BULLETIN D’INFORMATION #39 – Cellule de crise de la Polynésie française

60 personnes ont été dépistées positives sur les 2816 tests effectués depuis le début de l’épidémie en Polynésie française. À ce jour, 4 personnes sont toujours sous surveillance et 56 ont été autorisées à sortir d’isolement.

Nombre de dépistages

Malgré l’élargissement de la stratégie de dépistage toujours en cours, le nombre de personnes dépistées a diminué ces derniers jours. En effet, au cours des semaines précédentes, un nombre important de personnes ont été testées pour confirmer leur sortie d’isolement après un retour de voyage ou avant un retour dans les îles. Le nombre de personnes revenant d’un séjour à l’étranger ou de métropole ayant drastiquement diminué depuis l’arrêt des vols internationaux explique le ralentissement du nombre de dépistages réalisés. Par ailleurs, le nombre de personnes testées positives au virus est également faibles ces dernières semaines réduisant ainsi les dépistages des personnes contacts. Les autorités sanitaires insistent sur le fait que les médecins libéraux, ainsi que les médecins exerçants dans des structures de santé publique, sont habilités à prescrire des tests aux personnes présentant des symptômes évocateurs de la maladie ainsi qu’à des personnes ayant des professions particulièrement exposées au public.

Les autorités sanitaires rappellent que les personnes ne présentant plus de symptômes de la maladie depuis plus de 14 jours et donc à sortir d’isolement, sont autorisés à reprendre une activité professionnelle. Elles ne présentent pas de risque de contagion pour leur entourage.

Continuité territoriale : dispositifs de rapatriement

L’arrivée du prochain vol de continuité territoriale est prévue pour le dimanche 10 mai. Il devrait rapatrier un total de 80 personnes (résidents Polynésiens). L’ensemble des demandes de retour au Fenua adressées à la Cellule de crise sanitaire, au Haut-Commissariat ainsi qu’à la délégation de Polynésie française à Paris, ont été enregistrées.

Cependant, les conditions de retour obligent les autorités à procéder à une priorisation figurant en premier les retours d’évacuations sanitaires, les personnes fragiles ou démunies, les femmes enceintes, et les familles avec de jeunes enfants.

Les personnes voyageant sur les vols de la continuité territoriale doivent être munies d’un billet validé par la compagnie aérienne, Air Tahiti Nui. Hormis le coût de ce billet, les autorités chiffrent le coût des procédures sanitaires de retour (les dépistages, l’hébergement et la restauration durant la quarantaine, à l’arrivée) à environ 310.000 XPF par personne adulte, entièrement pris en charge par le Pays.

La lutte contre les violences intra familiales : un traitement prioritaire dans le contexte actuel

Si le confinement implique une nouvelle organisation de la vie des familles susceptible de renforcer la solidarité intrafamiliale, il peut aussi représenter un facteur important, aggravant de passage à l’acte pour un conjoint violent, ou de réitération de gestes violents de sa part.

En cas de danger grave et immédiat, avec nécessité d’une intervention sur place, il convient de contacter les services de première urgence : appelez le 17.

Un nouveau dispositif est mis en place en partenariat avec les partenaires de proximité, auprès de la commune, de la pharmacie et du dispensaire le plus proche de leur domicile. Aussi, les victimes de violences et les témoins de scènes de violences intrafamiliales peuvent se signaler discrètement auprès des officines de pharmacies.

Elles pourront compter sur un accueil personnalisé, une écoute, une information et une orientation spécifique vers des dispositifs d’accompagnement et de prise en charge.

Ce dispositif permet :

  • une alerte efficace et discrète vis-à-vis de la personne violente ;
  • une prise en charge rapide des victimes ;
  • une orientation vers les dispositifs de prise en charge.

Ce dispositif est avant tout destiné aux femmes victimes de violences conjugales, mais également à toutes les victimes de violences dans le cercle familial, à commencer par les mineurs.

