Cancer du col de l’utérus2020-08-30T22:44:05-10:00

CANCER DU COL DE L’UTÉRUS

Le dépistage du cancer du col de l’utérus,
c’est tous les 3 ans entre 25 et 64 ans

0
NOUVEAUX CAS PAR AN

CANCER DU COL DE L’UTÉRUS

Le dépistage du
cancer du col de l’utérus,
c’est tous les 3 ans entre 25 et 64 ans

0
NOUVEAUX CAS PAR AN

VOS QUESTIONS SUR LE CANCER DU COL DE L’UTÉRUS

Le cancer du col de l’utérus est causé par un virus qui se transmet par voie sexuelle, appelé papillomavirus humain ou HPV. Lorsque ce virus s’installe durablement au niveau du col de l’utérus, il peut provoquer des modifications de la muqueuse du col de l’utérus, on parle de lésions précancéreuses.

Dans de rares cas, il arrive que ces lésions évoluent vers un cancer. Cette évolution est lente puisqu’un cancer apparaît généralement 10 à 15 ans après l’infection persistante par le virus.

En Polynésie Française, 15 nouveaux cas de cancers du col de l’utérus sont diagnostiqués en moyenne chaque année.

Le principal facteur de risque du cancer du col de l’utérus est un virus, le papillomavirus humain ou HPV.

L’HPV se transmet très facilement par contact sexuel, quelle que soit sa forme (pénétration, caresse génitale, relation oro-génitale ou oro-anale). L’infection par ce virus est fréquente puisque 80 % des femmes sont infectées au moins une fois dans leur vie. La plupart du temps, le virus disparaît spontanément. Mais, chez 10 % des femmes infectées, le virus persiste pendant plusieurs années au niveau du col de l’utérus et peut alors provoquer des lésions précancéreuses, susceptibles d’évoluer vers un cancer du col de l’utérus.

Les lésions précancéreuses correspondent à des modifications des cellules de l’épithélium du col de l’utérus, autrement dit du tissu qui le recouvre. Ces lésions ont la particularité de pouvoir évoluer vers un cancer.

Ces lésions peuvent exister sous des formes plus ou moins graves. Quel que soit le grade des lésions précancéreuses, elles peuvent évoluer de différentes manières : elles peuvent disparaître spontanément, persister, progresser vers une lésion plus sévère ou vers un cancer.

La survenue d’un cancer du col de l’utérus faisant suite à l’apparition puis à la progression de lésions précancéreuses, il existe un temps relativement important pour prévenir le cancer, c’est-à-dire pour détecter puis traiter les lésions précancéreuses avant qu’elles ne se transforment en cancer. C’est là tout l’intérêt du dépistage.

Le dépistage permet de détecter des lésions précancéreuses et de les traiter avant qu’elles ne se transforment en cancer.

Il repose sur la réalisation de frottis cervico-utérins, c’est-à-dire le prélèvement de cellules à la surface du col de l’utérus qui sont ensuite analysées.

Le frottis est recommandé tous les trois ans, après deux frottis normaux espacés d’un an, pour toutes les femmes âgées entre 25 et 64 ans ayant ou ayant eu des relations sexuelles. La vaccination contre les principaux types d’HPV est un moyen complémentaire d’agir contre ce cancer.

À un stade précoce, un cancer du col de l’utérus se développe souvent sans provoquer de symptôme particulier. C’est la raison pour laquelle un suivi gynécologique et des frottis réguliers sont indispensables pour détecter de façon précoce le cancer.

Certains symptômes peuvent néanmoins apparaître comme :

  • des saignements après les rapports sexuels,
  • des saignements en dehors des périodes de règles,
  • des douleurs pendant les rapports sexuels,
  • des pertes,
  • des douleurs dans la zone pelvienne, une gêne pour uriner, une tension douloureuse avec une envie pressante et continuelle d’aller à la selle,
  • des douleurs lombaires.

Ces symptômes ne sont pas spécifiques d’un cancer du col de l’utérus et peuvent avoir d’autres causes. Il est important de les signaler à votre médecin afin qu’il en détermine l’origine.

Un cancer du col de l’utérus est suspecté si une anomalie est décelée lors d’un examen de dépistage (examen gynécologique et/ou frottis) ou si des symptômes sont apparus.

Pour établir le diagnostic, des prélèvements sont réalisés au niveau des lésions du col de l’utérus. C’est l’examen anatomopathologique de ces prélèvements qui confirme le diagnostic de cancer du col de l’utérus.

Différents types de traitements sont utilisés pour traiter les cancers du col de l’utérus comme la chirurgie, la radiothérapie externe, la curiethérapie, la chimiothérapie.

Ces traitements peuvent être utilisés seuls ou associés les uns aux autres.

Guérir d’un cancer du col de l’utérus dépend de nombreux facteurs : la taille et le type de cancer, le stade de la maladie, l’âge de la femme, etc.

De manière générale, plus le cancer du col de l’utérus est détecté tôt, plus les chances de guérison sont importantes.

VOS QUESTIONS SUR LE
CANCER DU COL DE L’UTÉRUS

Le cancer du col de l’utérus est causé par un virus qui se transmet par voie sexuelle, appelé papillomavirus humain ou HPV. Lorsque ce virus s’installe durablement au niveau du col de l’utérus, il peut provoquer des modifications de la muqueuse du col de l’utérus, on parle de lésions précancéreuses.

Dans de rares cas, il arrive que ces lésions évoluent vers un cancer. Cette évolution est lente puisqu’un cancer apparaît généralement 10 à 15 ans après l’infection persistante par le virus.

En Polynésie Française, 15 nouveaux cas de cancers du col de l’utérus sont diagnostiqués en moyenne chaque année.

Le principal facteur de risque du cancer du col de l’utérus est un virus, le papillomavirus humain ou HPV.

L’HPV se transmet très facilement par contact sexuel, quelle que soit sa forme (pénétration, caresse génitale, relation oro-génitale ou oro-anale). L’infection par ce virus est fréquente puisque 80 % des femmes sont infectées au moins une fois dans leur vie. La plupart du temps, le virus disparaît spontanément. Mais, chez 10 % des femmes infectées, le virus persiste pendant plusieurs années au niveau du col de l’utérus et peut alors provoquer des lésions précancéreuses, susceptibles d’évoluer vers un cancer du col de l’utérus.

Les lésions précancéreuses correspondent à des modifications des cellules de l’épithélium du col de l’utérus, autrement dit du tissu qui le recouvre. Ces lésions ont la particularité de pouvoir évoluer vers un cancer.

Ces lésions peuvent exister sous des formes plus ou moins graves. Quel que soit le grade des lésions précancéreuses, elles peuvent évoluer de différentes manières : elles peuvent disparaître spontanément, persister, progresser vers une lésion plus sévère ou vers un cancer.

La survenue d’un cancer du col de l’utérus faisant suite à l’apparition puis à la progression de lésions précancéreuses, il existe un temps relativement important pour prévenir le cancer, c’est-à-dire pour détecter puis traiter les lésions précancéreuses avant qu’elles ne se transforment en cancer. C’est là tout l’intérêt du dépistage.

Le dépistage permet de détecter des lésions précancéreuses et de les traiter avant qu’elles ne se transforment en cancer.

Il repose sur la réalisation de frottis cervico-utérins, c’est-à-dire le prélèvement de cellules à la surface du col de l’utérus qui sont ensuite analysées.

Le frottis est recommandé tous les trois ans, après deux frottis normaux espacés d’un an, pour toutes les femmes âgées entre 25 et 64 ans ayant ou ayant eu des relations sexuelles. La vaccination contre les principaux types d’HPV est un moyen complémentaire d’agir contre ce cancer.

À un stade précoce, un cancer du col de l’utérus se développe souvent sans provoquer de symptôme particulier. C’est la raison pour laquelle un suivi gynécologique et des frottis réguliers sont indispensables pour détecter de façon précoce le cancer.

Certains symptômes peuvent néanmoins apparaître comme :

  • des saignements après les rapports sexuels,
  • des saignements en dehors des périodes de règles,
  • des douleurs pendant les rapports sexuels,
  • des pertes,
  • des douleurs dans la zone pelvienne, une gêne pour uriner, une tension douloureuse avec une envie pressante et continuelle d’aller à la selle,
  • des douleurs lombaires.

Ces symptômes ne sont pas spécifiques d’un cancer du col de l’utérus et peuvent avoir d’autres causes. Il est important de les signaler à votre médecin afin qu’il en détermine l’origine.

Un cancer du col de l’utérus est suspecté si une anomalie est décelée lors d’un examen de dépistage (examen gynécologique et/ou frottis) ou si des symptômes sont apparus.

Pour établir le diagnostic, des prélèvements sont réalisés au niveau des lésions du col de l’utérus. C’est l’examen anatomopathologique de ces prélèvements qui confirme le diagnostic de cancer du col de l’utérus.

Différents types de traitements sont utilisés pour traiter les cancers du col de l’utérus comme
la chirurgie, la radiothérapie externe, la curiethérapie, la chimiothérapie.

Ces traitements peuvent être utilisés seuls ou associés les uns aux autres.

Guérir d’un cancer du col de l’utérus dépend de nombreux facteurs : la taille et le type de cancer, le stade de la maladie, l’âge de la femme, etc.

De manière générale, plus le cancer du col de l’utérus est détecté tôt, plus les chances de guérison sont importantes.

VOS QUESTIONS SUR LE
DÉPISTAGE DU COL DE L’UTÉRUS

Le cancer du col de l’utérus est provoqué par un virus appelé papillomavirus humain (HPV). Ce virus se transmet lors de contacts sexuels, avec ou sans pénétration. Il s’agit de l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente.

Dans environ 90 % des cas, l’infection à HPV disparaît spontanément dans les 2 ans. Mais dans certains cas, cette infection persiste et peut provoquer des lésions précancéreuses qui, si elles ne sont pas traitées, peuvent évoluer vers un cancer 10 à 15 ans après l’infection.

Le cancer du col de l’utérus peut être dépisté très tôt grâce à la réalisation d’un test de dépistage. Ce test permet aussi de détecter les lésions précancéreuses et de les traiter avant qu’elles ne se transforment en cancer. On considère que 90 % des cancers du col de l’utérus pourraient être évités grâce au dépistage.

Le test de dépistage, appelé frottis, repose sur l’analyse d’un prélèvement au niveau du col de l’utérus.

Le frottis est recommandé tous les trois ans pour toutes les femmes âgées de 25 à 64 ans ayant ou ayant eu des relations sexuelles, après deux frottis normaux espacés d’un an.

La vaccination contre les principaux types d’HPV est un moyen d’agir contre ce cancer, complémentaire au dépistage.

L’infection par le virus HPV se fait le plus souvent dans les premières années de la vie sexuelle.

Le cancer du col de l’utérus se développe très lentement sur des lésions provoquées par cette infection qui sont identifiables plusieurs années avant la survenue du cancer. On sait que c’est entre 25 et 64 ans que le risque de développer des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus est le plus important. Avant 25 ans et à partir de 65 ans, c’est le professionnel de santé qui assure votre suivi gynécologique qui détermine, au cas par cas, si votre situation nécessite que vous réalisiez un dépistage.

Même en cas de longues périodes sans rapport sexuel, il faut poursuivre le dépistage aux intervalles recommandés jusqu’à vos 65 ans.

L’analyse du frottis est pris en charge à 100% par la Direction de la santé, sans avance de frais, chez les femmes âgées de 25 à 64 ans, et ce, tous les 3 ans après deux frottis normaux à un an d’intervalle (ces deux premiers frottis sont également pris en charge à 100% par la Direction de la santé).

Pour tout renseignement concernant le dépistage du col de l’utérus, vous pouvez contacter la structure de gestion du dépistage des cancers :

Centre de la Mère et de l’Enfant (CME), Hamuta, Pirae
Direction de la Santé
BP 53236
Tél : (689) 40 47 35 00
Email : depistage.cancers@sante.gov.pf

Vous êtes à la recherche d’autres contacts, l’annuaire complet de la Direction de la santé se trouve ici.

VOS QUESTIONS SUR LE
DÉPISTAGE DU
CANCER DU COL DE L’UTÉRUS

Le cancer du col de l’utérus est provoqué par un virus appelé papillomavirus humain (HPV). Ce virus se transmet lors de contacts sexuels, avec ou sans pénétration. Il s’agit de l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente.

Dans environ 90 % des cas, l’infection à HPV disparaît spontanément dans les 2 ans. Mais dans certains cas, cette infection persiste et peut provoquer des lésions précancéreuses qui, si elles ne sont pas traitées, peuvent évoluer vers un cancer 10 à 15 ans après l’infection.

Le cancer du col de l’utérus peut être dépisté très tôt grâce à la réalisation d’un test de dépistage. Ce test permet aussi de détecter les lésions précancéreuses et de les traiter avant qu’elles ne se transforment en cancer. On considère que 90 % des cancers du col de l’utérus pourraient être évités grâce au dépistage.

Le test de dépistage, appelé frottis, repose sur l’analyse d’un prélèvement au niveau du col de l’utérus.

Le frottis est recommandé tous les trois ans pour toutes les femmes âgées de 25 à 64 ans ayant ou ayant eu des relations sexuelles, après deux frottis normaux espacés d’un an.

La vaccination contre les principaux types d’HPV est un moyen d’agir contre ce cancer, complémentaire au dépistage.

L’infection par le virus HPV se fait le plus souvent dans les premières années de la vie sexuelle.

Le cancer du col de l’utérus se développe très lentement sur des lésions provoquées par cette infection qui sont identifiables plusieurs années avant la survenue du cancer. On sait que c’est entre 25 et 64 ans que le risque de développer des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus est le plus important. Avant 25 ans et à partir de 65 ans, c’est le professionnel de santé qui assure votre suivi gynécologique qui détermine, au cas par cas, si votre situation nécessite que vous réalisiez un dépistage.

Même en cas de longues périodes sans rapport sexuel, il faut poursuivre le dépistage aux intervalles recommandés jusqu’à vos 65 ans.

L’analyse du frottis est pris en charge à 100% par la Direction de la santé, sans avance de frais, chez les femmes âgées de 25 à 64 ans, et ce, tous les 3 ans après deux frottis normaux à un an d’intervalle (ces deux premiers frottis sont également pris en charge à 100% par la Direction de la santé).

Pour tout renseignement concernant le dépistage du col de l’utérus, vous pouvez contacter la structure de gestion du dépistage des cancers :

Centre de la Mère et de l’Enfant (CME), Hamuta, Pirae
Direction de la Santé
BP 53236
Tél : (689) 40 47 35 00
Email : depistage.cancers@sante.gov.pf

Vous êtes à la recherche d’autres contacts, l’annuaire complet de la Direction de la santé se trouve ici.

SUPPORTS

SUPPORTS

RÉFÉRENCES