La protection de l’environnement 2017-10-02T01:04:22+00:00

photo baie de Maareva

Les moyens de transport modernes aériens et maritimes ont facilité la circulation des espèces animales et végétales à travers la planète volontairement, parfois accidentellement ou même clandestinement.

Introduction d’espèces nouvelles

Pour faire face à la menace envers la biodiversité de notre pays, l’introduction en Polynésie française de spécimens vivants d’espèces animales ou végétales n’existant pas sur le territoire est interdite et passible, en cas de fraude, d’une amende pouvant aller jusqu’à 1 000 000 FCP. Seul le conseil des ministres peut décider, après avis la commission des sites et des monuments naturels, de dérogation sous réserve, pour le demandeur, d’établir la preuve de l’innocuité de la nouvelle espèce sur la biodiversité locale.

Consultez la base de données EPI. Si l’espèce que vous recherchez n’y figure pas, il vous faut probablement vous assurer, au préalable, auprès de la direction de l’environnement qu’elle n’est pas envahissante avant de déposer une demande de permis d’importation. Téléchargez la réglementation relative à la protection de la nature. ou le Code de l’environnement.

La protection de notre environnement par des mesures phyto et zoosanitaires se fait aussi en :

Définition

Une espèce endémique est une espèce vivante dont la présence à l’état naturel est limitée à une région donnée. La Polynésie française, parce qu’elle est isolée, est riche en espèces endémiques.

Liste des espèces protégées en Polynésie française

Sur proposition du ministre en charge de l’environnement et après avis de la commission des sites et monuments naturels, un arrêté pris en conseil des ministres fixe la liste des espèces végétales et animales vulnérables ou en danger (catégorie A), rares ou d’intérêt particulier (catégorie B).

La liste catégorie A comprend actuellement 212 espèces réparties comme suit :

  • 166 espèces de la flore terrestre
  • 1 genre d’escargots terrestres
  • 4 espèces de mollusques marins
  • 1 genre de poissons marins
  • 2 espèces de reptiles marins
  • 33 espèces de la faune aviaire terrestre
  • 5 espèces de la faune aviaire marines

> Téléchargez la liste détaillée des espèces protégées relevant de la catégorie A.

Dans la liste B sont inscrits :

  • les baleines et autres mammifères marins,
  • le santal des Marquises, Santalum insulare var. deckeri et var. marchionense,
  • les poissons appartenant au taxon des Elasmobranchii (requins) sauf les raies et le requin Mako (Isurus oxyrinchus).

Pour en savoir plus sur la flore ou sur la faune aviaire polynésiennes, visitez le site de l’Herbier de la Polynésie française, sur la Flore des Marquises, de Tahiti heritage, de Tiaredex ou de la société d’ornithologie Manu.

Ce qui est interdit

La destruction, la mutilation, la cueillette, la capture d’individus de ces espèces morts ou vivants ainsi que leur transport, leur utilisation, leur détention, leur mise en vente, leur vente ou leur achat sont interdits en tout lieu et en tout temps.

La destruction ou la dégradation de leurs habitats sont également interdites.

Toute fraude est passible d’une amende de 50 000 à 1 000 000 F CFP et d’une peine de 2 à 6 mois d’emprisonnement et /ou d’une amende de 350 000 à 9 000 000 F CFP en cas de récidive.

Définition

Les espèces envahissantes sont des plantes ou des animaux qui ont été introduits dans une région située en dehors de leur site d’origine et qui se développent au détriment des espèces locales.

Leurs actions sur l’environnement

Elles sont responsables de :

  • l’extinction d’autres espèces (deuxième cause d’appauvrissement de la biodiversité au niveau mondial) ;
  • dommages agricoles ;
  • dégradation du paysage et de la qualité de vie ;
  • problèmes de santé publique.

Liste des espèces envahissantes en Polynésie française

La liste des espèces envahissantes menaçant la biodiversité est fixée par un arrêté pris en conseil des ministres. Elle comporte actuellement 35 espèces végétales et 11 espèces animales.

Ce qui est interdit

L’importation ainsi que le transfert d’une île à l’autre de spécimens vivants sont strictement interdits. Pour les espèces végétales, la multiplication et la plantation sont également prohibées. Des mesures de contrôle voire d’éradication de ces espèces peuvent être prises par arrêté en conseil des ministres.

Toute fraude est passible d’une amende de 50 000 à 1 000 000 F CFP et d’une peine de 2 à 6 mois d’emprisonnement et /ou d’une amende de 350 000 à 9 000 000 F CFP en cas de récidive.

Comment protéger la biodiversité de nos îles ?

Chacun peut participer à la protection de la biodiversité en :

  • demandant un permis d’importation avant toute introduction de végétaux ou d’animaux ;
  • demandant un certificat phytosanitaire avant toute expédition dans les îles de la Polynésie française ;
  • éliminant les espèces envahissantes de son jardin ;
  • ne transportant pas de terre (et plantes en pot) d’un point à un autre ;
  • nettoyant les chaussures de marche après chaque sortie.

La CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d’extinction) appelée aussi la Convention de Washington contrôle et réglemente le commerce international des spécimens des espèces inscrites à ses annexes I, II et III. Toute importation, exportation, ré-exportation de spécimen des espèces couvertes par la Convention doit être autorisée dans le cadre d’un système de permis.