Masques chirurgicaux et FFP2 : un bilan sur les distributions gratuites

Depuis le début de la crise, les autorités sanitaires ont procédé à des distributions gratuites de masques auprès des professionnels de santé ainsi qu’à des professions particulièrement exposées. Plus de 550.000 masques ont ainsi été distribué :

  • Aux professionnels de santé libéraux. Des masques chirurgicaux leur ont été attribués depuis le 12 mars, via l’agence de régulation de l’action sanitaire et sociale (ARASS) dans un premier temps puis via les pharmacies d’officine depuis le 23 mars (la stratégie de distribution des masques : lien ).
  • Aux médecins libéraux et chirurgiens-dentistes. En plus de la dotation de masques chirurgicaux, des masques FFP2 sont en cours de distribution depuis le 4 mai.
  • Aux professions exposées, hors secteur santé, soit près de 280.000 masques donnés notamment aux communes, aux administrations, aux pompiers, aux centres pénitenciers, aux personnels des crèches et garderies, aux compagnies transports, aux établissements funéraires, etc.

À noter toutefois, que la distribution aux professions exposées, hors secteur santé a vocation à s’arrêter progressivement suite à l’autorisation de vente des masques grand public par les pharmacies depuis le 27 avril.

Les autorités sanitaires recommandent, par ailleurs, le port du masque en tissu et rappellent que la direction de la santé a mis à disposition des fiches techniques pour accompagner la population dans le choix de confection d’un masque en tissu et dans les bonnes pratiques de celui-ci : lien.

BULLETIN D’INFORMATION #39 – Cellule de crise de la Polynésie française

151 hi’opo’ara’a tei ravehia i te omuara’a no teie hope’a hepetoma, aita e ta’ata i ro’ohia i teie tirotiro. 2 816 ta’ata tei hi’opo’ahia, mai te omuara’a o teie ma’i. E 60 rahira’a ta’ata tei ma’ihia i te Covid-19 : 4 ta’ata tei roto noa â i te hi’opo’ara’a tâmau. 56 ta’ata tei ‘afaro roa mai, ‘aita te mau tapa’o ma’i e ‘itehia fa’ahouhia ra i nia ia râtou. Aore e ta’ata fa’ahou i roto i te piha rapa’aura’a ma’i fifi, ‘ua âfaro roa. E te parau âpi oaoa ra, aore roa e ta’ata i fa’arue mai.

Teie ra, ia vai ara noa â tâtou, e ia tâmau noa â i te fa’a’ohipa i te mau ravea pârurura’a i teie ma’i, e ia fa’a’iti i te teretere.

’Ua iti mai te mau hi’opo’ara’a i te ma’i Covid-19

Noa atu te fa’arahira’a hia te mau hi’opo’ara’a, ‘ua iti mai te mau taa’ta e hi’opo’ahia i teie mau mahana nei. Oia nei, i te mau hepetoma i ma’iri ‘ae nei, mea rahi te mau ta’ata tei hi’opoahia ; te vai nei te mau ta’ata tei ho’i mai na te ara mai, te tahi atu mau ta’ata atoa hou râtou a ho’i atu ai i roto i tô râtou mau motu. I te ‘opanira’ahia te mau ‘oti’a fenua, ‘ua iti mai ia te terera’a manureva mai te ara mai e nâ teie tumu i fa’aiti roa te mau hi’opo’ara’a. ‘Ua iti atoa te mau ta’ata tei piri atu i te tahi atu mau ta’ata, ‘ua iti atoa ia te ta’ata tei ro’ohia i teie ma’i. Te fa’aha’amana’o nei te mau Ti’a Fa’atere i te Ea, e nehenehe roa te mau taote atoa tâ te Hau e tae noa atu i te mau taote e ere i tâ te Hau e ani i te hi’opo’ara’a i te mau ta’ata tâ râtou e hi’opoa nei e te vai ra te mau tapa’o ma’i i nja ia râtou, no te ma’imira’a i te tirotiro Covid-19, e na reira atoa no te mau ta’ata e ‘ohipa fatata roa atu i te huira’atira.

No te hô’ê ta’ata, tei ma’i hia na i te ma’i Covid-19, e i muri ‘ae i te maorora’a e 14 mahana te opanipanira’a, ua hi’opo’a fa’ahou hia oia e aita i ‘itehia te tirotiro Covid-19 i roto ia’na, te ha’apapu atu nei te mau Ti’a Fa’atere o te Ea, e nehenehe roa teie ta’ata e ho’i i nia i tâna vahi ‘ohipara’a. Aita oia e ha’afifi ra i te mau ta’ata e ha’ati ra ia’na.

Te tere manureva a te Hau Nui (Continuité Territoriale) : te fa’anaho ra’a no te fa’aho’ira’a mai tô tâtou mau ta’ata i te fenua nei.

E tae mai te manureva a te taiete Air Tahiti Nui tei târahuhia e te Hau Nui i teie tapati 10 nô Mê. E 80 ta’ata no te fenua nei i nia i taua manureva ra. ‘Ua tapa’ohia te rahira’a anira’a no te ho’i mai i te fenau nei, i roto i te Pû tia’au i te fifi ma’i Covid-19 no te fenua nei, te piha toroa a te Tomitera Teitei, e te pû ‘ohipara’a no Pôrinetia farani i Paris. E ravehia te tahi mau fa’anahora’a mai teie te huru :

  1. nâ mua roa te feia tei haere atu i Paris no te rapa’aura’a i tô râtou ma’i e tae noa atu i tô râtou mau ta’ata ape’e ;
  2. te mau ta’ata te fifi ra i te pae te tino e tae noa atu i te pae o te monii ;
  3. te mau vahine tei tô ;
  4. te utuafare e tâ râtou mau tamari’i ;

O te mau ta’ata noa e titeti manureva papu tâ râtou a te taiete Air Tahiti Nui, o tei fa’ari’ihia e rave i taua manureva ra. Na te Hau fenua e ‘amo i te mau ha’amauara’a atoa, no tâ râtou mau hi’opo’ara’a e tô râtou nohora’a i roto i te fare tei fa’atahia nô râtou i te fenua nei. E ono ahuru ma piti tauatini tara, i te ta’ata hô’ê.

Te ara’ira’a i te mau pe’ape’a utuafare : te mau ravea rû i roto i te tau fifi o tâ tâtou e farerei nei.

Na roto i te tau fa’ahepora’a e fa’aea i te fare, e ‘itehia te tahi tauira’a rahi i roto i te orara’a utuafare na roto anei i te hô’ê tâhô’êra’a i te fêti’i e aore ra te fâ ra’a mai te tahi mau tauira’a o te huru o te ta’ata, mai te hô’ê tâne anei o te fa’atupu i te pe’ape’a i roto i tôna iho utuafare.

Ia ‘ite noa hia atu teie huru fifi e mea tîtauhia ia niuniu rû atu i te nûmera 17.

‘Ua ha’amau hia te tahi fa’anahora’a ‘âpî i roto anei i te mau ‘oire, te mau fare ra’au, e aore ra i roto i te mau fare utuutura’a ma’i fa’atata roa ‘ae i tô ‘outou nohora’a. E nehenehe ia te mau ta’ata e fa’aruru nei i teie huru pe’ape’a e aore ra te mau ‘ite o teie mau pe’ape’a ia haere atu e farerei i te mau ti’a no teie mau fare ra’au.

I reira e fa’ari’i mata’ihia râtou, e fa’aro’ohia râtou e i reira atoa te tahi mau ha’amaramaramara’a e horoa hia ai no te ‘âpe’era’a ia râtou i roto i teie fifi.

Na teie ravea e fa’aohie i te mau tauturu i te feia i fa’aruru i teie mau pe’ape’a utuafare. E nehenehe atoa teie ravea e fa’aohie i te fa’ahaerera’a i teie ta’ata i fifi i roto i te mau pû i fa’ata’ahia no te tautura’a ia râtou.

‘Ua fa’anahohia teie mau ravea nâ mua roa no te mau vahine o teie taparahihia. ‘Ua fa’ata’a atoa hia ra te reira no te mau mero o te utuafare mai te mau tamari’i.

Te mau pâruru vaha (masque chirurgical e FFP2) : te huru tupura’a o te ‘operera’a tâmoni ore mai te omuara’a o teie fifi ma’i Covid-19

Mai te omuara’a o teie fifi ma’i Covid-19, ‘ua opere na te Fa’aterera’a o te Ea te mau pâruru vaha ma te tâmoni ore, no te feia rave ‘ohipa no te Ea e tae noa atu i te feia e ‘ohipa piri roa atu i te huira’atira. E 550 000 pâruru vaha tei operehia :

  • No te mau taote e ere i tâ te Hau : ‘ua operehia te pâruru vaha (faito masque chirurgical) mai te 12 nô mati ra na roto atu i te pû ARASS e mai te 23 nô mati na roto i te mau fare ra’au. Area te pâruru vaha faito FFP2, ‘ua ha’amatahia te operera’a mai te 4 no Mê nei.
  • Ta’a’e noa atu ai te feia rave ‘ohipa a te Ea, ‘ua opere atoa hia, mai te 23 nô mati ra, 280 000 pâruru vaha (masque chirurgical) no te feia e ‘ohipa piri roa tâ râtou i te huira’atira mai te rave ‘ohipa o te mau ‘Oire, te mau Pû a te Hau, te feia tûpohe auahi, te fare tape’ara’a, te mau fare ha’apa’ora’a tamari’i, te mau taiete pereo’o mateina’a, te pû ha’apa’o nei i te tino pohe.
  • Mai te 8 no Eperera ra, ‘ua opere atoa hia na te huira’atira.
  • Mea ta’a’e ihoa ia te rahira’a o te mau pâruru vaha tei operehia i roto i te mau fare utuutura’a ma’i.

E fa’aiti maru noa hia te operera’a pâruru vaha i te feia rave ‘ohipa piri roa i te huira’atira, no te mea, i teie nei, e nehenehe râtou e haere i roto i te mau fare ra’au e ho’o mai ai te mau pâruru vaha nô râtou ; ‘ua ha’amatahia teie huru operera’a mai te 27 nô Eperera ra.

Te poro’i nei te mau Ti’a mana o te Ea i te huira’atira ia omono te mau pâruru vaha nirahia ma te fa’a’ohipa i te ahu. Te vai nei te mau âpi parau ha’api’ira’a i te nirara’a i teie mau pâruru vaha. Haere atu i nia i te tahua Natirara a te Fa’aterera’a o te Ea : https://www.service-public.pf/dsp/covid-19/supports-coronavirus/

IA VAI ARA NOA RA TÂTOU
‘AITA Â TEIE FIFI MA’I I ORE ATURA A FA’A’OHIPA I TE MAU RAVEA PÂRURU
MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

EN SAVOIR PLUS

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre

BULLETIN D’INFORMATION #39 – Cellule de crise de la Polynésie française

60 personnes ont été dépistées positives sur les 2816 tests effectués depuis le début de l’épidémie en Polynésie française. À ce jour, 4 personnes sont toujours sous surveillance et 56 ont été autorisées à sortir d’isolement.

Nombre de dépistages

Malgré l’élargissement de la stratégie de dépistage toujours en cours, le nombre de personnes dépistées a diminué ces derniers jours. En effet, au cours des semaines précédentes, un nombre important de personnes ont été testées pour confirmer leur sortie d’isolement après un retour de voyage ou avant un retour dans les îles. Le nombre de personnes revenant d’un séjour à l’étranger ou de métropole ayant drastiquement diminué depuis l’arrêt des vols internationaux explique le ralentissement du nombre de dépistages réalisés. Par ailleurs, le nombre de personnes testées positives au virus est également faibles ces dernières semaines réduisant ainsi les dépistages des personnes contacts. Les autorités sanitaires insistent sur le fait que les médecins libéraux, ainsi que les médecins exerçants dans des structures de santé publique, sont habilités à prescrire des tests aux personnes présentant des symptômes évocateurs de la maladie ainsi qu’à des personnes ayant des professions particulièrement exposées au public.

Les autorités sanitaires rappellent que les personnes ne présentant plus de symptômes de la maladie depuis plus de 14 jours et donc à sortir d’isolement, sont autorisés à reprendre une activité professionnelle. Elles ne présentent pas de risque de contagion pour leur entourage.

Continuité territoriale : dispositifs de rapatriement

L’arrivée du prochain vol de continuité territoriale est prévue pour le dimanche 10 mai. Il devrait rapatrier un total de 80 personnes (résidents Polynésiens). L’ensemble des demandes de retour au Fenua adressées à la Cellule de crise sanitaire, au Haut-Commissariat ainsi qu’à la délégation de Polynésie française à Paris, ont été enregistrées.

Cependant, les conditions de retour obligent les autorités à procéder à une priorisation figurant en premier les retours d’évacuations sanitaires, les personnes fragiles ou démunies, les femmes enceintes, et les familles avec de jeunes enfants.

Les personnes voyageant sur les vols de la continuité territoriale doivent être munies d’un billet validé par la compagnie aérienne, Air Tahiti Nui. Hormis le coût de ce billet, les autorités chiffrent le coût des procédures sanitaires de retour (les dépistages, l’hébergement et la restauration durant la quarantaine, à l’arrivée) à environ 310.000 XPF par personne adulte, entièrement pris en charge par le Pays.

La lutte contre les violences intra familiales : un traitement prioritaire dans le contexte actuel

Si le confinement implique une nouvelle organisation de la vie des familles susceptible de renforcer la solidarité intrafamiliale, il peut aussi représenter un facteur important, aggravant de passage à l’acte pour un conjoint violent, ou de réitération de gestes violents de sa part.

En cas de danger grave et immédiat, avec nécessité d’une intervention sur place, il convient de contacter les services de première urgence : appelez le 17.

Un nouveau dispositif est mis en place en partenariat avec les partenaires de proximité, auprès de la commune, de la pharmacie et du dispensaire le plus proche de leur domicile. Aussi, les victimes de violences et les témoins de scènes de violences intrafamiliales peuvent se signaler discrètement auprès des officines de pharmacies.

Elles pourront compter sur un accueil personnalisé, une écoute, une information et une orientation spécifique vers des dispositifs d’accompagnement et de prise en charge.

Ce dispositif permet :

  • une alerte efficace et discrète vis-à-vis de la personne violente ;
  • une prise en charge rapide des victimes ;
  • une orientation vers les dispositifs de prise en charge.

Ce dispositif est avant tout destiné aux femmes victimes de violences conjugales, mais également à toutes les victimes de violences dans le cercle familial, à commencer par les mineurs.

Masques chirurgicaux et FFP2 : un bilan sur les distributions gratuites

Depuis le début de la crise, les autorités sanitaires ont procédé à des distributions gratuites de masques auprès des professionnels de santé ainsi qu’à des professions particulièrement exposées. Plus de 550.000 masques ont ainsi été distribué :

  • Aux professionnels de santé libéraux. Des masques chirurgicaux leur ont été attribués depuis le 12 mars, via l’agence de régulation de l’action sanitaire et sociale (ARASS) dans un premier temps puis via les pharmacies d’officine depuis le 23 mars (la stratégie de distribution des masques : lien ).
  • Aux médecins libéraux et chirurgiens-dentistes. En plus de la dotation de masques chirurgicaux, des masques FFP2 sont en cours de distribution depuis le 4 mai.
  • Aux professions exposées, hors secteur santé, soit près de 280.000 masques donnés notamment aux communes, aux administrations, aux pompiers, aux centres pénitenciers, aux personnels des crèches et garderies, aux compagnies transports, aux établissements funéraires, etc.

À noter toutefois, que la distribution aux professions exposées, hors secteur santé a vocation à s’arrêter progressivement suite à l’autorisation de vente des masques grand public par les pharmacies depuis le 27 avril.

Les autorités sanitaires recommandent, par ailleurs, le port du masque en tissu et rappellent que la direction de la santé a mis à disposition des fiches techniques pour accompagner la population dans le choix de confection d’un masque en tissu et dans les bonnes pratiques de celui-ci : lien.

BULLETIN D’INFORMATION #39 – Cellule de crise de la Polynésie française

151 hi’opo’ara’a tei ravehia i te omuara’a no teie hope’a hepetoma, aita e ta’ata i ro’ohia i teie tirotiro. 2 816 ta’ata tei hi’opo’ahia, mai te omuara’a o teie ma’i. E 60 rahira’a ta’ata tei ma’ihia i te Covid-19 : 4 ta’ata tei roto noa â i te hi’opo’ara’a tâmau. 56 ta’ata tei ‘afaro roa mai, ‘aita te mau tapa’o ma’i e ‘itehia fa’ahouhia ra i nia ia râtou. Aore e ta’ata fa’ahou i roto i te piha rapa’aura’a ma’i fifi, ‘ua âfaro roa. E te parau âpi oaoa ra, aore roa e ta’ata i fa’arue mai.

Teie ra, ia vai ara noa â tâtou, e ia tâmau noa â i te fa’a’ohipa i te mau ravea pârurura’a i teie ma’i, e ia fa’a’iti i te teretere.

’Ua iti mai te mau hi’opo’ara’a i te ma’i Covid-19

Noa atu te fa’arahira’a hia te mau hi’opo’ara’a, ‘ua iti mai te mau taa’ta e hi’opo’ahia i teie mau mahana nei. Oia nei, i te mau hepetoma i ma’iri ‘ae nei, mea rahi te mau ta’ata tei hi’opoahia ; te vai nei te mau ta’ata tei ho’i mai na te ara mai, te tahi atu mau ta’ata atoa hou râtou a ho’i atu ai i roto i tô râtou mau motu. I te ‘opanira’ahia te mau ‘oti’a fenua, ‘ua iti mai ia te terera’a manureva mai te ara mai e nâ teie tumu i fa’aiti roa te mau hi’opo’ara’a. ‘Ua iti atoa te mau ta’ata tei piri atu i te tahi atu mau ta’ata, ‘ua iti atoa ia te ta’ata tei ro’ohia i teie ma’i. Te fa’aha’amana’o nei te mau Ti’a Fa’atere i te Ea, e nehenehe roa te mau taote atoa tâ te Hau e tae noa atu i te mau taote e ere i tâ te Hau e ani i te hi’opo’ara’a i te mau ta’ata tâ râtou e hi’opoa nei e te vai ra te mau tapa’o ma’i i nja ia râtou, no te ma’imira’a i te tirotiro Covid-19, e na reira atoa no te mau ta’ata e ‘ohipa fatata roa atu i te huira’atira.

No te hô’ê ta’ata, tei ma’i hia na i te ma’i Covid-19, e i muri ‘ae i te maorora’a e 14 mahana te opanipanira’a, ua hi’opo’a fa’ahou hia oia e aita i ‘itehia te tirotiro Covid-19 i roto ia’na, te ha’apapu atu nei te mau Ti’a Fa’atere o te Ea, e nehenehe roa teie ta’ata e ho’i i nia i tâna vahi ‘ohipara’a. Aita oia e ha’afifi ra i te mau ta’ata e ha’ati ra ia’na.

Te tere manureva a te Hau Nui (Continuité Territoriale) : te fa’anaho ra’a no te fa’aho’ira’a mai tô tâtou mau ta’ata i te fenua nei.

E tae mai te manureva a te taiete Air Tahiti Nui tei târahuhia e te Hau Nui i teie tapati 10 nô Mê. E 80 ta’ata no te fenua nei i nia i taua manureva ra. ‘Ua tapa’ohia te rahira’a anira’a no te ho’i mai i te fenau nei, i roto i te Pû tia’au i te fifi ma’i Covid-19 no te fenua nei, te piha toroa a te Tomitera Teitei, e te pû ‘ohipara’a no Pôrinetia farani i Paris. E ravehia te tahi mau fa’anahora’a mai teie te huru :

  1. nâ mua roa te feia tei haere atu i Paris no te rapa’aura’a i tô râtou ma’i e tae noa atu i tô râtou mau ta’ata ape’e ;
  2. te mau ta’ata te fifi ra i te pae te tino e tae noa atu i te pae o te monii ;
  3. te mau vahine tei tô ;
  4. te utuafare e tâ râtou mau tamari’i ;

O te mau ta’ata noa e titeti manureva papu tâ râtou a te taiete Air Tahiti Nui, o tei fa’ari’ihia e rave i taua manureva ra. Na te Hau fenua e ‘amo i te mau ha’amauara’a atoa, no tâ râtou mau hi’opo’ara’a e tô râtou nohora’a i roto i te fare tei fa’atahia nô râtou i te fenua nei. E ono ahuru ma piti tauatini tara, i te ta’ata hô’ê.

Te ara’ira’a i te mau pe’ape’a utuafare : te mau ravea rû i roto i te tau fifi o tâ tâtou e farerei nei.

Na roto i te tau fa’ahepora’a e fa’aea i te fare, e ‘itehia te tahi tauira’a rahi i roto i te orara’a utuafare na roto anei i te hô’ê tâhô’êra’a i te fêti’i e aore ra te fâ ra’a mai te tahi mau tauira’a o te huru o te ta’ata, mai te hô’ê tâne anei o te fa’atupu i te pe’ape’a i roto i tôna iho utuafare.

Ia ‘ite noa hia atu teie huru fifi e mea tîtauhia ia niuniu rû atu i te nûmera 17.

‘Ua ha’amau hia te tahi fa’anahora’a ‘âpî i roto anei i te mau ‘oire, te mau fare ra’au, e aore ra i roto i te mau fare utuutura’a ma’i fa’atata roa ‘ae i tô ‘outou nohora’a. E nehenehe ia te mau ta’ata e fa’aruru nei i teie huru pe’ape’a e aore ra te mau ‘ite o teie mau pe’ape’a ia haere atu e farerei i te mau ti’a no teie mau fare ra’au.

I reira e fa’ari’i mata’ihia râtou, e fa’aro’ohia râtou e i reira atoa te tahi mau ha’amaramaramara’a e horoa hia ai no te ‘âpe’era’a ia râtou i roto i teie fifi.

Na teie ravea e fa’aohie i te mau tauturu i te feia i fa’aruru i teie mau pe’ape’a utuafare. E nehenehe atoa teie ravea e fa’aohie i te fa’ahaerera’a i teie ta’ata i fifi i roto i te mau pû i fa’ata’ahia no te tautura’a ia râtou.

‘Ua fa’anahohia teie mau ravea nâ mua roa no te mau vahine o teie taparahihia. ‘Ua fa’ata’a atoa hia ra te reira no te mau mero o te utuafare mai te mau tamari’i.

Te mau pâruru vaha (masque chirurgical e FFP2) : te huru tupura’a o te ‘operera’a tâmoni ore mai te omuara’a o teie fifi ma’i Covid-19

Mai te omuara’a o teie fifi ma’i Covid-19, ‘ua opere na te Fa’aterera’a o te Ea te mau pâruru vaha ma te tâmoni ore, no te feia rave ‘ohipa no te Ea e tae noa atu i te feia e ‘ohipa piri roa atu i te huira’atira. E 550 000 pâruru vaha tei operehia :

  • No te mau taote e ere i tâ te Hau : ‘ua operehia te pâruru vaha (faito masque chirurgical) mai te 12 nô mati ra na roto atu i te pû ARASS e mai te 23 nô mati na roto i te mau fare ra’au. Area te pâruru vaha faito FFP2, ‘ua ha’amatahia te operera’a mai te 4 no Mê nei.
  • Ta’a’e noa atu ai te feia rave ‘ohipa a te Ea, ‘ua opere atoa hia, mai te 23 nô mati ra, 280 000 pâruru vaha (masque chirurgical) no te feia e ‘ohipa piri roa tâ râtou i te huira’atira mai te rave ‘ohipa o te mau ‘Oire, te mau Pû a te Hau, te feia tûpohe auahi, te fare tape’ara’a, te mau fare ha’apa’ora’a tamari’i, te mau taiete pereo’o mateina’a, te pû ha’apa’o nei i te tino pohe.
  • Mai te 8 no Eperera ra, ‘ua opere atoa hia na te huira’atira.
  • Mea ta’a’e ihoa ia te rahira’a o te mau pâruru vaha tei operehia i roto i te mau fare utuutura’a ma’i.

E fa’aiti maru noa hia te operera’a pâruru vaha i te feia rave ‘ohipa piri roa i te huira’atira, no te mea, i teie nei, e nehenehe râtou e haere i roto i te mau fare ra’au e ho’o mai ai te mau pâruru vaha nô râtou ; ‘ua ha’amatahia teie huru operera’a mai te 27 nô Eperera ra.

Te poro’i nei te mau Ti’a mana o te Ea i te huira’atira ia omono te mau pâruru vaha nirahia ma te fa’a’ohipa i te ahu. Te vai nei te mau âpi parau ha’api’ira’a i te nirara’a i teie mau pâruru vaha. Haere atu i nia i te tahua Natirara a te Fa’aterera’a o te Ea : https://www.service-public.pf/dsp/covid-19/supports-coronavirus/

IA VAI ARA NOA RA TÂTOU
‘AITA Â TEIE FIFI MA’I I ORE ATURA A FA’A’OHIPA I TE MAU RAVEA PÂRURU
MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

EN SAVOIR PLUS

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre