La convention permettant le financement de la vedette a été signée aujourd’hui à la présidence en présence de la ministre des Outremers Annick GIRARDIN

C’est mardi après-midi à la présidence qu’a eut lieu la signature très attendue de la convention mettant en place le financement de la navette maritime de secours des Marquises. Ce navire qui sera confié à la FEPSM, la fédération d’entraide polynésienne et de sauvetage en mer, sera basé à Hiva Oa où se trouve un des deux centres gérés par la FEPSM.

Cette vedette de secours en mer est une promesse du président Edouard FRITCH très attendue par les habitants des Marquises après que certaines tragédies, notamment des évacuations sanitaires périlleuses, aient mis en lumière le manque et l’inadaptation des moyens.

La vedette de sauvetage en mer, retenue est le modèle ORC 140R construit par le chantier Bernard Naval, situé à Locmiquélic, près de Lorient dans le Morbihan. Ce chantier naval est spécialisé dans ce type de navire, et il construit déjà les navettes de sauvetage de la SNSM, la société nationale de secours en mer.

La convention de partenariat qui a été signée entre l’Etat, le Pays, la CODIM et la FEPSM, prévoit un financement partenarial Etat – Pays à 50%/50% à hauteur de 120 millions de FCFP. La CODIM qui regroupe les communes des Marquises alloue pour sa part une subvention annuelle de 2 millions pour couvrir les frais d’exploitation, tandis que la FEPSM, affectataire du navire, assurera la gestion, l’entretien, l’exploitation et la formation des bénévoles permettant d’assurer un service optimal de la navette maritime.

La FEPSM, la fédération d’entraide polynésienne et de sauvetage en mer qui gérera et exploitera cette navette maritime, a été créée en 2009, à l’initiative conjointe des autorités du Pays et de l’Etat ; la décision de créer une telle structure s’appuyant sur le bénévolat a été prise en 2007. Le président de la Polynésie française dans son allocution aujourd’hui en présence de la Ministre des Outremers et, du haut commissaire et du gouvernement de la Polynésie française, a souligné le rôle essentiel qu’a joué la direction polynésienne des affaires maritimes, et en particulier sa directrice, Madame Catherine ROCHETEAU, qui, avec l’ancienne directrice du JRCC, Madame Marianne HECHES ont eu cette idée et ont conjugué leurs efforts en faveur de la création de cette fédération qui regroupe aujourd’hui 350 bénévoles qui agissent sous la coordination du JRCC dans les cinq archipels de la Polynésie française.

Images signature convention – présidence de la Polynésie française

Modèle ORC 140R du chantier Bernard Naval – photo chantier Bernard Naval

Extrait du discours du président Edouard FRITCH

« …L’actualité nous apporte régulièrement son lot d’informations et parfois de tragédies. Dans la plupart des cas, les dénouements sont heureux et les interventions des moyens du JRCC sont facilitées par l’utilisation des balises de détresse. Nous avons d’ailleurs rendu ces balises obligatoires depuis le 1er janvier 2020 et nous avons mis en place, l’an passé, un dispositif d’aide géré par la DPAM pour que les pêcheurs professionnels s’équipent. Le Pays prend à sa charge 50% du prix d’achat et d’installation des balises à bord de tous les navires de pêche, que se soient les thoniers, les bonitiers ou encore les poti marara.

L’actualité récente aux Marquises a été marquée par des tragédies qui ont suscité l’émotion et parfois la colère des populations et des élus, en particulier sur les conditions dans lesquelles se sont effectuées certaines évacuations sanitaires.

Le Haut-commissaire et moi-même, nous nous sommes rendus à la rencontre des familles touchées par le décès d’un bébé à la suite d’une évacuation sanitaire réalisée dans des conditions qui ont mis en lumière l’insuffisance et l’inadaptation des moyens disponibles sur place.

C’est pourquoi le gouvernement de la Polynésie française s’est engagé dans la mise en place aux Marquises d’une hélistation, réclamée par la population et les élus. Il en existait déjà une auparavant, qui a fermé pour des questions de rentabilité financière. Nous savons bien que cette question se posera à nouveau, mais il est de notre devoir, celui de l’Etat et du Pays, de contribuer à sa pérennité, car il y va de la sécurité de nos populations.

A la demande du gouvernement de la Polynésie française, l’assemblée locale a adopté, le 11 décembre dernier, une autorisation de programme de 900 millions de F.CFP, soit plus de 7.500.000 €, dans le budget 2020 de la Polynésie française, pour permettre l’acquisition de deux hélicoptères en charge des évacuations sanitaires des îles isolées de l’archipel des Marquises.

La vedette de la FEPSM, qui fait l’objet de la convention que nous allons signer ensemble, vient compléter ce dispositif. Le navire sera basé à Hiva Oa. Il aura pour mission d’intervenir sur la zone maritime des îles Marquises, et de participer à toute opération de recherche et de secours en mer coordonnée par le JRCC, d’effectuer des opérations d’assistance et de remorquage, de participer à toute opération de transport sanitaire, sur demande de l’autorité médicale compétente, et de participer, le cas échéant, à toute opération de soutien lors des évènements majeurs, comme les catastrophes naturelles, les pollutions, les manifestations.… »

Images vedette de sauvetage – SNSM, société nationale de secours en mer

Lire de communiqué de presse commun Etat – pays