Le Comité technique des subventions de jeunesse et d’éducation populaire (CTJEP) s’est réuni en séance plénière le mardi 30 juin 2020 au sein des locaux de la DJS. Sous la présidence de la ministre de l’éducation, de la jeunesse et des sports, madame Christelle LEHARTEL, il a statué sur la répartition des financements dans le champ de la jeunesse et de l’éducation populaire.

Rôle du CTJEP

Le CTJEP, créé par arrêté du 03 octobre 2008, est chargé d’émettre un avis sur la répartition des subventions que la Polynésie française attribue chaque année aux groupements dans le domaine de la jeunesse et de l’éducation populaire.

Le CTJEP comprend trois collèges :

  • 4 membres de droit :
    • le Président de la Polynésie française ou son représentant ;
    • le Haut-commissaire de la République en Polynésie française ou son représentant ;
    • le Chef de la mission d’appui technique Jeunesse et Sports ;
    • la Présidente de l’Union polynésienne de la jeunesse (UPJ) ou son représentant.
  • 3 représentants de la Polynésie française ;
  • 3 représentants des mouvements de la jeunesse et de l’éducation populaire.

Le CTJEP soutient les projets sur 4 grandes orientations en jeunesse et éducation populaire qui se déclinent en 17 axes de financement :

  • Orientation 1 : soutenir et accompagner l’activité des organisateurs de Centres de vacances et de loisirs (CVL) ;
  • Orientation 2 : contribuer à la professionnalisation par la formation et la certification ;
  • Orientation 3 : favoriser le développement des actions inscrites dans les priorités ministérielles ;
  • Orientation 4 : soutenir le développement de la vie associative de jeunesse en Polynésie française.

Le Pays et l’État contribuent à mettre en œuvre les financements dédiés à la jeunesse. Pour 2020, les financements du Pays ont continué à augmenter au cours des dernières années et n’ont pas subi d’abattement malgré la crise sanitaire de la COVID-19 subie par le Pays.

Le CTJEP a été l’occasion de faire un bilan de la campagne 2019. Le bilan des projets a été très positif et probant. On peut noter l’implication des associations de jeunesse et d’éducation populaire pour la mise en place de projets divers et variés, à visée éducative, ciblés sur un public large dont des mineurs de quartiers prioritaires, des encadrants de jeunesse et d’éducation populaire.

Lors de la séance plénière, le CTJEP a examiné pas moins de 130 projets portés par 34 associations : 60% des projets présentés par les associations concernaient la structuration de la vie associative ainsi que les actions éducatives de proximité, et 40 % concernaient les CVL.

La campagne de communication menée en début d’année a permis de diffuser l’information aux associations et de dynamiser le réseau associatif.