BULLETIN D’INFORMATION #41 – Cellule de crise de la Polynésie française

60 personnes ont été dépistées positives sur les 3170 tests effectués depuis le début de l’épidémie en Polynésie française. À ce jour, 1 personne est toujours sous surveillance et 59 ont été autorisées à sortir d’isolement. La personne qui était hospitalisée depuis plusieurs semaines est sortie de l’hôpital hier dans l’après-midi.

Les mesures de quarantaine à l’arrivée en Polynésie française

Depuis le 16 mars 2020, la Polynésie a déclaré un état de crise sanitaire qui a justifié la mise en place des mesures de quarantaine pour toutes les personnes arrivant de l’extérieur. A cette date, la quarantaine devait s’effectuer à Tahiti, dans un souci de protection des iles, à domicile ou dans un site dédié pris en charge par la Polynésie française. Les cas positifs ont été introduits en Polynésie française jusqu’au 28 mars, date du dernier vol international.

L’évolution de la maladie et du nombre de cas a été lié ensuite à la contamination de personnes positives rentrées de voyage, et n’ayant pas respectées strictement la quarantaine. La progression du nombre de cas positifs a entrainé la mesure de mise en confinement de toute la population avec les conséquences sociales et économiques constatées. L’arrêt des vols internationaux a permis de suivre et de maitriser l’évolution de la maladie.

L’annonce de la réouverture de vols de continuité territoriale avec la perspective du retour de résidents pouvant introduire le virus au sein de la population, a obligé les autorités sanitaires à envisager des mesures plus strictes afin d’éviter une nouvelle contamination de la population, et de ne pas revivre les semaines de confinement passées. Dans cette perspective, le Pays a décidé en Conseil des ministres hier de confirmer et de poursuivre les mesures déjà mises en œuvre à la réouverture des vols de continuité territoriale qui ont permis de circonscrire la maladie.

Aussi, avant d’entrer en Polynésie française, toute personne doit effectuer un test de dépistage datant de moins de 72 heures. Seules les personnes négatives peuvent embarquer. Elles doivent également s’engager sur l’honneur et par écrit à effectuer leur quarantaine dans un site dédié, géré par le Pays. A l’arrivée en Polynésie française ces personnes effectuent une quarantaine de 14 jours dans un site dédié à l’issue de laquelle un nouveau test de dépistage est effectué avant la levée de la quarantaine.

Ces mesures, qui ont démontrées leur efficacité à ce jour, sont indispensables pour s’assurer de la non réintroduction du virus en Polynésie française.

Augmentation de la capacité d’hébergement (en quarantaine)

En prévision des retours des ressortissants polynésiens bloqués en métropole, le Pays a augmenté la capacité des lieux de résidence dédiés à la mise en quarantaine et dispose, à ce jour, de 369 chambres représentant une possibilité de loger 680 personnes. Des extensions seront possibles en cas de nécessité.

Cependant, le nombre de personnes susceptibles d’être logées simultanément dépend des capacités d’embarquement sur les vols de départ. Cette capacité varie entre 150 et 200 personnes si l’on tient compte des mesures de distanciation physique imposées à bord des avions.

La fréquence des vols détermine également le nombre de logements à mobiliser, les vagues successives de rapatriement ne pouvant être mélangées en raison des cycles de quatorzaine.

Formation d’accompagnement aux entreprises

Face à la reprise d’activité professionnelle, la Cellule de Crise Covid-19 et la direction de la Santé, en partenariat avec la direction du Travail, organisent des formations afin de guider les entreprises dans la reprise du travail et sur l’application des mesures barrières en milieu professionnel.

Il s’agit d’une formation de 2 heures, prévue en trois temps :

  • Intervention d’un médecin au Bureau de Veille Sanitaire (BVS), pour évoquer la maladie, ses symptômes, la gestion de l’épidémie en Polynésie française et la vigilance à maintenir pour prévenir une 2ème vague épidémique ;
  • Intervention d’un représentant de la direction du Travail pour cibler plus spécifiquement les recommandations sanitaires ainsi que la mise en place et l’application de celles-ci en milieu professionnel et l’organisation de la reprise de l’activité ;
  • Intervention d’une infirmière hygiéniste pour fournir les recommandations générales en termes d’hygiène et de mesures barrières.

Ce cycle de formation a débuté ce jeudi matin, dans le Fare Pote’e de la direction de la Santé. Le Ministre de la Santé, Dr. Jacques Raynal et la directrice de la Santé, Dr. Laurence Bonnac-Théron, ont souhaité venir saluer et encourager les représentants d’entreprises venus assister à la formation et qui se feront le relai de ces informations auprès de leurs organisations. Ces formations vont se poursuivre dans les deux prochaines semaines et toucher ainsi les pôles d’influence professionnels.

BULLETIN D’INFORMATION #41 – Cellule de crise de la Polynésie française

205 hi’opo’ara’a tei ravehia mai te monire ra, aita e ta’ata i ro’ohia i teie ma’i. 3170 ta’ata tei hi’opo’ahia, mai te omuara’a o teie ma’i. E 60 rahira’a ta’ata tei ma’ihia i te Covid-19 : 1 noa ta’ata tei roto i te hi’opo’ara’a tâmau. 59 ta’ata tei ‘afaro roa mai, ‘aita te mau tapa’o ma’i e ‘itehia fa’ahouhia ra i nia ia râtou. Aore roa e ta’ata e tape’ahia fa’ahouhia ra i roto i te fare ma’i. E te parau âpi oaoa ra, aore roa e ta’ata i fa’arue mai.

Teie ra, ia vai ara noa â tâtou, e ia tâmau noa â i te fa’a’ohipa i te mau ravea pârurura’a i teie ma’i.

Te fa’ahepora’a e ‘opanipani i roto i te hô’ê fare i fa’ata’ahia e te Hau Fenua nô te feia i ho’i mai i te Fenua nei.

Mai te 16 nô mâti 2020, ‘ua fa’aoti te Hau Fenua ia ‘itehia tâtou i roto i te parau nô teie fifi ma’i Covid-19 tei pârare nâ te Ao nei. Mai reira ’ua ha’amauhia te mau ravea pârurura’a nô te mau ta’ata atoa e tae mai nei i te fenua nei nâ te ara mai. Tae mai i teie mahana, e mea fa’ahepohia te vai ‘opanipanira’a i nia noa ra i te fenua nô Tahiti, nô te pârurura’a i te mau ta’a motu. Teie mau ‘opanipanira’a, e nehenehe te reira e tupu i te nohora’a utuafare e aore ra i roto i te hô’ê fare tei târahuhia e te Hau Fenua. Te feia o tei ro’ohia i teie nei tirotiro, ‘ua tae mai râtou i Pôrînetia nei nâ mua atu i te 28 nô Mâti, nâ nia mai i te manureva hopea nâ te ara mai.

Te pararera’a o te ma’i e te rahira’a ta’ata ma’i e mea nâ roto mai ia te mau ta’ata ma’i i ho’i mai nâ te ara e o tei ore i fa’atura maitai i te vai ‘opanipanira’a. I mua i te rahira’a o te mau ta’ata tei ma’i hia, ‘ua fa’ahepohia tâtou ia vai ‘opanipani nô te hô’ê roara’a ahuru mâ maha mahana. Te tape’ara’ahia te mau rerera’a manureva, nâ te reira i tape’a i te pârarera’a o te ma’i.

Te fa’a’arara’a no te tâmaura’a o te mau rerera’a manureva i târahuhia e te Hau Farâni (Continuité Territoriale) o te fa’aho’i mai i te feia tumu no te fenua nei, o te reira teie e pe’ape’ahia nei, inaha e nehenehe te tirotiro e pârare fa’ahou i roto i te huira’atira, i rave ai te mau Ti’a mana no te Ea i te mau fa’aotira’a ‘eta’eta nô te arai i te pârarera’a o teie ma’i, eiaha atoa ho’i tâtou ia ora fa’ahou mai i te vai ‘opanipanira’a o tâ tâtou i ‘ite i te mau hepetoma i mairi ‘ae nei. ‘Ua fa’aoti te Hau Fenua i roto i tâna rurura’a o te mau Fa’atere Hau nô nanahi ra, ia ha’apâpu e ia tâmau i te rave i te fa’aotira’a i fa’aotihia i te taime i ‘iritihia ai te mau rerera’a o te mau manureva (Continuité Territoriale). Nâ te reira i tape’a i te pârarera’a o te ma’i.

Hou a haere mai ai i Porînetia nei e mea tîtauhia te mau ta’ata atoa ia hi’opo’ahia râtou hou a rave ai i te manureva. Te ta’ata aita tôna e tirotiro, o oia anae te nehenehe e rave i te manureva. E mea tîtau atoa hia râtou ia tu’urima i te hô’ê parau e te fa’ari’i nei râtou i te hô’ê vai ‘opanipanira’a i roto i te fare o te târahuhia e te Hau Fenua. Ia tae mai teie mau ta’ata i Porînetia nei, e tape’a hia râtou nô te hô’ê roara’a hô’ê ahuru mâ maha mahana. Ia hope teie tau ‘opanipanira’a e hi’opo’a fa’ahouhia râtou hou a ho’i atu ai i roto i tô râtou mau utuafare.

E mau fa’aotira’a teie o tei pâruru maitai i tô tâtou fenua i teie tirotiro

Te fa’ari’ira’a te mau ta’ata e ho’i mai i te fenua nei

No te fa’aineinera’a i te ho’ira’a mai tô tâtou mau ta’ata e vai ra i te fenua nô Fârâni, ‘ua feruri te Hau Fenua i te hô’ê ravea nô te fa’ari’ira’a ia râtou nâ roto i te fa’ahepora’a ia vai ‘opanipani nô te hô’ê roara’a e piti hepetoma ; i teie mahana 369 piha i fa’ata’ahia nô râtou. E nehenehe râ tô te fenua nei e fa’ari’i 680 ta’ata e hau atu mai te peu e mâra’a te ta’ata e ho’i maira i te fenua nei.

Te mau ha’api’ipi’ira’a i roto i te mau Taiete ‘Ohipa nô te Fenua nei.

I mua i te ha’amata fa’ahoura’a te ‘ohipa i te fenua nei, ‘ua fa’anaho te Pû Ti’a’au i te fifi ma’i Covid-19 e te Fa’aterera’a o te Ea nô te fenua nei, i te mau ha’api’ipi’ira’a nô te ape’era’a i te mau Taiete ‘Ohipa i roto i te ha’amata fa’ahoura’a i tâ râtou ‘ohipa, i nia ihoa ra i te tumu parau nô te Pârurura’a.

E piti hora te roara’a nô teie mau ha’api’ipi’ira’a, nâ roto i nâ tuhaa e toru i muri nei :

  1. Nâ te hô’ê taote nô te Pû hi’opo’ara’a i te mau ma’i e fa’atere mai te ha’api’ipi’ira’a i nia i te parau nô te ma’i, tôna mau tapa’o, te tī’a’aura’a i teie fifi ma’i, e te vai ara noa ra’a ia ore ia tupu fa’ahou teie ma’i.
  2. Nâ te hô’ê ti’a nô te Fa’aterera’a o te ‘Ohipa e arata’i mai te ha’api’ipi’ira’a i nia i te parau nô te mau ravea pârurura’a no te pae o te Ea, e tôna fa’a’ohipara’a i roto i te mau Taiete ‘Ohipa ia ha’amata fa’ahou te ‘ohipa.
  3. Nâ te hô’ê Tuati utuutu ma’i no te pae Aupuru a Ea e horoa mai i te mau poro’i nô te fa’anahora’a Aupuru a Ea e tae noa atu i te parau nô te Pârurura’a.

‘Ua ha’amata teie ha’api’ipi’ira’a i teie po’ipo’i mahana maha nei i roto i te Fare Pote’e no te Fa’aterera’a o te Ea. ‘Ua haere roa atu te Fa’atere Hau nô te Ea e te Fa’atere o te Ea nô te ‘îriti i teie nei ha’api’ipi’ira’a, e nô te fa’aitoitora’a atoa i te mau ti’a nô te mau Taiete ‘Ohipa tei tae mai. Nâ râtou ia e ‘opere atu teie mau ha’api’ipi’ira’a i roto i tô râtou mau hoa rave ‘ohipa.

E piti hepetoma tei fa’ata’ahia no teie mau ha’api’ipi’ira’a.

IA VAI ARA NOA RA TÂTOU. ‘AITA Â TEIE FIFI MA’I I ORE ATURA. A FA’A’OHIPA I TE MAU RAVEA PÂRURU. MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

EN SAVOIR PLUS

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre

BULLETIN D’INFORMATION #41 – Cellule de crise de la Polynésie française

60 personnes ont été dépistées positives sur les 3170 tests effectués depuis le début de l’épidémie en Polynésie française. À ce jour, 1 personne est toujours sous surveillance et 59 ont été autorisées à sortir d’isolement. La personne qui était hospitalisée depuis plusieurs semaines est sortie de l’hôpital hier dans l’après-midi.

Les mesures de quarantaine à l’arrivée en Polynésie française

Depuis le 16 mars 2020, la Polynésie a déclaré un état de crise sanitaire qui a justifié la mise en place des mesures de quarantaine pour toutes les personnes arrivant de l’extérieur. A cette date, la quarantaine devait s’effectuer à Tahiti, dans un souci de protection des iles, à domicile ou dans un site dédié pris en charge par la Polynésie française. Les cas positifs ont été introduits en Polynésie française jusqu’au 28 mars, date du dernier vol international.

L’évolution de la maladie et du nombre de cas a été lié ensuite à la contamination de personnes positives rentrées de voyage, et n’ayant pas respectées strictement la quarantaine. La progression du nombre de cas positifs a entrainé la mesure de mise en confinement de toute la population avec les conséquences sociales et économiques constatées. L’arrêt des vols internationaux a permis de suivre et de maitriser l’évolution de la maladie.

L’annonce de la réouverture de vols de continuité territoriale avec la perspective du retour de résidents pouvant introduire le virus au sein de la population, a obligé les autorités sanitaires à envisager des mesures plus strictes afin d’éviter une nouvelle contamination de la population, et de ne pas revivre les semaines de confinement passées. Dans cette perspective, le Pays a décidé en Conseil des ministres hier de confirmer et de poursuivre les mesures déjà mises en œuvre à la réouverture des vols de continuité territoriale qui ont permis de circonscrire la maladie.

Aussi, avant d’entrer en Polynésie française, toute personne doit effectuer un test de dépistage datant de moins de 72 heures. Seules les personnes négatives peuvent embarquer. Elles doivent également s’engager sur l’honneur et par écrit à effectuer leur quarantaine dans un site dédié, géré par le Pays. A l’arrivée en Polynésie française ces personnes effectuent une quarantaine de 14 jours dans un site dédié à l’issue de laquelle un nouveau test de dépistage est effectué avant la levée de la quarantaine.

Ces mesures, qui ont démontrées leur efficacité à ce jour, sont indispensables pour s’assurer de la non réintroduction du virus en Polynésie française.

Augmentation de la capacité d’hébergement (en quarantaine)

En prévision des retours des ressortissants polynésiens bloqués en métropole, le Pays a augmenté la capacité des lieux de résidence dédiés à la mise en quarantaine et dispose, à ce jour, de 369 chambres représentant une possibilité de loger 680 personnes. Des extensions seront possibles en cas de nécessité.

Cependant, le nombre de personnes susceptibles d’être logées simultanément dépend des capacités d’embarquement sur les vols de départ. Cette capacité varie entre 150 et 200 personnes si l’on tient compte des mesures de distanciation physique imposées à bord des avions.

La fréquence des vols détermine également le nombre de logements à mobiliser, les vagues successives de rapatriement ne pouvant être mélangées en raison des cycles de quatorzaine.

Formation d’accompagnement aux entreprises

Face à la reprise d’activité professionnelle, la Cellule de Crise Covid-19 et la direction de la Santé, en partenariat avec la direction du Travail, organisent des formations afin de guider les entreprises dans la reprise du travail et sur l’application des mesures barrières en milieu professionnel.

Il s’agit d’une formation de 2 heures, prévue en trois temps :

  • Intervention d’un médecin au Bureau de Veille Sanitaire (BVS), pour évoquer la maladie, ses symptômes, la gestion de l’épidémie en Polynésie française et la vigilance à maintenir pour prévenir une 2ème vague épidémique ;
  • Intervention d’un représentant de la direction du Travail pour cibler plus spécifiquement les recommandations sanitaires ainsi que la mise en place et l’application de celles-ci en milieu professionnel et l’organisation de la reprise de l’activité ;
  • Intervention d’une infirmière hygiéniste pour fournir les recommandations générales en termes d’hygiène et de mesures barrières.

Ce cycle de formation a débuté ce jeudi matin, dans le Fare Pote’e de la direction de la Santé. Le Ministre de la Santé, Dr. Jacques Raynal et la directrice de la Santé, Dr. Laurence Bonnac-Théron, ont souhaité venir saluer et encourager les représentants d’entreprises venus assister à la formation et qui se feront le relai de ces informations auprès de leurs organisations. Ces formations vont se poursuivre dans les deux prochaines semaines et toucher ainsi les pôles d’influence professionnels.

BULLETIN D’INFORMATION #41 – Cellule de crise de la Polynésie française

205 hi’opo’ara’a tei ravehia mai te monire ra, aita e ta’ata i ro’ohia i teie ma’i. 3170 ta’ata tei hi’opo’ahia, mai te omuara’a o teie ma’i. E 60 rahira’a ta’ata tei ma’ihia i te Covid-19 : 1 noa ta’ata tei roto i te hi’opo’ara’a tâmau. 59 ta’ata tei ‘afaro roa mai, ‘aita te mau tapa’o ma’i e ‘itehia fa’ahouhia ra i nia ia râtou. Aore roa e ta’ata e tape’ahia fa’ahouhia ra i roto i te fare ma’i. E te parau âpi oaoa ra, aore roa e ta’ata i fa’arue mai.

Teie ra, ia vai ara noa â tâtou, e ia tâmau noa â i te fa’a’ohipa i te mau ravea pârurura’a i teie ma’i.

Te fa’ahepora’a e ‘opanipani i roto i te hô’ê fare i fa’ata’ahia e te Hau Fenua nô te feia i ho’i mai i te Fenua nei.

Mai te 16 nô mâti 2020, ‘ua fa’aoti te Hau Fenua ia ‘itehia tâtou i roto i te parau nô teie fifi ma’i Covid-19 tei pârare nâ te Ao nei. Mai reira ’ua ha’amauhia te mau ravea pârurura’a nô te mau ta’ata atoa e tae mai nei i te fenua nei nâ te ara mai. Tae mai i teie mahana, e mea fa’ahepohia te vai ‘opanipanira’a i nia noa ra i te fenua nô Tahiti, nô te pârurura’a i te mau ta’a motu. Teie mau ‘opanipanira’a, e nehenehe te reira e tupu i te nohora’a utuafare e aore ra i roto i te hô’ê fare tei târahuhia e te Hau Fenua. Te feia o tei ro’ohia i teie nei tirotiro, ‘ua tae mai râtou i Pôrînetia nei nâ mua atu i te 28 nô Mâti, nâ nia mai i te manureva hopea nâ te ara mai.

Te pararera’a o te ma’i e te rahira’a ta’ata ma’i e mea nâ roto mai ia te mau ta’ata ma’i i ho’i mai nâ te ara e o tei ore i fa’atura maitai i te vai ‘opanipanira’a. I mua i te rahira’a o te mau ta’ata tei ma’i hia, ‘ua fa’ahepohia tâtou ia vai ‘opanipani nô te hô’ê roara’a ahuru mâ maha mahana. Te tape’ara’ahia te mau rerera’a manureva, nâ te reira i tape’a i te pârarera’a o te ma’i.

Te fa’a’arara’a no te tâmaura’a o te mau rerera’a manureva i târahuhia e te Hau Farâni (Continuité Territoriale) o te fa’aho’i mai i te feia tumu no te fenua nei, o te reira teie e pe’ape’ahia nei, inaha e nehenehe te tirotiro e pârare fa’ahou i roto i te huira’atira, i rave ai te mau Ti’a mana no te Ea i te mau fa’aotira’a ‘eta’eta nô te arai i te pârarera’a o teie ma’i, eiaha atoa ho’i tâtou ia ora fa’ahou mai i te vai ‘opanipanira’a o tâ tâtou i ‘ite i te mau hepetoma i mairi ‘ae nei. ‘Ua fa’aoti te Hau Fenua i roto i tâna rurura’a o te mau Fa’atere Hau nô nanahi ra, ia ha’apâpu e ia tâmau i te rave i te fa’aotira’a i fa’aotihia i te taime i ‘iritihia ai te mau rerera’a o te mau manureva (Continuité Territoriale). Nâ te reira i tape’a i te pârarera’a o te ma’i.

Hou a haere mai ai i Porînetia nei e mea tîtauhia te mau ta’ata atoa ia hi’opo’ahia râtou hou a rave ai i te manureva. Te ta’ata aita tôna e tirotiro, o oia anae te nehenehe e rave i te manureva. E mea tîtau atoa hia râtou ia tu’urima i te hô’ê parau e te fa’ari’i nei râtou i te hô’ê vai ‘opanipanira’a i roto i te fare o te târahuhia e te Hau Fenua. Ia tae mai teie mau ta’ata i Porînetia nei, e tape’a hia râtou nô te hô’ê roara’a hô’ê ahuru mâ maha mahana. Ia hope teie tau ‘opanipanira’a e hi’opo’a fa’ahouhia râtou hou a ho’i atu ai i roto i tô râtou mau utuafare.

E mau fa’aotira’a teie o tei pâruru maitai i tô tâtou fenua i teie tirotiro

Te fa’ari’ira’a te mau ta’ata e ho’i mai i te fenua nei

No te fa’aineinera’a i te ho’ira’a mai tô tâtou mau ta’ata e vai ra i te fenua nô Fârâni, ‘ua feruri te Hau Fenua i te hô’ê ravea nô te fa’ari’ira’a ia râtou nâ roto i te fa’ahepora’a ia vai ‘opanipani nô te hô’ê roara’a e piti hepetoma ; i teie mahana 369 piha i fa’ata’ahia nô râtou. E nehenehe râ tô te fenua nei e fa’ari’i 680 ta’ata e hau atu mai te peu e mâra’a te ta’ata e ho’i maira i te fenua nei.

Te mau ha’api’ipi’ira’a i roto i te mau Taiete ‘Ohipa nô te Fenua nei.

I mua i te ha’amata fa’ahoura’a te ‘ohipa i te fenua nei, ‘ua fa’anaho te Pû Ti’a’au i te fifi ma’i Covid-19 e te Fa’aterera’a o te Ea nô te fenua nei, i te mau ha’api’ipi’ira’a nô te ape’era’a i te mau Taiete ‘Ohipa i roto i te ha’amata fa’ahoura’a i tâ râtou ‘ohipa, i nia ihoa ra i te tumu parau nô te Pârurura’a.

E piti hora te roara’a nô teie mau ha’api’ipi’ira’a, nâ roto i nâ tuhaa e toru i muri nei :

  1. Nâ te hô’ê taote nô te Pû hi’opo’ara’a i te mau ma’i e fa’atere mai te ha’api’ipi’ira’a i nia i te parau nô te ma’i, tôna mau tapa’o, te tī’a’aura’a i teie fifi ma’i, e te vai ara noa ra’a ia ore ia tupu fa’ahou teie ma’i.
  2. Nâ te hô’ê ti’a nô te Fa’aterera’a o te ‘Ohipa e arata’i mai te ha’api’ipi’ira’a i nia i te parau nô te mau ravea pârurura’a no te pae o te Ea, e tôna fa’a’ohipara’a i roto i te mau Taiete ‘Ohipa ia ha’amata fa’ahou te ‘ohipa.
  3. Nâ te hô’ê Tuati utuutu ma’i no te pae Aupuru a Ea e horoa mai i te mau poro’i nô te fa’anahora’a Aupuru a Ea e tae noa atu i te parau nô te Pârurura’a.

‘Ua ha’amata teie ha’api’ipi’ira’a i teie po’ipo’i mahana maha nei i roto i te Fare Pote’e no te Fa’aterera’a o te Ea. ‘Ua haere roa atu te Fa’atere Hau nô te Ea e te Fa’atere o te Ea nô te ‘îriti i teie nei ha’api’ipi’ira’a, e nô te fa’aitoitora’a atoa i te mau ti’a nô te mau Taiete ‘Ohipa tei tae mai. Nâ râtou ia e ‘opere atu teie mau ha’api’ipi’ira’a i roto i tô râtou mau hoa rave ‘ohipa.

E piti hepetoma tei fa’ata’ahia no teie mau ha’api’ipi’ira’a.

IA VAI ARA NOA RA TÂTOU. ‘AITA Â TEIE FIFI MA’I I ORE ATURA. A FA’A’OHIPA I TE MAU RAVEA PÂRURU. MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

EN SAVOIR PLUS

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre