“La 3ème réunion du Comité de coordination territorial (CCT) du projet régional océanien des territoires pour la gestion durable des écosystèmes (PROTEGE), s’est tenue ce vendredi 10 juillet à la Présidence.

Cette réunion a permis de rassembler, sous l’égide de la Présidence de la Polynésie française, l’ensemble des ministères, services et partenaires impliqués dans la mise en œuvre du projet PROTEGE, notamment la direction de l’agriculture, la direction des ressources marines et la direction de l’environnement.

Elle a permis de rappeler aux ministères, chefs de file et services partenaires les principales décisions du 2ème Comité de pilotage régional tenu le 23 avril 2020 par visioconférence : révision de la charte de gouvernance, renforcement de la durabilité des systèmes alimentaires, validation du plan de mise en œuvre révisé et adoption des principes de la démarche de Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE). La programmation technique des actions territoriales pour l’année à venir a également été présentée par les animateurs des 4 thèmes du projet : l’agriculture et la foresterie, la pêche et l’aquaculture, l’eau et les espèces envahissantes. De nouvelles pistes de collaboration transversale entre thématiques ont été identifiées. De larges échanges s’en sont suivis sur la mise en œuvre du programme, dans la perspective d’un partenariat toujours plus efficace entre les agences de mises en œuvre du projet et les services territoriaux chefs de file.

Pour rappel, le projet PROTEGE vise à construire un développement durable et résilient des économies des pays et territoires d’outre-mer (PTOM) du Pacifique face au changement climatique, en s’appuyant sur la biodiversité et les ressources naturelles renouvelables. S’étendant sur la période 2018-2022, PROTEGE est financé dans le cadre de l’enveloppe du 11ème Fonds Européen de Développement régional à hauteur de 36 millions d’euros, soit plus de 4,3 milliards F CFP.

Ce projet de coopération régionale est mis en œuvre par la Communauté du Pacifique (CPS) et le Programme régional océanien de l’environnement (PROE) au bénéfice de la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, Wallis-et-Futuna et Pitcairn.”

Communiqué du bureau de la communication de la Présidence