BULLETIN D’INFORMATION #14 – Cellule de crise de la Polynésie française

Un nouveau cas a été dépisté aujourd’hui à Tahiti, hors zone urbaine – commune de Hitia’a o te Ra – portant à 40 le nombre de cas de personnes touchées par le COVID-19 en Polynésie française pour 583 analyses depuis le début de l’épidémie. Une personne est toujours hospitalisée, aucun décès n’est constaté.

Liaisons aériennes : international, national et inter-îles

Le déroulement de la mission « Shanghai » est suivi heure par heure, suite à la difficulté d’obtenir les autorisations et les places de stationnement, compte-tenu de la fermeture internationale de toutes les frontières. Le matériel sanitaire, commandé et regroupé, est prêt à être embarqué à bord de l’avion spécial affrété auprès de la compagnie ATN, prêt à décoller de Narita, et qui est en attente du feu vert définitif des autorités chinoises. Face à l’ampleur mondiale des commandes, la Chine vient de renforcer son dispositif général de contrôle.

La fréquence des vols prévus dans le cadre de la continuité territoriale reliant la métropole et la Polynésie, et le choix des compagnies effectuant ces liaisons devraient être connus en début de semaine prochaine. Ces vols ne sont pas à vocation commerciale mais sanitaire (évacuations sanitaires, matériels, transport des analyses, etc).
La cellule de crise COVID-19 du Pays prépare également un calendrier de vols sanitaires à destination des archipels.

Tests : vers une augmentation des prélèvements

Une modification dans l’heure du traitement des prélèvements va être effectuée dés lundi 6 avril par l’Institut Louis Malardé, qui pratiquera ses analyses et tous les jours en début de matinée au lieu de la fin de l’après-midi, pour avoir des journées complètes de prélèvement. Ce changement s’inscrit dans la perspective de l’augmentation prévue du nombre de tests de dépistage.

Les prochains chiffres liés à l’épidémie seront annoncés dimanche 5 mars et mardi 7 avril, il n’y aura pas d’annonce lundi matin.

Une plateforme pour le bénévolat

Une plateforme en réseau regroupant toutes les initiatives bénévoles sera présentée au public dans le courant de la semaine prochaine. Son but est de recenser et de coordonner les bénévoles et leurs actions dans le cadre de la crise épidémique actuelle, et de préparer l’après crise.

Gestes barrières : les masques

Parmi les gestes barrières permettant de freiner l’épidémie, le port du masque continue de soulever de nombreuses interrogations.

Le port des masques, FFP2 ou chirurgicaux, est essentiel pour les personnels de santé en contact permanent avec les patients atteints par l’épidémie (ou considérés comme cas suspects) et pour ces même patients. Les masques chirurgicaux permettent de protéger l’entourage sans toutefois protéger du virus.

Cette fonction de protection d’autrui peut être assurée par un masque en tissu. Ceux-ci permettent également de marquer la distanciation sociale et d’éviter de se toucher le visage fréquemment. Des gestes barrières qui restent essentiels pour limiter la propagation du virus.

A ce titre, les professionnels de santé proposent des fiches techniques pour guider la population dans l’usage et la fabrication de ces masques en tissu. Ces fiches peuvent être téléchargées depuis le site de la Direction de la Santé, sur l’onglet « Coronavirus COVID-19 »,

RESSOURCES :

PREVENTION – IL EST IMPORTANT DE RAPPELER, dans le cadre de la lutte contre l’épidémie, que LE VIRUS NE CIRCULE PAS SEUL. Nous le faisons circuler. D’où la politique du confinement strict.

BON COURAGE A TOUTES ET A TOUS. FAAITOITO

PARAU FA’AARARA’A NĀ TE MAU VE’A #14

Mai te ‘omuara’a ‘o teie ma’i ‘i te fenua nei e tae roa mai ‘i teie mahana, teie te mau nûmera : 583 ta’ata tei hi’opo’ahia, 40 ta’ata tei ro’ohia ‘i te ma’i COVID-19 (hoe ta’ata ma’i ‘âpî tei ‘itehia’ e tirotiro to roto ia na), hô’e noa â ta’ata ‘e vai nei ‘i te fare ma’i. ‘E te parau ‘oa’oa, ‘aore â ta’ata i fa’aru’e mai.

Teie taata api tei hiopoa hia, e ua ite hia tei roto ia na te tirotiro COVID-19, no te oire Hitia’a o te ra.

Te mau terera’a manureva : na te ara, i farâni e i roto i te mau ta’a motu no porînetia

Te hi’o papuhia nei, te mau hora atoa, te terera’a manureva ‘i Shanghai. Ua ineine roa te mau tauiha’a ta tâtou i poro’i. Te ti’a’ihia ra te parau fa’atia na te hau tinito no te rere atu mai Narita e haere atu i Shanghai. I mua i te uanara’a te mau poro’iraa tauiha’a, ua ha’apuai te hau tinito i tâna mau hi’opo’ara’a i te mau poro’ira’a a te mau hau fenua atoa no te ao nei.

No te mau tereraa manureva, tei mana’ohia e ia tupu i rotopu ia Tahiti e o Paris, te ti’a’ihia ra te haapapura’a no te mau taiete manureva no taua mau tere ra. Na teie mau tere e fa’aho’i mai io tatou nei te mau tauiha’a ta tatou e hinaaro ra (te mau materia no te hi’opo’ar’aa, te paruru vaha, te rimarima, te ahu, e te vai atu ra). Na teie atoa mau manureva e uta atu to tatou mau ta’ata ma’i mai Tahiti, e haere atu i Paris e no to ratou atoa ho’ira’a mai. Eita te mau horo patete e fa’ari’ihia.

Te faaineine atoa ra te pû ti’a’aura’a i te fifi ma’i COVID-19, te tahi mau tere i roto i to tatou mau ta’a motu no te mau tapura ‘ohipa utuutura’a ma’i.

Te mau hi’opo’ara’a : e uana atu a

E rave te pû maimiraa Malardé i te tahi mau fa‘anahora’a apî no te mau hi’opo’ara’a o te tirotiro o te ma’i COVID-19. E tupu atu ra ia teie mau ma’imira’a i te hora po’ipo’i, eiaha fa’ahou atu ra i te tahara’a mahana. E rave hia teie mau tauiuira’a no te opuara’a e fa’a’uana atu a teie mau hi’opo’ara’a.

E puhara hia atu te mau numera i te tapati pae no eperera e te mahana piti hitu no eperera.

Te amui otahira’a o te feia e horoa noa na i to ratou taime

E pûhara hia atu teie hepetoma i muri nei te faanahora’a o teie amui otahira’a o te mana’o turu. Te fâ no te haputuputura’a i te faanahora’a i te ‘ohipa a te feia e horoa noa i to ratou taime e na reira atoa te mau tapura ‘ohipa no te arora’a i teie ma’i fifi COVID-19.

Nô te parurura’a ia tatou : te paruru vaha

I roto i te parau no te mau ravea parurura’a ia tatou i mua i teie ma’i fifi, mea rahi roa te mau uiuira’a i nia i te paruru vaha.

Ua papu maitai ia tatou e, e mea faufaa roa teie mau paruru vaha no te mau feia rave ‘ohipa atoa o te ea (taote, utuutu ma’i, vahine fa’afanau, e te vai atu ra), no te paruru ia ratou i mua i te ta’ata ta ratou e rapau atu : feia tei roto ia ratou te tirotiro COVID-19, e na reira atoa te mau ta’ata te mana’o hia ra e e ua piri ratou i te hoe ta’ata ma’i. E paruru noa teie mau puohu vaha i te ta’ata auaha’atira ia ratou, eita ra oia e opani i te tirotiro ia tere atu.

E nehenehe teie mau paruru vaha no te mau rave ‘ohipa o te ea e mono hia atu i te paruru vaha haamanihia i te ahu. I reira ra, eita ia te ta’ata e tapea fa’ahou i tona rima i ni’a i tona vaha. No te paruru ia tatou i mua i teie ma’i fifi te faaha’amana’o hia fa’ahou atu nei ia tatou, ia faaohipa i te mau ravea parurura’a ia tatou (horoi i te rima, ma’i tehe i roto i te fatira’a rima, faateatea i outou e piti ae metera e te vai atu ra).

Ua faaineine te mau rave ohipa o te ea i te mau apî parau no te haamanira’a e no te faaohipara’a o teie mau paruru vaha haamanihia i te ahu :

Te ARAIRA’A ‘i teie ma’i. ‘E mea faufa’a ‘ia fâaha’amana’ohia, ‘e’ita teie tirotiro ‘e parare noa, nā tātou ra ‘e ta’ita’i nei iana no reira tatou ’e titauhia ai, ia fa’aea ‘i te fare.

MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

EN SAVOIR PLUS

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre

BULLETIN D’INFORMATION #14 – Cellule de crise de la Polynésie française

Un nouveau cas a été dépisté aujourd’hui à Tahiti, hors zone urbaine – commune de Hitia’a o te Ra – portant à 40 le nombre de cas de personnes touchées par le COVID-19 en Polynésie française pour 583 analyses depuis le début de l’épidémie. Une personne est toujours hospitalisée, aucun décès n’est constaté.

Liaisons aériennes : international, national et inter-îles

Le déroulement de la mission « Shanghai » est suivi heure par heure, suite à la difficulté d’obtenir les autorisations et les places de stationnement, compte-tenu de la fermeture internationale de toutes les frontières. Le matériel sanitaire, commandé et regroupé, est prêt à être embarqué à bord de l’avion spécial affrété auprès de la compagnie ATN, prêt à décoller de Narita, et qui est en attente du feu vert définitif des autorités chinoises. Face à l’ampleur mondiale des commandes, la Chine vient de renforcer son dispositif général de contrôle.

La fréquence des vols prévus dans le cadre de la continuité territoriale reliant la métropole et la Polynésie, et le choix des compagnies effectuant ces liaisons devraient être connus en début de semaine prochaine. Ces vols ne sont pas à vocation commerciale mais sanitaire (évacuations sanitaires, matériels, transport des analyses, etc).
La cellule de crise COVID-19 du Pays prépare également un calendrier de vols sanitaires à destination des archipels.

Tests : vers une augmentation des prélèvements

Une modification dans l’heure du traitement des prélèvements va être effectuée dés lundi 6 avril par l’Institut Louis Malardé, qui pratiquera ses analyses et tous les jours en début de matinée au lieu de la fin de l’après-midi, pour avoir des journées complètes de prélèvement. Ce changement s’inscrit dans la perspective de l’augmentation prévue du nombre de tests de dépistage.

Les prochains chiffres liés à l’épidémie seront annoncés dimanche 5 mars et mardi 7 avril, il n’y aura pas d’annonce lundi matin.

Une plateforme pour le bénévolat

Une plateforme en réseau regroupant toutes les initiatives bénévoles sera présentée au public dans le courant de la semaine prochaine. Son but est de recenser et de coordonner les bénévoles et leurs actions dans le cadre de la crise épidémique actuelle, et de préparer l’après crise.

Gestes barrières : les masques

Parmi les gestes barrières permettant de freiner l’épidémie, le port du masque continue de soulever de nombreuses interrogations.

Le port des masques, FFP2 ou chirurgicaux, est essentiel pour les personnels de santé en contact permanent avec les patients atteints par l’épidémie (ou considérés comme cas suspects) et pour ces même patients. Les masques chirurgicaux permettent de protéger l’entourage sans toutefois protéger du virus.

Cette fonction de protection d’autrui peut être assurée par un masque en tissu. Ceux-ci permettent également de marquer la distanciation sociale et d’éviter de se toucher le visage fréquemment. Des gestes barrières qui restent essentiels pour limiter la propagation du virus.

A ce titre, les professionnels de santé proposent des fiches techniques pour guider la population dans l’usage et la fabrication de ces masques en tissu. Ces fiches peuvent être téléchargées depuis le site de la Direction de la Santé, sur l’onglet « Coronavirus COVID-19 »,

RESSOURCES :

PREVENTION – IL EST IMPORTANT DE RAPPELER, dans le cadre de la lutte contre l’épidémie, que LE VIRUS NE CIRCULE PAS SEUL. Nous le faisons circuler. D’où la politique du confinement strict.

BON COURAGE A TOUTES ET A TOUS. FAAITOITO

PARAU FA’AARARA’A NĀ TE MAU VE’A #14

Mai te ‘omuara’a ‘o teie ma’i ‘i te fenua nei e tae roa mai ‘i teie mahana, teie te mau nûmera : 583 ta’ata tei hi’opo’ahia, 40 ta’ata tei ro’ohia ‘i te ma’i COVID-19 (hoe ta’ata ma’i ‘âpî tei ‘itehia’ e tirotiro to roto ia na), hô’e noa â ta’ata ‘e vai nei ‘i te fare ma’i. ‘E te parau ‘oa’oa, ‘aore â ta’ata i fa’aru’e mai.

Teie taata api tei hiopoa hia, e ua ite hia tei roto ia na te tirotiro COVID-19, no te oire Hitia’a o te ra.

Te mau terera’a manureva : na te ara, i farâni e i roto i te mau ta’a motu no porînetia

Te hi’o papuhia nei, te mau hora atoa, te terera’a manureva ‘i Shanghai. Ua ineine roa te mau tauiha’a ta tâtou i poro’i. Te ti’a’ihia ra te parau fa’atia na te hau tinito no te rere atu mai Narita e haere atu i Shanghai. I mua i te uanara’a te mau poro’iraa tauiha’a, ua ha’apuai te hau tinito i tâna mau hi’opo’ara’a i te mau poro’ira’a a te mau hau fenua atoa no te ao nei.

No te mau tereraa manureva, tei mana’ohia e ia tupu i rotopu ia Tahiti e o Paris, te ti’a’ihia ra te haapapura’a no te mau taiete manureva no taua mau tere ra. Na teie mau tere e fa’aho’i mai io tatou nei te mau tauiha’a ta tatou e hinaaro ra (te mau materia no te hi’opo’ar’aa, te paruru vaha, te rimarima, te ahu, e te vai atu ra). Na teie atoa mau manureva e uta atu to tatou mau ta’ata ma’i mai Tahiti, e haere atu i Paris e no to ratou atoa ho’ira’a mai. Eita te mau horo patete e fa’ari’ihia.

Te faaineine atoa ra te pû ti’a’aura’a i te fifi ma’i COVID-19, te tahi mau tere i roto i to tatou mau ta’a motu no te mau tapura ‘ohipa utuutura’a ma’i.

Te mau hi’opo’ara’a : e uana atu a

E rave te pû maimiraa Malardé i te tahi mau fa‘anahora’a apî no te mau hi’opo’ara’a o te tirotiro o te ma’i COVID-19. E tupu atu ra ia teie mau ma’imira’a i te hora po’ipo’i, eiaha fa’ahou atu ra i te tahara’a mahana. E rave hia teie mau tauiuira’a no te opuara’a e fa’a’uana atu a teie mau hi’opo’ara’a.

E puhara hia atu te mau numera i te tapati pae no eperera e te mahana piti hitu no eperera.

Te amui otahira’a o te feia e horoa noa na i to ratou taime

E pûhara hia atu teie hepetoma i muri nei te faanahora’a o teie amui otahira’a o te mana’o turu. Te fâ no te haputuputura’a i te faanahora’a i te ‘ohipa a te feia e horoa noa i to ratou taime e na reira atoa te mau tapura ‘ohipa no te arora’a i teie ma’i fifi COVID-19.

Nô te parurura’a ia tatou : te paruru vaha

I roto i te parau no te mau ravea parurura’a ia tatou i mua i teie ma’i fifi, mea rahi roa te mau uiuira’a i nia i te paruru vaha.

Ua papu maitai ia tatou e, e mea faufaa roa teie mau paruru vaha no te mau feia rave ‘ohipa atoa o te ea (taote, utuutu ma’i, vahine fa’afanau, e te vai atu ra), no te paruru ia ratou i mua i te ta’ata ta ratou e rapau atu : feia tei roto ia ratou te tirotiro COVID-19, e na reira atoa te mau ta’ata te mana’o hia ra e e ua piri ratou i te hoe ta’ata ma’i. E paruru noa teie mau puohu vaha i te ta’ata auaha’atira ia ratou, eita ra oia e opani i te tirotiro ia tere atu.

E nehenehe teie mau paruru vaha no te mau rave ‘ohipa o te ea e mono hia atu i te paruru vaha haamanihia i te ahu. I reira ra, eita ia te ta’ata e tapea fa’ahou i tona rima i ni’a i tona vaha. No te paruru ia tatou i mua i teie ma’i fifi te faaha’amana’o hia fa’ahou atu nei ia tatou, ia faaohipa i te mau ravea parurura’a ia tatou (horoi i te rima, ma’i tehe i roto i te fatira’a rima, faateatea i outou e piti ae metera e te vai atu ra).

Ua faaineine te mau rave ohipa o te ea i te mau apî parau no te haamanira’a e no te faaohipara’a o teie mau paruru vaha haamanihia i te ahu :

Te ARAIRA’A ‘i teie ma’i. ‘E mea faufa’a ‘ia fâaha’amana’ohia, ‘e’ita teie tirotiro ‘e parare noa, nā tātou ra ‘e ta’ita’i nei iana no reira tatou ’e titauhia ai, ia fa’aea ‘i te fare.

MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

DANS CETTE RUBRIQUE

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre