BULLETIN D’INFORMATION #36 – Cellule de crise de la Polynésie française

Sur les 135 tests effectués hier, aucune nouvelle personne n’a été révélée positive au virus Covid-19. 2544 personnes ont été dépistées depuis le début d’épidémie. Le bilan demeure 58 personnes touchées depuis le début de l’épidémie. 51 personnes ne présentent plus de signes la maladie et sont autorisées à sortir d’isolement (+1). 7 personnes demeurent sous surveillance, dont un patient hospitalisé. Les autorités sanitaires recommandent, avec l’allègement du confinement, le respect des mesures barrières.

Orientation de la stratégie de dépistage vers les personnes exposées

Les autorités sanitaires poursuivent, dans le cadre du confinement allégé, les opérations de dépistage du virus à un rythme soutenu.

Près de 400 personnes de retour de voyages, et leurs proches, considérées comme des cas contact, ont été testées ces dix derniers jours.

Outre la poursuite du dépistage des personnes présentant les symptômes de la maladie et ayant consulté leur médecin ou appelé le 15, la stratégie actuelle se tourne vers les professions dites exposées, c’est à dire en contact direct avec le public comme les professions de santé, les agents chargés de la protection civile et les forces de l’ordre (muto’i, gendarmes, policiers…).

Les autorités sanitaires rappellent que le test n’est effectué que sur ordonnance d’un médecin et selon des critères déterminés par le bureau de veille sanitaire. Ces critères sont les symptômes, le retour de voyage, les personnes contact, les professions exposées.

Ces tests coûtent en moyenne de 20.000 à 30.000 XPF. La direction de la Santé prend en charge le budget du dépistage (tests et examens).

Crèches et garderies : une présence indispensable

La décision d’allègement du confinement a été prise par les autorités en fonction des résultats épidémiologiques, mais également, afin de relancer progressivement la vie économique et sociale du Pays.

Dans ce cadre, le rôle des crèches et garderies est fondamental. Qu’elles soient agréées ou privées, ces établissements accueillant les enfants permettent aux parents de reprendre le chemin du travail.

Près de 60 responsables et membres de ce secteur d’activité ont été réunis mercredi dernier dans les espaces de l’Institut de la Jeunesse et des sports (IJSPF) par les autorités sanitaires, afin d’échanger sur les conditions d’accueil spéciales des enfants lors de cette période de reprise. Il est question, là-encore, de permettre aux professionnels d’adopter les gestes d’hygiène nécessaires et les mesures barrières lors de l’accueil des plus petits.

Brigades des magasins : poursuite du travail de sensibilisation sur le terrain

Les brigades des magasins, formées par les agents publics de la direction de la santé, renforcées par les personnels municipaux et par des personnes bénévoles, poursuivent leur travail d’observation, d’échanges et de conseils tout autour de l’île.

Un travail très apprécié par les commerçants dans une période où les brigades rappellent que le confinement est allégé mais pas supprimé, et qu’il convient, dans tous les lieux accueillant du public, de respecter, de manière stricte, les gestes barrières et de réorganiser l’accueil et la circulation des personnes dans les espaces dédiés.

ALLÈGEMENT DU CONFINEMENT: RESTONS VIGILANTS ! RESPECTONS LES MESURES BARRIÈRES

BULLETIN D’INFORMATION #35 – Cellule de crise de la Polynésie française

135 hi’opo’ara’a tei ravehia i nanahi ra, aita e ta’ata i ro’ohia i teie tirotiro. Mai te omuara’a o teie ma’i, 2 544 ta’ata tei hi’opo’ahia, mai te mahana matamua no mâti ra.

  • E 58 rahira’a ta’ata tei ma’ihia i te Covid-19 :
    • 7 ta’ata te hi’opo’a tâmau noa hia nei â ;
    • 51 ta’ata tei ‘afaro roa i teie mahana, ‘aita te mau tapa’o ma’i e ‘itehia ra i nia ia râtou, e ‘ua ho’i i roto i tô râtou mau utuafare.
  • 1 noa â ta’ata i roto i te fare ma’i, e te âfaro mâru noa maira.
  • E te parau âpi oaoa ra, aore roa e ta’ata i fa’arue mai.

Teie ra, ia vai ara noa â tâtou, e ia tâmau noa â i te fa’a’ohipa i te mau ravea pârurura’a i teie ma’i, e ia fa’aiti i te teretere.

Te mau fa’anahora’a no te hi’opo’ara’a i te mau ta’ata toroa fifi

Te tâmau nei te Fa’aterera’a o te Ea, i roto i teie tau ha’amamara’a i te ‘opanipanira’a i te fare, i te rave i te mau hi’opo’ara’a no te ma’imi i te tirotiro.

Piri i te 400 ta’ata tei ho’i mai na te ara e tô râtou mau feti’i piri roa o tei hi’opo’ahia mai te ha’amatara’a mai o teie ma’i i ô tâtou nei. Ta’a’e noa atu ai te mau hi’opo’ara’a tei ravehia i nia i te feia e tapa’o ma’i tô râtou e o teie hi’opo’ahia e tô râtou taote e aore ra o tei tâniuniu atu i te nûmera 15, teie atura te fa’anahora’a âpi : e ravehia te hi’opo’ara’a i nia te ta’ata tôro’a fifi mai te mau rave ‘ohipa o te Ea, te mau fa’ehau tûpohe ‘auvahi, te mau mûto’i farâni, te mau mûto’i a te Hau e te mau mûto’i ‘Oire.

Te mau Pû fa’ari’ira’a tamarii

‘Ua fa’aoti te mau Ti’a mana o te fenua i te ha’amama i te fa’otira’a e fa’aea i te fare, ia nehenehe ia fa’aha’amahuta fa’ahou i te orara’a faufaa e totiare o te fenua. Na roto i teie fa’otira’a, ua ‘itehia te faufaa rahi o te mau pû e fa’arii nei i tâ tâtou mau tamarii, maoti ratou e nehenehe ai te mau metua i te ho’i i nia i tâ ratou mau vahi ‘ohipara’a. 60 ratou mau mero no teie mau pû ‘ohipa ha’apa’o tamarii o tei ha’aputuputu i teie mahana toru i ma’iri a’e nei i roto i te Piha ‘ohipa no te feia âpi e te tu’aro (IJSPF). ‘Ua nehenehe teie mai ti’a i te tuatapapa no te fa’ari’ira’a i te tamarii. E ravea teie no te hô’ê a’itauira’a mana’o no nia i te mau ravea pârurura’a e te fa’ari’ira’a i tâ tâtou mau tamarii.

Te mau fa’aa’o no te fare toa : te tâmaura’a o te ‘ohipa arai

I roto i teie mau fa’aa’o no te mau fare toa, te vai nei te mau ti’a no te Fa’aterera’a o te Ea, turuhia e te mau rave ‘ohipa no te ‘Oire e te feia tauturu. Te tâmau nei ratou i tâ ratou mau hi’opo’ara’a e a’itauira’a mana’o i roto i te mau fare toa no Tahiti. E ‘ohipa teie o te fa’ari’i maitaihia nei e te mau fatu fare toa i roto i teie tau ha’amamamara’a i te mau fa’ahepora’a e fa’aea i te fare. Inaha te titauhia nei te rave ‘ohipa i roto io teie mai taiete e te huira’atira ia fa’atura i te mau fa’auera’a no te arai i teie ma’i i roto ihoa ra i te mau fare toa ; fa’ateatea te tahi e te tahi hô’ê a’e metera, hô’ê noa ta’ata i roto i te fare toa, ‘opanihia te tamarii, eiaha atoa te ta’ata pa’ari i te mau vahi ta’ata.

‘UA HA’AMAMAHIA TE PARAU NO TE ‘OPANIPANIRA’A I TE FARE

IA VAI ARA NOA TÂTOU ‘AITA A TEIE FIFI MA’I I ORE ATURA

A FA’A’OHIPA I TE MAU PORO’I PÂRURURA’A IA TÂTOU

EI HAU I ROTO I TÔ TÂTOU MAU UTUAFARE

MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

EN SAVOIR PLUS

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre

BULLETIN D’INFORMATION #36 – Cellule de crise de la Polynésie française

Sur les 135 tests effectués hier, aucune nouvelle personne n’a été révélée positive au virus Covid-19. 2544 personnes ont été dépistées depuis le début d’épidémie. Le bilan demeure 58 personnes touchées depuis le début de l’épidémie. 51 personnes ne présentent plus de signes la maladie et sont autorisées à sortir d’isolement (+1). 7 personnes demeurent sous surveillance, dont un patient hospitalisé. Les autorités sanitaires recommandent, avec l’allègement du confinement, le respect des mesures barrières.

Orientation de la stratégie de dépistage vers les personnes exposées

Les autorités sanitaires poursuivent, dans le cadre du confinement allégé, les opérations de dépistage du virus à un rythme soutenu.

Près de 400 personnes de retour de voyages, et leurs proches, considérées comme des cas contact, ont été testées ces dix derniers jours.

Outre la poursuite du dépistage des personnes présentant les symptômes de la maladie et ayant consulté leur médecin ou appelé le 15, la stratégie actuelle se tourne vers les professions dites exposées, c’est à dire en contact direct avec le public comme les professions de santé, les agents chargés de la protection civile et les forces de l’ordre (muto’i, gendarmes, policiers…).

Les autorités sanitaires rappellent que le test n’est effectué que sur ordonnance d’un médecin et selon des critères déterminés par le bureau de veille sanitaire. Ces critères sont les symptômes, le retour de voyage, les personnes contact, les professions exposées.

Ces tests coûtent en moyenne de 20.000 à 30.000 XPF. La direction de la Santé prend en charge le budget du dépistage (tests et examens).

Crèches et garderies : une présence indispensable

La décision d’allègement du confinement a été prise par les autorités en fonction des résultats épidémiologiques, mais également, afin de relancer progressivement la vie économique et sociale du Pays.

Dans ce cadre, le rôle des crèches et garderies est fondamental. Qu’elles soient agréées ou privées, ces établissements accueillant les enfants permettent aux parents de reprendre le chemin du travail.

Près de 60 responsables et membres de ce secteur d’activité ont été réunis mercredi dernier dans les espaces de l’Institut de la Jeunesse et des sports (IJSPF) par les autorités sanitaires, afin d’échanger sur les conditions d’accueil spéciales des enfants lors de cette période de reprise. Il est question, là-encore, de permettre aux professionnels d’adopter les gestes d’hygiène nécessaires et les mesures barrières lors de l’accueil des plus petits.

Brigades des magasins : poursuite du travail de sensibilisation sur le terrain

Les brigades des magasins, formées par les agents publics de la direction de la santé, renforcées par les personnels municipaux et par des personnes bénévoles, poursuivent leur travail d’observation, d’échanges et de conseils tout autour de l’île.

Un travail très apprécié par les commerçants dans une période où les brigades rappellent que le confinement est allégé mais pas supprimé, et qu’il convient, dans tous les lieux accueillant du public, de respecter, de manière stricte, les gestes barrières et de réorganiser l’accueil et la circulation des personnes dans les espaces dédiés.

ALLÈGEMENT DU CONFINEMENT: RESTONS VIGILANTS ! RESPECTONS LES MESURES BARRIÈRES

BULLETIN D’INFORMATION #35 – Cellule de crise de la Polynésie française

135 hi’opo’ara’a tei ravehia i nanahi ra, aita e ta’ata i ro’ohia i teie tirotiro. Mai te omuara’a o teie ma’i, 2 544 ta’ata tei hi’opo’ahia, mai te mahana matamua no mâti ra.

  • E 58 rahira’a ta’ata tei ma’ihia i te Covid-19 :
    • 7 ta’ata te hi’opo’a tâmau noa hia nei â ;
    • 51 ta’ata tei ‘afaro roa i teie mahana, ‘aita te mau tapa’o ma’i e ‘itehia ra i nia ia râtou, e ‘ua ho’i i roto i tô râtou mau utuafare.
  • 1 noa â ta’ata i roto i te fare ma’i, e te âfaro mâru noa maira.
  • E te parau âpi oaoa ra, aore roa e ta’ata i fa’arue mai.

Teie ra, ia vai ara noa â tâtou, e ia tâmau noa â i te fa’a’ohipa i te mau ravea pârurura’a i teie ma’i, e ia fa’aiti i te teretere.

Te mau fa’anahora’a no te hi’opo’ara’a i te mau ta’ata toroa fifi

Te tâmau nei te Fa’aterera’a o te Ea, i roto i teie tau ha’amamara’a i te ‘opanipanira’a i te fare, i te rave i te mau hi’opo’ara’a no te ma’imi i te tirotiro.

Piri i te 400 ta’ata tei ho’i mai na te ara e tô râtou mau feti’i piri roa o tei hi’opo’ahia mai te ha’amatara’a mai o teie ma’i i ô tâtou nei. Ta’a’e noa atu ai te mau hi’opo’ara’a tei ravehia i nia i te feia e tapa’o ma’i tô râtou e o teie hi’opo’ahia e tô râtou taote e aore ra o tei tâniuniu atu i te nûmera 15, teie atura te fa’anahora’a âpi : e ravehia te hi’opo’ara’a i nia te ta’ata tôro’a fifi mai te mau rave ‘ohipa o te Ea, te mau fa’ehau tûpohe ‘auvahi, te mau mûto’i farâni, te mau mûto’i a te Hau e te mau mûto’i ‘Oire.

Te mau Pû fa’ari’ira’a tamarii

‘Ua fa’aoti te mau Ti’a mana o te fenua i te ha’amama i te fa’otira’a e fa’aea i te fare, ia nehenehe ia fa’aha’amahuta fa’ahou i te orara’a faufaa e totiare o te fenua. Na roto i teie fa’otira’a, ua ‘itehia te faufaa rahi o te mau pû e fa’arii nei i tâ tâtou mau tamarii, maoti ratou e nehenehe ai te mau metua i te ho’i i nia i tâ ratou mau vahi ‘ohipara’a. 60 ratou mau mero no teie mau pû ‘ohipa ha’apa’o tamarii o tei ha’aputuputu i teie mahana toru i ma’iri a’e nei i roto i te Piha ‘ohipa no te feia âpi e te tu’aro (IJSPF). ‘Ua nehenehe teie mai ti’a i te tuatapapa no te fa’ari’ira’a i te tamarii. E ravea teie no te hô’ê a’itauira’a mana’o no nia i te mau ravea pârurura’a e te fa’ari’ira’a i tâ tâtou mau tamarii.

Te mau fa’aa’o no te fare toa : te tâmaura’a o te ‘ohipa arai

I roto i teie mau fa’aa’o no te mau fare toa, te vai nei te mau ti’a no te Fa’aterera’a o te Ea, turuhia e te mau rave ‘ohipa no te ‘Oire e te feia tauturu. Te tâmau nei ratou i tâ ratou mau hi’opo’ara’a e a’itauira’a mana’o i roto i te mau fare toa no Tahiti. E ‘ohipa teie o te fa’ari’i maitaihia nei e te mau fatu fare toa i roto i teie tau ha’amamamara’a i te mau fa’ahepora’a e fa’aea i te fare. Inaha te titauhia nei te rave ‘ohipa i roto io teie mai taiete e te huira’atira ia fa’atura i te mau fa’auera’a no te arai i teie ma’i i roto ihoa ra i te mau fare toa ; fa’ateatea te tahi e te tahi hô’ê a’e metera, hô’ê noa ta’ata i roto i te fare toa, ‘opanihia te tamarii, eiaha atoa te ta’ata pa’ari i te mau vahi ta’ata.

‘UA HA’AMAMAHIA TE PARAU NO TE ‘OPANIPANIRA’A I TE FARE

IA VAI ARA NOA TÂTOU ‘AITA A TEIE FIFI MA’I I ORE ATURA

A FA’A’OHIPA I TE MAU PORO’I PÂRURURA’A IA TÂTOU

EI HAU I ROTO I TÔ TÂTOU MAU UTUAFARE

MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

EN SAVOIR PLUS

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre