BULLETIN D’INFORMATION #25 – Cellule de crise de la Polynésie française

Comme l’avaient annoncé les autorités sanitaires, la pratique des dépistages s’est intensifiée. Sur 112 tests effectués hier, aucune personne n’a été relevée positive au virus, pour 1163 analyses effectuées depuis le début de l’épidémie. Ces résultats sont encourageants, mais la vigilance reste de mise avec le respect nécessaire des gestes barrières et du confinement général.

Tuamotu-Gambier, Marquises, Australes et Iles-sous-le-Vent : allègement des mesures de confinement

Après la constatation de la non présence du virus dans les archipels, les autorités de l’Etat et du Pays ont annoncé une série de mesures allégeant le confinement dans les archipels hors Iles-du-Vent. Le confinement général n’y est pas levé, mais des allègements, pris après concertation des maires, permettront de réinstaurer la liberté d’aller et venir au sein de chaque île et atoll, ainsi que l’ouverture des infrastructures scolaires (écoles et collèges) et la reprise des activités économiques. Les voyages inter-îles ne sont toujours pas autorisés.

Concernant les Iles-du-vent, le confinement général est maintenu mais les autorités préparent un allègement des mesures dans le cadre de la reprise économique et le respect des mesures barrières.

Retour des personnes évacuées sanitaires : un engagement à suivre les consignes

Le principe du retour en Polynésie des personnes évacuées sanitaires et sorties des hôpitaux, qui sont actuellement en soins de suite en métropole, est acquis. Leur traitement peut donc se poursuivre sur le Fenua dès lors que leur état leur permet de voyager, sachant que ce retour est accompagné d’un engagement établi dans le cadre de la protection contre la diffusion du virus sur le territoire.

Cet engagement stipule que :

  • Les personnes doivent attester ne pas présenter de symptôme évocateur du Covid-19, attestation complétée d’un test négatif ;
  • Elles doivent également accepter, à leur retour, un isolement strict en structure d’hébergement du Pays pour une durée de 21 jours, et un nouveau test à l’issue de cette période.

Les autorités du Pays prendront en charge la structure d’hébergement, les repas, l’assistance logistique nécessaire et la surveillance sanitaire.

Confinement et maladies chroniques : une priorité, poursuivre les soins

Les mesures relatives au confinement général invitent la population à limiter ses déplacements au strict nécessaire, afin d’empêcher la propagation du virus sur le plan communautaire. Par contre, il est un point sur lequel l’ensemble de la communauté médicale insiste : les patients souffrant de maladies chroniques doivent absolument poursuivre leurs soins, de manière à ne pas aggraver leur état de santé.

Cette poursuite des soins est considérée comme une priorité reconnue comme telle par les autorités délivrant les autorisations de déplacement. Il convient donc que les personnes en longue maladie ou suivies pour ces maladies chroniques – hypertension, diabète, cancers … – suivent leur médication et appellent leur médecin référent afin de poursuivre leurs traitements.

Élargissement de la ligne verte sanitaire à un premier recours psychologique

Les temps de crise sanitaire et de confinement sont une source de stress pour la population, qui peut générer des difficultés d’ordre psychologique en particulier pour les personnes fragiles et vulnérables. Cette période entraîne des situations de détresse morale ou d’inquiétudes, d’angoisses, d’épuisement, d’isolement, voire de panique et d’agitation.

La ligne verte 444.789, ouverte à la population pour toute question concernant la crise sanitaire, s’est enrichie d’un dispositif de soutien psychologique permettant aux personnes en souffrance de trouver une écoute spécialisée.

Il est question d’offrir un soutien social et psychologique proposé aux personnes touchées femmes, hommes, mineurs, personnes âgées, personnes isolées ou vulnérables. Soit une offre de soins humains et concrets à proposer aux personnes se trouvant en situation de détresse.

Ces soins visent à les réconforter, les aider à répondre à leurs besoins essentiels, les accompagner dans la gestion de leurs problèmes et les aider à obtenir du soutien.

Cette permanence psychologique, ouverte sept jours sur sept de 8:00 à 18:00, orientera également les personnes en détresse vers des interventions psychosociales et des professionnels spécialisés, afin de soutenir les ressources individuelles et cette capacité à surmonter cette période difficile, à favoriser la remise en lien avec les proches.

Une précision : les professionnels à l’écoute sont des psychologues, garantissant l’anonymat et la confidentialité des appels.

BULLETIN D’INFORMATION #25 – Cellule de crise de la Polynésie française

‘Ua fa’arahihia te mau hi’opo’ara’a mai tei fa’a’arahia atu na. 112 hi’opo’ara’a tei ravehia i nanahi ra. Aore roa e ta’ata i ‘itehia e ‘ua ro’ohia oia i teie ma’i COVID-19.

Mai te ‘omuara’a ‘o teie ma’i ‘i te fenua nei e tae roa mai ‘i teie mahana, teie te mau nûmera : 1 163 ta’ata tei hi’opo’ahia, E 55 noa â ta’ata tei ro’ohia ‘i te ma’i COVID-19, mai te monire 13 no Eperera mai â. Hô’ê noa â ta’ata tei tapeahia ‘i te fare ma’i. ‘E te parau ‘oa’oa ra, ‘aore â ta’ata i fa’arue mai.

Te ha’amamara’a te mau fa’ahepora’a e fa’aea i te fare : Tuamotu-Maareva, Fenua Enata, Raro mata’i, e Tuhaa Pae.

I muri ae i te hiora’a e, e aita te tirotiro COVID19 e ite hia ra i roto i te mau taa motu atea atu i te fenua Nia Matai, ua fa’aara te Hau nui e te Hau fenua i te tahi mau fa’anahora’a no te ha’amama mai te fa’ahepora’a e fa’aea i te fare.

E ara maitai ra ia tatou, aita te fa’anahora’a no te fa’ahepora’a e fa’aea i te fare i fa’aorehia.

Ua ha’amama noa hia ra. Fa’aotira’a teie tei ravehia i muri ae i te fafara’ahia te mana’o o te mau tavana oire. E nehenehe atura ia e tere na roto i to ratou noa fenua, e matara atoa te mau fare ha’api’ira’a, te terera’a faufaa. Teie ra, eita e fa’ariihia ia tere i roto i te tahi atu mau motu.

No te pae fenua Nia Matai ma, e tamau noa a te fa’ahepora’a e fa’aea i te fare e te opanira’a e tere i te pô.

Te fa’anaho nei ra te fa’aterera’a no te fenua i te ha’amama atoa teie fa’ahepora’a e fa’aea i te fare no ta tatou imira’a faufaa ma te fa’aohipa tamau ra i te mau ravea pâruru. Tia’i â ia tatou i te mau fa’aotira’a hopea.

Te parau no tô tatou feia ma’i i tonohia atu na i Paris e to ratou mau ta’ata ape’e

‘Ua fa’arihia te parau no tô ratou ho’ira’a mai i te fenua nei. I ô nei ia ratou e tamau ai i te ra’apaura’a ia ratou ma te arataihia e tô ratou mau taote. E feia teie tei mahuti mai na roto i te mau fare ma’i i Paris e o tei tu’uhia atu i roto i te tahi mau fare fa’aeara’a a tiai noa atu ai i te ho’ira’a mai i te fenua nei.

Teia ra, te vai nei te tahi titaura’a ia ratou :

  • Ia fa’arii ratou i te hi’opo’ara’a no te ma’imira’a i te tirotiro Convid-19 i roto ia ratou hou a ho’i mai ai; te mea e hina’aro hia ra, eiaha roa e tirotiro Covid-19 i roto ia ratou.
  • Ia fa’arii ratou i te fa’ahepora’a e noho i roto i te fare i fa’anahohia e te Hau fenua i te maorora’a e 21 mahana (3 hepetoma).
  • I muri ae, e rave hia a te mau hio’poara’a e hina’arohia ra.

Na te Hau fenua e amo i te mau ha’amauara’a atoa : te piha taotora, te ma’a, etv…

Te parau no te feia tei roto i te ma’i tau roa (Longue maladie)

Te ha’apapu maira te mau taote e mea rahi roa ‘outou tei ore e ‘ite fa’ahouhia nei i roto i te piha hi’opo’ara’a a tô ‘outou taote. ‘Outou ihoa ra e ma’i « tension », ma’i mafatu, mariri ai ta’ata, « goutte », omaha tihota, e ua rau atu to ‘outou mau ma’i tau roa (longue maladie).

Parau mau, ua fa’atiahia te mau taote e rave te mau aparaura’a na roto i te niuniu no te fafa atu i tô outou huru i roto i te ma’i e na reira atoa te fa’aroara’a ta ‘outou parau ra’au e 2 avae.

No reira, eiaha e fa’aea noa i te fare mai te peu e te fifi ra ‘outou. A niuniu e aore ra a haere atu e farerei i tô outou taote noa atu e, tei roto tatou i te tau fa’ahepora’a e fa’aea i te fare.

A fa’ai ta ‘outou parau fa’atia no te haere i te taote ra, mai ta ‘outou parau e fa’ai ra no te haere i te fare toa. Eiaha e tia’i ia uana roa tô ‘outou ma’i. A ha’apa’o maitai ia ‘outou.

Te numera niuniu 444 789 tâmoni ore : te tauturu a te taote manava

‘Ua fifi roa tô tatou orara’a i roto i teie tau no teie fifi ma’i Covid-19 e te fa’ahepora’a e fa’aea i te fare e te opaniopanira’a ia tere i te po. Huru ê rii ihoa te ferurira’a e te manava, no te tahi pae o tatou. Te vai nei te hepohepo, te peapea, te fiu, te riaria, te iri’a, etv …

I roto i teie piha ‘ohipa i reira ‘outou e niuniu atu ai, 444 789, no te ani i te mau haamaramaramara’a i nia i teie ma’i Covid-19, te fa’aarahia atu nei ‘outou e, e nehenehe atoa outou e aparau atu i te hô’ê taote manava, mai te hora 8 i te po’ipo’i e tae atu i te hora 6 i te tapera’a mahana. E fa’ariihia mai te mau huru ta’ata atoa, noa atu te faito o tô ratou matahiti : ruhiruhihia, ta’ata pa’ari, taurea, tamarii. E âpohia mai ta ‘outou mau anira’a. E horoa hia atu te tauturu e te fa’aitoitora’a ia matara to ‘outou fifi. Te ha’apapuhia atu nei ‘outou e, eita to ‘oe i’oa e fa’ahitihia, e te mau parau i roto i te mau aparaura’a e riro ia ei mau parau huna.

Te ARAIRA’A ‘i teie ma’i. ‘E mea faufa’a ‘ia fâaha’amana’ohia, ‘e’ita teie tirotiro ‘e parare noa, nā tātou ra ‘e ta’ita’i nei iana no reira tatou ’e titauhia ai, ia fa’aea ‘i te fare.

MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

EN SAVOIR PLUS

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre

Partager cet article

BULLETIN D’INFORMATION #25 – Cellule de crise de la Polynésie française

Comme l’avaient annoncé les autorités sanitaires, la pratique des dépistages s’est intensifiée. Sur 112 tests effectués hier, aucune personne n’a été relevée positive au virus, pour 1163 analyses effectuées depuis le début de l’épidémie. Ces résultats sont encourageants, mais la vigilance reste de mise avec le respect nécessaire des gestes barrières et du confinement général.

Tuamotu-Gambier, Marquises, Australes et Iles-sous-le-Vent : allègement des mesures de confinement

Après la constatation de la non présence du virus dans les archipels, les autorités de l’Etat et du Pays ont annoncé une série de mesures allégeant le confinement dans les archipels hors Iles-du-Vent. Le confinement général n’y est pas levé, mais des allègements, pris après concertation des maires, permettront de réinstaurer la liberté d’aller et venir au sein de chaque île et atoll, ainsi que l’ouverture des infrastructures scolaires (écoles et collèges) et la reprise des activités économiques. Les voyages inter-îles ne sont toujours pas autorisés.

Concernant les Iles-du-vent, le confinement général est maintenu mais les autorités préparent un allègement des mesures dans le cadre de la reprise économique et le respect des mesures barrières.

Retour des personnes évacuées sanitaires : un engagement à suivre les consignes

Le principe du retour en Polynésie des personnes évacuées sanitaires et sorties des hôpitaux, qui sont actuellement en soins de suite en métropole, est acquis. Leur traitement peut donc se poursuivre sur le Fenua dès lors que leur état leur permet de voyager, sachant que ce retour est accompagné d’un engagement établi dans le cadre de la protection contre la diffusion du virus sur le territoire.

Cet engagement stipule que :

  • Les personnes doivent attester ne pas présenter de symptôme évocateur du Covid-19, attestation complétée d’un test négatif ;
  • Elles doivent également accepter, à leur retour, un isolement strict en structure d’hébergement du Pays pour une durée de 21 jours, et un nouveau test à l’issue de cette période.

Les autorités du Pays prendront en charge la structure d’hébergement, les repas, l’assistance logistique nécessaire et la surveillance sanitaire.

Confinement et maladies chroniques : une priorité, poursuivre les soins

Les mesures relatives au confinement général invitent la population à limiter ses déplacements au strict nécessaire, afin d’empêcher la propagation du virus sur le plan communautaire. Par contre, il est un point sur lequel l’ensemble de la communauté médicale insiste : les patients souffrant de maladies chroniques doivent absolument poursuivre leurs soins, de manière à ne pas aggraver leur état de santé.

Cette poursuite des soins est considérée comme une priorité reconnue comme telle par les autorités délivrant les autorisations de déplacement. Il convient donc que les personnes en longue maladie ou suivies pour ces maladies chroniques – hypertension, diabète, cancers … – suivent leur médication et appellent leur médecin référent afin de poursuivre leurs traitements.

Élargissement de la ligne verte sanitaire à un premier recours psychologique

Les temps de crise sanitaire et de confinement sont une source de stress pour la population, qui peut générer des difficultés d’ordre psychologique en particulier pour les personnes fragiles et vulnérables. Cette période entraîne des situations de détresse morale ou d’inquiétudes, d’angoisses, d’épuisement, d’isolement, voire de panique et d’agitation.

La ligne verte 444.789, ouverte à la population pour toute question concernant la crise sanitaire, s’est enrichie d’un dispositif de soutien psychologique permettant aux personnes en souffrance de trouver une écoute spécialisée.

Il est question d’offrir un soutien social et psychologique proposé aux personnes touchées femmes, hommes, mineurs, personnes âgées, personnes isolées ou vulnérables. Soit une offre de soins humains et concrets à proposer aux personnes se trouvant en situation de détresse.

Ces soins visent à les réconforter, les aider à répondre à leurs besoins essentiels, les accompagner dans la gestion de leurs problèmes et les aider à obtenir du soutien.

Cette permanence psychologique, ouverte sept jours sur sept de 8:00 à 18:00, orientera également les personnes en détresse vers des interventions psychosociales et des professionnels spécialisés, afin de soutenir les ressources individuelles et cette capacité à surmonter cette période difficile, à favoriser la remise en lien avec les proches.

Une précision : les professionnels à l’écoute sont des psychologues, garantissant l’anonymat et la confidentialité des appels.

BULLETIN D’INFORMATION #25 – Cellule de crise de la Polynésie française

‘Ua fa’arahihia te mau hi’opo’ara’a mai tei fa’a’arahia atu na. 112 hi’opo’ara’a tei ravehia i nanahi ra. Aore roa e ta’ata i ‘itehia e ‘ua ro’ohia oia i teie ma’i COVID-19.

Mai te ‘omuara’a ‘o teie ma’i ‘i te fenua nei e tae roa mai ‘i teie mahana, teie te mau nûmera : 1 163 ta’ata tei hi’opo’ahia, E 55 noa â ta’ata tei ro’ohia ‘i te ma’i COVID-19, mai te monire 13 no Eperera mai â. Hô’ê noa â ta’ata tei tapeahia ‘i te fare ma’i. ‘E te parau ‘oa’oa ra, ‘aore â ta’ata i fa’arue mai.

Te ha’amamara’a te mau fa’ahepora’a e fa’aea i te fare : Tuamotu-Maareva, Fenua Enata, Raro mata’i, e Tuhaa Pae.

I muri ae i te hiora’a e, e aita te tirotiro COVID19 e ite hia ra i roto i te mau taa motu atea atu i te fenua Nia Matai, ua fa’aara te Hau nui e te Hau fenua i te tahi mau fa’anahora’a no te ha’amama mai te fa’ahepora’a e fa’aea i te fare.

E ara maitai ra ia tatou, aita te fa’anahora’a no te fa’ahepora’a e fa’aea i te fare i fa’aorehia.

Ua ha’amama noa hia ra. Fa’aotira’a teie tei ravehia i muri ae i te fafara’ahia te mana’o o te mau tavana oire. E nehenehe atura ia e tere na roto i to ratou noa fenua, e matara atoa te mau fare ha’api’ira’a, te terera’a faufaa. Teie ra, eita e fa’ariihia ia tere i roto i te tahi atu mau motu.

No te pae fenua Nia Matai ma, e tamau noa a te fa’ahepora’a e fa’aea i te fare e te opanira’a e tere i te pô.

Te fa’anaho nei ra te fa’aterera’a no te fenua i te ha’amama atoa teie fa’ahepora’a e fa’aea i te fare no ta tatou imira’a faufaa ma te fa’aohipa tamau ra i te mau ravea pâruru. Tia’i â ia tatou i te mau fa’aotira’a hopea.

Te parau no tô tatou feia ma’i i tonohia atu na i Paris e to ratou mau ta’ata ape’e

‘Ua fa’arihia te parau no tô ratou ho’ira’a mai i te fenua nei. I ô nei ia ratou e tamau ai i te ra’apaura’a ia ratou ma te arataihia e tô ratou mau taote. E feia teie tei mahuti mai na roto i te mau fare ma’i i Paris e o tei tu’uhia atu i roto i te tahi mau fare fa’aeara’a a tiai noa atu ai i te ho’ira’a mai i te fenua nei.

Teia ra, te vai nei te tahi titaura’a ia ratou :

  • Ia fa’arii ratou i te hi’opo’ara’a no te ma’imira’a i te tirotiro Convid-19 i roto ia ratou hou a ho’i mai ai; te mea e hina’aro hia ra, eiaha roa e tirotiro Covid-19 i roto ia ratou.
  • Ia fa’arii ratou i te fa’ahepora’a e noho i roto i te fare i fa’anahohia e te Hau fenua i te maorora’a e 21 mahana (3 hepetoma).
  • I muri ae, e rave hia a te mau hio’poara’a e hina’arohia ra.

Na te Hau fenua e amo i te mau ha’amauara’a atoa : te piha taotora, te ma’a, etv…

Te parau no te feia tei roto i te ma’i tau roa (Longue maladie)

Te ha’apapu maira te mau taote e mea rahi roa ‘outou tei ore e ‘ite fa’ahouhia nei i roto i te piha hi’opo’ara’a a tô ‘outou taote. ‘Outou ihoa ra e ma’i « tension », ma’i mafatu, mariri ai ta’ata, « goutte », omaha tihota, e ua rau atu to ‘outou mau ma’i tau roa (longue maladie).

Parau mau, ua fa’atiahia te mau taote e rave te mau aparaura’a na roto i te niuniu no te fafa atu i tô outou huru i roto i te ma’i e na reira atoa te fa’aroara’a ta ‘outou parau ra’au e 2 avae.

No reira, eiaha e fa’aea noa i te fare mai te peu e te fifi ra ‘outou. A niuniu e aore ra a haere atu e farerei i tô outou taote noa atu e, tei roto tatou i te tau fa’ahepora’a e fa’aea i te fare.

A fa’ai ta ‘outou parau fa’atia no te haere i te taote ra, mai ta ‘outou parau e fa’ai ra no te haere i te fare toa. Eiaha e tia’i ia uana roa tô ‘outou ma’i. A ha’apa’o maitai ia ‘outou.

Te numera niuniu 444 789 tâmoni ore : te tauturu a te taote manava

‘Ua fifi roa tô tatou orara’a i roto i teie tau no teie fifi ma’i Covid-19 e te fa’ahepora’a e fa’aea i te fare e te opaniopanira’a ia tere i te po. Huru ê rii ihoa te ferurira’a e te manava, no te tahi pae o tatou. Te vai nei te hepohepo, te peapea, te fiu, te riaria, te iri’a, etv …

I roto i teie piha ‘ohipa i reira ‘outou e niuniu atu ai, 444 789, no te ani i te mau haamaramaramara’a i nia i teie ma’i Covid-19, te fa’aarahia atu nei ‘outou e, e nehenehe atoa outou e aparau atu i te hô’ê taote manava, mai te hora 8 i te po’ipo’i e tae atu i te hora 6 i te tapera’a mahana. E fa’ariihia mai te mau huru ta’ata atoa, noa atu te faito o tô ratou matahiti : ruhiruhihia, ta’ata pa’ari, taurea, tamarii. E âpohia mai ta ‘outou mau anira’a. E horoa hia atu te tauturu e te fa’aitoitora’a ia matara to ‘outou fifi. Te ha’apapuhia atu nei ‘outou e, eita to ‘oe i’oa e fa’ahitihia, e te mau parau i roto i te mau aparaura’a e riro ia ei mau parau huna.

Te ARAIRA’A ‘i teie ma’i. ‘E mea faufa’a ‘ia fâaha’amana’ohia, ‘e’ita teie tirotiro ‘e parare noa, nā tātou ra ‘e ta’ita’i nei iana no reira tatou ’e titauhia ai, ia fa’aea ‘i te fare.

MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

EN SAVOIR PLUS

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre

Partager cet article