Autres animaux de compagnie 2019-04-10T15:37:41+00:00

A l’heure actuelle les importations d’oiseaux ou de reptiles ne sont pas autorisées sur le territoire de la Polynésie Française.

Pour tous les autres cas, veuillez effectuer votre demande de permis d’importation préalable, un courrier d’information personnalisé vous sera alors adressé.

Conditions zoosanitaires applicables lors de l’introduction et de l’importation des lapins domestiques de l’espèce Oryctolagus cuniculus 

A –  avoir été identifiés individuellement, soit par une marque agréée officiellement, soit par un transpondeur répondant à la norme ISO. Ils doivent avoir été identifiés par un marquage permanent s’ils ont séjourné dans un pays infecté par le virus rabique au cours des 6 mois précédant leur chargement ;

B –   ne pas être dans le dernier tiers de gestation le jour du chargement ;

C –   avoir séjourné depuis leur naissance, ou au moins durant les 60 derniers jours, dans un pays indemne de maladie hémorragique du lapin ;

D –  soit avoir séjourné :

1° depuis leur naissance dans un pays indemne de myiase à Cochliomyia hominivorax ou à Chrysomya bezziana, soit avoir été examinés immédiatement avant leur chargement, dans l’élevage d’origine, par un vétérinaire officiel en vue de détecter la présence éventuelle de plaies contenant des œufs ou larves de Cochliomyia hominivorax ou de Chrysomya bezziana avec résultat négatif ;

2° depuis leur naissance ou pendant les 6 mois ayant précédé le chargement, dans un pays ou une zone indemne de rage et de myxomatose, soit avoir séjourné pendant les 6 mois ayant précédé leur chargement, dans une exploitation ou des installations biosécurisées dans lesquelles :

–    aucun cas de rage n’a été signalé au moins pendant les 12 mois ayant précédé leur chargement ou avoir été vaccinés ou avoir reçu une vaccination de rappel en suivant les recommandations du fabricant au moyen d’un vaccin préparé et utilisé selon les normes décrites dans le manuel de l’OIE et étant en cours de validité durant les six mois précédant le chargement ;

–    aucun cas de myxomatose a été officiellement déclaré pendant la même période ;

E –   pour les lapereaux d’un jour, provenir de reproductrices qui ont séjourné dans un pays indemne de maladie hémorragique du lapin au moins durant les 60 derniers jours ;

F –   « Pour la maladie hémorragique du lapin, ne pas avoir été vaccinés et avoir fait l’objet d’une épreuve sérologique, réalisée par un laboratoire accrédité *dans les 60 jours ayant précédé le chargement, dont le résultat s’est révélé négatif ;  »

G –  avoir subi un traitement curatif contre les parasites internes y compris la coccidiose, se terminant dans les 48 heures précédant leur chargement ;

H –  avoir subi un traitement contre les parasites externes à l’aide d’un antiparasitaire efficace contre les tiques et les puces dans les 48 heures précédant leur chargement et, si le pays d’expédition n’est pas indemne de myiase à Cochliomyia hominivorax ou à Chrysomya bezziana, avoir été traités par balnéation, pulvérisation ou tout autre procédé avec un produit officiellement agréé par le pays importateur et le pays exportateur pour le contrôle de la myiase à Cochliomyia hominivorax ou à Chrysomya bezziana sous la surveillance d’un vétérinaire officiel et conformément aux recommandations du fabricant ;

I –    n’avoir présenté le jour de leur chargement aucun signe clinique des maladies suivantes :

1° rage et, si le pays du lieu de chargement n’en est pas indemne, ni le jour l’ayant précédé ;

2° myxomatose et maladie hémorragique du lapin ;

J –    et avoir subi, après le traitement antiparasitaire prévu au point H, un examen approfondi du pelage incluant les oreilles, les espaces interdigités et la région péri-anale, et ne présenter aucun parasite externe visible ou palpable, ni aucune plaie contenant des œufs ou larves de Cochliomyia hominivorax ou à Chrysomya bezziana :

–    soit dans l’élevage d’origine ou dans une station de quarantaine au moment de leur chargement vers la Polynésie française si le pays d’expédition n’est pas indemne de myiase à Cochliomyia hominivorax ou à Chrysomya bezziana, et avoir été immédiatement après le traitement antiparasitaire prévu au point H placés dans une cage de transport scellée et recouverte de moustiquaire dont la taille des mailles doit être adaptée et imprégnée d’un produit insecticide agréé ;

–    soit à l’aéroport ou au port au moment de leur chargement vers la Polynésie française ;

–    soit dans une station de quarantaine dans les 48 heures précédant leur chargement, les animaux y étant isolés jusqu’à leur chargement.

*Dr Lorenzo Capucci Istituto Zooprofilattico Sperimentale della Lombardia e dell’Emilia Romagna
‘B. Ubertini’ Via A. Bianchi No. 7/9 25124 Brescia ITALY
Tel: +39-30 229 06 17   Fax: +39-30 229 05 59  Email: lorenzo.capucci@izsler.it

Documents à produire pour l’obtention du permis d’importation préalable

1°    un justificatif de l’identité des animaux ;

2°    une déclaration du propriétaire établissant les pays dans lesquels les animaux ont séjourné ou transité depuis leur naissance ou au cours des 6 derniers mois précédant la demande ;

3°    le mode de transport (aérien ou maritime) et, le cas échéant, la liste des escales prévues pour l’aéronef.

Cadre réglementaire

Arrêté n° 978 CM du 27 juin 2014 portant fixation des conditions zoosanitaires applicables lors de l’introduction et de l’importation des lapins domestiques

La maladie hémorragique du lapin : fiche d’information ANSES / fiche maladie RHD OIE

Le cochon d’Inde (Cavia porcellus) est un rongeur de taille moyenne, appartenant à la famille des Caviidae et originaire de la cordillère des Andes. C’est l’espèce domestiquée issue du cobaye sauvage appelé Cavia aperea. D’abord élevé pour sa chair dans les pays andins, puis comme animal de laboratoire, le cobaye est aussi souvent adopté comme animal de compagnie par ceux qui apprécient son caractère calme et sa facilité d’élevage. L’introduction et l’importation en Polynésie française de cochon d’inde est prohibée sous tous les régimes douaniers étant donné qu’aucune dérogation à cette prohibition n’existe à ce jour pour cette espèce.

Les espèces animales introduites suivantes sont inscrites sur la liste des espèces animales menaçant la biodiversité, conformément à l’article LP. 123-2 et 123-3 du code de l’environnement :

–      Rattus exulans : rat polynésien, iore, kiore ;

–      Rattus rattus : rat noir ;

–      Rattus norvegicus : rat surmulot ;

–      Mus musculus : souris commune, kiore iti ;

Ces espèces font l’objet de mesures d’interdiction d’importation nouvelle, sous tous régimes douaniers et qu’elle qu’en soit l’origine, en Polynésie française mais aussi d’interdiction de propagation et d’interdiction de transfert d’une île à l’autre. La destruction de ces espèces est autorisée.

Régime particulier aux rongeurs visés à l’article A. 123-3 :

  •      toutes mesures préventives, et notamment la dératisation et la pose de pièges, sont prises par les transporteurs et les personnes responsables des sites de débarquement des matériaux et marchandises à destination des îles, pour prévenir l’introduction de tout rongeur menaçant la biodiversité dans les îles, atolls, îlots et motu réputés indemnes de rongeurs ;
  •      les sites d’embarquement, les aires de stockage et de dépôt des matériaux et marchandises à destination des îles font l’objet, par tous moyens appropriés et efficaces, de mesures régulières et continues d’élimination des rongeurs. Ces mesures sont mises en œuvre par les responsables ou gérants desdits sites, aires de stockage et de dépôt ;
  •      le transport inter et intra-insulaire de matériaux et marchandises en stock pouvant abriter des rongeurs fait l’objet de dératisation. Les chargements sont dératisés au préalable ainsi que les moyens de transports terrestres, maritimes ou aériens ;
  •      les sites de débarquement, les aires de stockage et dépôts de matériaux et marchandises dans les îles réputées indemnes d’au moins une espèce de rongeurs menaçant la biodiversité sont équipés de dispositifs appropriés et efficaces permettant l’élimination desdits rongeurs.

Art. A. 123-12.- Les infractions aux dispositions précitées sont passibles de sanctions prévues au livre Ier, titre III, du présent code.

L’introduction et l’importation en Polynésie française de cochon d’inde est prohibée sous tous les régimes douaniers étant donné qu’aucune dérogation à cette prohibition n’existe à ce jour pour cette espèce.

L’introduction et l’importation en Polynésie française de tous les reptiles dont les tortues sont prohibées sous tous les régimes douaniers.