MENU

QU’EST-CE QUE LA COVID-19 ?

Comment se transmet la Covid-19 ?

La Covid-19 se transmet principalement lors de contacts rapprochés et prolongés entre des personnes. Le virus est transmis par les voies respiratoires d’une personne infectée. Lorsque celle-ci se met à tousser, à éternuer, à parler, elle émet des postillons qui peuvent atteindre la bouche, le nez, les yeux d’une personne à proximité immédiate (1 à 2 mètres) et être inhalées. La Covid-19 se transmet donc par l’air contaminé et respiré à proximité d’une personne infectée.

Comment se protéger de la Covid-19 ?

La prévention repose sur :

l’application des mesures barrières

Image Mesures Barrières

la vaccination

Image Vaccination

l’isolement rapide des cas

Image Isolement
Les mesures barrières doivent être appliquées par toute la population y compris les personnes vaccinées.

Période d’incubation : combien de temps entre l’exposition au virus et l’apparition des symptômes ?

La période d’incubation varie de 2 à 14 jours après un contact avec une personne infectée dans sa période contagieuse. La période de contagiosité s’étend de quelques jours avant l’apparition de symptômes et peut aller jusqu’à 10 jours après la date du début des symptômes. Les personnes immunodéprimées restent contagieuses plus longtemps.

Quels sont les symptômes de la Covid-19 ?

La plupart des personnes infectées ont des symptômes respiratoires légers à modérés comme un mal de gorge, une toux, un essoufflement, le nez qui coule, une fièvre inférieure à 38°, des frissons… Cependant, certaines personnes présentent des symptômes plus graves comme une pneumonie, une insuffisance respiratoire, une insuffisance rénale, une septicémie (infection du sang) qui peuvent nécessiter une hospitalisation. Certains patients hospitalisés peuvent aussi garder des séquelles à long terme.

Quels sont les facteurs de risque favorisant une forme grave de la Covid-19?

Les facteurs de risque de souffrir d’une Covid-19 grave sont, entre autres, l’âge avancé, l’obésité, le diabète, les maladies cardiaques et pulmonaires, le cancer et l’immunosuppression (perte de défenses immunitaires). Des cas graves de Covid-19 et des décès peuvent malgré tout survenir à tout âge, même en l’absence de facteur de risque. La vaccination permet de diminuer les risques de maladie grave, d’hospitalisation et de décès.

Qu’est qu’un variant de la Covid-19 ?

Comme chez la plupart des virus, des mutations peuvent survenir. Lorsque plusieurs mutations modifient les propriétés du virus, il s’agit d’un variant du virus. Les variants sont surveillés en raison des impacts qu’ils pourraient avoir sur l’évolution de la pandémie de Covid-19, notamment en affectant la transmissibilité, la gravité ou la réponse immunitaire. Le variant Omicron est apparu fin novembre 2021 ; à ce jour (octobre 2023) il circule de manière quasi-exclusive dans le monde dont en Polynésie française.

Quel traitement suivre pour la Covid-19 ?

Le traitement de la Covid-19 associe le repos, la prise de médicaments contre la fièvre et les douleurs, et la réhydratation. Pour les formes graves, de l’oxygène, des corticoïdes et parfois des anticorps peuvent être utilisés. Des traitements contre l’infection sont proposés et réalisés à l’hôpital, soit à un stade de l’infection précoce (personnes à risque) ou avancé (formes graves), soit en cas de contact à risque, en particulier chez les personnes immunodéprimées.

VOS QUESTIONS SUR
LA VACCINATION

Les personnes qui sont le plus à risque de présenter une forme grave de Covid-19 ainsi que celles qui sont en contact étroit ou régulier avec des personnes à risque de présenter une forme grave de Covid-19.

En pratique, les personnes suivantes sont invitées à se faire vacciner en Polynésie française en priorité :

  • Personnes âgées de 60 ans et plus ;
  •  Patients relevant de la liste des pathologies chroniques à risque (maladies cardiovasculaires, AVC, cancer, diabète, insuffisance rénale…)
  •  Professionnels de santé ;
  •  Professionnels navigants (aérien et maritime) ou agents touristiques accompagnant des groupes ;
  •  Femmes enceintes quel que soit le trimestre de grossesse ;
  •  Personne en situation d’obésité avec un indice de masse corporelle supérieur ou égal à 40 ;
  •  Personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ou dans un établissement médico-social ;
  •  Entourage familial des nourrissons âgés de moins de 6 mois ayant des facteurs de risque de grippe grave ou de Covid-19.

À compter du 23 octobre 2023, la vaccination anti-Covid-19 reposera sur une dose unique de vaccin PFIZER COMIRNATY® OMICRON XBB.1.5 quel que soit l’historique de la personne vis-à-vis de la Covid-19 (doses reçues, infections présentées, absence de primo-vaccination, …) pour les adultes et les enfants âgés de 5 ans et plus. Il conviendra de solliciter l’avis d’un spécialiste pour les enfants âgés de 6 mois à 4 ans.

Pendant la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, du 23 octobre 2023 au 1er avril 2024, il est possible de se faire vacciner également contre la Covid-19 chez votre médecin, ainsi que dans les structures de santé (centres médicaux, dispensaires, pharmacies d’officine conventionnées avec la Direction de la santé).

Les certificats de vaccination contre la Covid-19 sont à demander en ligne en suivant ce lien:

https://www.mes-demarches.gov.pf/commencer/demande-certificat-vaccination

Bien que la Covid-19 ne soit plus une menace de santé publique au niveau mondial, le virus circule toujours, notamment les sous variants de la lignée Omicron XBB.1.

À ce jour (octobre 2023) :

  • 13.5 milliards de doses anti -Covid-19 ont été administrées au niveau mondial
    •  Ce qui aurait permis d’éviter, au niveau mondial, plus 20 millions de décès.
    •  Les calculs d’incidences concluent (source : Fiji Centers for Disease Control and Prevention, MHMS 29/06/2023) que pour 100 000 vaccinées, 12 sont décédées suite à cette infection, contre 344 décès pour 100 000 personnes non vaccinées.
  •  Les vaccins contre la Covid-19 font l’objet d’une surveillance renforcée.
  • En Polynésie française, depuis le début de la vaccination, il y a eu 310 déclarations d’effets indésirables, dont 1 cas de myocardite résolutif (inflammation du muscle cardiaque, guérie spontanément). Aucun décès n’a été attribué à la vaccination, la couverture vaccinale de plus de 80% de la population a permis de limiter le nombre d’hospitalisations et de décès.

Comme pour tous les vaccins, il existe des contre-indications à la vaccination contre la Covid-19 dans les cas suivants :

  • Antécédent d’allergie documentée (avis spécialisé requis) à un des composants du vaccin en particulier polyéthylène-glycols et par risque d’allergie croisée aux polysorbates.
  • Antécédent d’allergie au trométamol dans le cadre de l’utilisation de la formulation pédiatrique du vaccin.
  • Réaction anaphylactique au moins de grade 2 (atteinte au moins de 2 organes) à une première injection d’un vaccin contre la Covid-19 posée après expertise allergologique.
  • Effets secondaires graves après une première dose de vaccin.
  • Myocardites ou myo-péricardites associées à une infection par SARS-CoV-2.
  • Recommandation après concertation multidisciplinaire de ne pas faire de deuxième dose après un effet indésirable sévère ou grave.
  • Recommandation établie par un Centre de Référence Maladies Rares (CRMR) ou un Centre de Compétence Maladies Rares (CCMR) après concertation médicale pluridisciplinaire (avis collégial) de ne pas initier la vaccination contre la Covid-19.

Certaines contre-indications médicales sont temporaires :

  •  Traitement par anticorps monoclonaux anti-SARS-CoV-2.
  •  Myocardites ou péricardites d’étiologie non liée à une infection par SARS-CoV-2 survenues antérieurement à la vaccination et toujours évolutives.
  •  Syndrome inflammatoire multi systémique pédiatrique (PIMS) post-Covid-19. La vaccination est aussi contre-indiquée pour les adolescents ayant développé un syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (PIMS) à la suite d’une Covid-19.

Les vaccins contre la Covid-19 sont très sûrs. Cependant, comme pour tous les médicaments, des effets secondaires peuvent survenir après avoir reçu un vaccin. La plupart des effets indésirables rapportés sont des effets indésirables d’intensité légère à modérée disparaissant spontanément en quelques jours. Actuellement, aucun de ces effets ne remet en cause le bénéfice de la vaccination.

Toute suspicion d’effet secondaire en lien avec le vaccin (sans nécessairement avoir prouvé le lien de causalité) peut être signalé à l’ARASS : vigilance.arass@administration.gov.pf

Les effets indésirables les plus fréquents, communs avec d’autres vaccins, sont :

  • Douleur, réaction cutanée, gonflement au point d’injection
  • Maux de tête
  • Fatigue, fièvre et frissons
  • Douleurs articulaires ou musculaires
  • Troubles digestifs
  • Apparition de ganglions
  • Réactions allergiques (urticaire, gonflement du visage)

Des effets secondaires plus intenses, qui durent plus longtemps ou qui apparaissent plus tardivement après la vaccination (par exemple réactions allergiques, apparition de ganglion) sont possibles, mais ils sont extrêmement rares.

Après l’injection d’un de ces vaccins contre la Covid-19, en cas de difficultés respiratoires, de douleurs dans la poitrine, de palpitations, de gonflement des jambes, de douleur persistante au niveau du ventre, de mal de tête sévère ou de vision trouble, de l’apparition de petits points rouges au niveau de l’injection, de prise de poids brutale, les personnes devront contacter immédiatement leur médecin.

Avec le vaccin comirnaty® de Pfizer (données ANSM France)

Suivi chez les adultes : En France, plus de 158 millions d’injections ont été réalisées chez les adultes. Signaux confirmés : hypertension artérielle, myocardite, péricardite. Devant tout symptôme évocateur d’une hypertension artérielle (malaise, céphalées, vertiges…), un contrôle de la pression artérielle devra être envisagé pour une prise en charge médicale la plus précoce possible, si elle s’avère nécessaire. En cas de douleurs thoraciques (aiguës et persistantes), un essoufflement ou des palpitations après la vaccination, prenez immédiatement contact avec un médecin.

Suivi chez les femmes : Les saignements menstruels abondants peuvent être considérés comme un effet indésirable du vaccin PFIZER Comirnaty®. Plus largement, des troubles des règles ont été décrits (retard de règles, règles plus abondantes et saignements vaginaux). Il est également possible que des saignements surviennent entre deux cycles (métrorragie).

Suivi chez les femmes enceintes et allaitantes : La vaccination est aussi efficace pour prévenir le risque d’hospitalisation ou de décès chez les femmes enceintes que chez celles qui ne le sont pas. Les effets secondaires sont les mêmes que ceux retrouvés dans la population générale.

Suivi chez les adolescents de 12 à 17 ans : Aucun effet indésirable spécifique n’a été identifié chez les enfants et les jeunes.

Suivi chez les enfants de 5 à 11 ans : Aucun effet indésirable spécifique n’a été identifié sur la période avec le vaccin PFIZER Comirnaty®.

Suivi spécifique des schémas vaccinaux faits avec des vaccins différents : On parle de schéma hétérologue quand la personne a reçu au moins 2 vaccins différents. A l’heure actuelle, l’ANSM n’a pas identifié de problème particulier.

Suivi après un rappel vaccinal : Aucun effet indésirable spécifique n’a été identifié chez les personnes ayant eu une dose de rappel, que ce soit avec le vaccin monovalent ou le vaccin bivalent. Les effets indésirables rapportés sont similaires à ceux rapportés après la primo vaccination.