub régionaux ont été créés dans chaque région. Ils ont chargés de préparer les profils écosystémiques et les stratégies de financement BEST pour chaque région. Le comité français de l’UICN est chargé de coordonner l’élaboration du Profil d’écosystèmes de la région Pacifique qui intègre la Polynésie française, Pitcairn, la Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna (plus d’informations disponibles ici).

Le profil d’écosystèmes pour la Polynésie française a été présenté au public polynésien en octobre 2015. Il définit les zones clé de la biodiversité et les thématiques prioritaires pour les investissements BEST à venir. La stratégie d’investissement BEST a été présentée en 2016 et est en attente de validation. Elle a l’objectif de définir un portfolio de projets de conservation « clés en main » pour des potentiels bailleurs de fonds intéressés à investir dans la biodiversité de Polynésie française.

Le programme BEST 2.0

Parallèlement au déroulement de l’action préparatoire BEST, un nouveau programme appelé BEST 2.0 a été lancé en 2015. Le programme BEST 2.0 est un programme financé par la DG DEVCO de la Commission Européenne à travers B4Life (Biodiversity for Life), un des programmes phare du programme « Biens globaux et les défis qui les accompagnent », issu de l’Instrument pour la Coopération au Développement (ICD). BEST 2.0 est un programme qui a été conçu en tenant compte des caractéristiques de la biodiversité d’outre-mer et s’adresse uniquement aux PTOM de l’UE. Le programme vise à promouvoir la conservation de la biodiversité, l’utilisation durable des ressources naturelles et des services écosystémiques et promeut les approches pour l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses effets basées sur les écosystèmes.

Dans le cadre du programme BEST 2.0, deux appels à proposition ont été publiés en Polynésie française en 2015 et 2016 pour un budget total de 6 millions € (environ 720 millions XPF).

Le premier appel à proposition a été publié en septembre 2015 et concernait les subventions moyennes (entre 100.000 et 400.000 €).

Deux  propositions ont été choisies par la Commission Européenne pour l’attribution d’une subvention BEST 2.0 en Polynésie française:

  • Ceinture Bleue de Biodiversité du Pacifique –Le Secrétariat du Programme régional océanien de l’environnement – Partenaire: AAMP
  • Objectifs: Amélioration des connaissances sur les méthodologies appropriées pour la planification et la gestion des petites et grandes AMP dans tous les PTOM du Pacifique; mise à disposition de directives techniques et méthodologiques de mise en œuvre; Application de bonnes pratiques en matière d’écotourisme, notamment dans l’utilisation et la gestion des sentiers pédagogiques côtiers et sous-marins.
  • Sauver de l’extinction les deux oiseaux les plus menacés de Polynésie française – Association Manu Société d’Ornithologie de Polynésie
  • Objectifs : contribuer à la sauvegarde du monarque de Fatu Hiva et du monarque de Tahiti en contrôlant les menaces de prédation de ces espèces tout en surveillant la taille de leur     population et leur succès de reproduction.

Le second appel à projets publié en avril 2016 concernait les petites subventions (jusqu’à 100.000€). Dans le cadre des petites subventions,  le programme a mis à disposition des formations pour renforcer les capacités des petites organisations.

Sur les 25 projets présentés, 6 ont été financés Polynésie française:

1/ Tukemaragai: restauration écologique des petites îles du Sud-Est des Gambier – Commune des Gambier

2/ Conservation des vestiges de forêts naturelles du plateau de Maraeti’a, vallée de la Punaruu, Tahiti –  Association Te rau atiati a tau a hiti noatu

3/ Conservation du Martin-chasseur de Niau, en danger critique d’extinction, par la communauté locale – Associations Vaitamae et la SOP MANU

4/ Renforcement des capacités locales pour la protection du patrimoine naturel terrestre de Rimatara – Association Rimaura

5/ Hei Moana, Les sentinelles de l’Océan – Association Te mana o te moana

6/ Sauvegarde de la flore menacée de l’atoll de Anaa et définition de zones prioritaires de conservation basées sur la flore et la malacofaune sur les atolls soulevés de Anaa et Niau aux Tuamotu – Association Pu Tahi Haga no Ganaa

 

Lancement de l’appel à projets  « Petites subventions » le 20 mars 2017

 

 

Liens utiles:

Action préparatoire BEST ici

Programme BEST 2.0 ici

Page du Comité français de l’UICN sur le programme BEST ici