BULLETIN D’INFORMATION #19 – Cellule de crise de la Polynésie française

Sur les 51 dépistages effectués hier, aucun cas positif n’a été relevé. 843 analyses ont été effectuées depuis le début de l’épidémie. Une personne demeure hospitalisée, aucun décès n’est constaté.

C’est le second jour consécutif qu’aucune personne ne soit dépistée positive. Les analyses ont été effectuées sur des personnes situées à Tahiti, Moorea et dans les Raromata’i.

Confinement : les effets sur la situation psychologique

Le confinement général auquel la population polynésienne est astreinte, mais également, les confinements spéciaux concernant les personnes atteintes du virus, ou en quatorzaine, ont des effets sur le bien-être. Plusieurs dispositifs d’aide et de soutien psychologique sont mis en place face à la crise.

Une expérience exceptionnelle qui a de lourdes conséquences

Le confinement est une mesure inédite, de santé publique, une expérience exceptionnelle qui n’est pas sans conséquences sur la santé mentale et le bien-être psychologique. Elle marque les corps et les esprits. Elle bouleverse les habitudes et peut être difficile à vivre.

Cette restriction des libertés de façon imposée est une cause importante de stress. C’est une expérience désagréable du fait qu’elle soit subie. Elle entraîne la séparation avec les êtres chers, la perte de liberté, l’incertitude par rapport à la maladie.

Chacun réagit différemment aux situations stressantes. La façon dont vous réagissez à l’épidémie peut dépendre de votre histoire personnelle, des choses qui vous distinguent des autres et de la communauté dans laquelle vous vivez.

L’impact psycho-social

Plusieurs facteurs peuvent changer la façon dont nous réagissons positivement ou négativement.

Elle peut avoir un impact psychologique délétère :

  • chez certains, cela peut provoquer des troubles de l’humeur, des confusions, voire un syndrome posttraumatique ;
  • cela peut également être à l’origine de nombreux troubles mentaux à plus ou moins long terme, tels que des symptômes de stress post-traumatique, de la dépression, de l’anxiété, des peurs, de l’’abus de médicament, de l’irritabilité, ou encore de l’insomnie.

Ces risques augmentent avec la durée de l’isolement mais aussi avec d’autres facteurs :

  • les conditions de logement, la promiscuité, la perte de revenus, l’absence d’informations, les tensions intrafamiliales, conjugales…

Mais faire face au stress vous rendra, vous, les personnes qui vous sont chères et votre communauté, plus forts.

Les composantes du stress

Le stress post-traumatique peut inclure :

  • la précarisation encore plus importante des personnes les plus fragiles (notamment les personnes en situation de handicap et les matahiapo),
  • la tension dans les couples,
  • la tension dans les familles de manière plus élargie.

L’information est essentielle

Communiquer régulièrement en apportant des faits pour justifier la quarantaine et expliquer ce qui se passe permet de mieux vivre cette période, notamment pour les enfants.

Les effets d’une quarantaine se poursuivent au-delà de la levée de l’interdiction de circuler. Cela est dû d’une part à l’impact de la quarantaine sur les finances personnelles des personnes concernées et les manques à gagner qu’elle génère.

Soyez prêt donc prêt à voir les tensions perdurer.

Des pistes, des solutions pour faire face

Plusieurs clés nous sont données pour traverser ensemble cette période de crise sanitaire sans précédent.

Parmi ces clés, il y a le retour aux valeurs traditionnelles de la famille : être ENSEMBLE. Les valeurs communautaires du Partage, de la Solidarité, qui sont des ressources personnelles, individuelles, groupales et familiales.

Il y a comme un passage par l’Identité, par l’Identitaire à partir des valeurs Traditionnelles avec un savoir-être Polynésien. Revenir à des valeurs simplifiées avec LA NECESSITE D’INTEGRER LES INTERDITS, LE CADRE ET LES MESURES DU CONFINEMENT.

Le virus du COVID-19 est invisible. La pandémie n’a pas de frontière, ni de nationalité, ni d’ethnie. Nous devons faire preuve d’empathie, de compassion, de patience envers tous et chacun de nous.

Nous avons besoin de solidarité humaine, sociale, fraternelle et scientifique pour être à l’écoute de nos proches, de tous nos proches.

Les services du pays à votre écoute

Pendant cette période difficile de nombreux services se sont organisés pour répondre aux besoins d’accompagnement, d’écoute et de soutien de la population.

BON COURAGE A TOUTES ET A TOUS. FAAITOITO

PARAU FA’AARARA’A NĀ TE MAU VE’A #19

Mai te ‘omuara’a ‘o teie ma’i ‘i te fenua nei e tae roa mai ‘i teie mahana, teie te mau nûmera : 843 ta’ata tei hi’opo’ahia (51 hi’opo’ara’a i nanahi ra), 51 ta’ata tei ro’ohia ‘i te ma’i COVID-19. Hô’ê noa ta’ata tei tapeahia ‘i te fare ma’i. ‘E te parau ‘oa’oa, ‘aore â ta’ata i fa’aru’e mai.

Teie te pitira’a o te mahana e aita e ta’ata i itehia e, e tirotiro to roto iana i muri ae i te mau ma’imira’a tei ravehia i Tahiti, Moorea e Raromata’i.

Te mau fifi ‘o te ferurira’a na roto ‘i te vai ‘opanipanira’a

‘Ua riro te ‘opanipanira’a o te ta’ata na roto i te ma’i COVID-19, ‘ei fa’anahora’a ‘api roa io tatou nei, ‘a tahi roa ‘a ‘itehia ai.

‘E taui roa teie fa’aotira’a i te orara’a ‘e te huru o te ta’ata, inaha ‘e fa’ahepora’a teie.

‘E nehenehe te ta’ata e ‘iria, ‘e ‘ore tona ‘ana‘anatae. ‘E fa’atupu ‘oia i te fa’ata’a’era’a i rotopu i te feia i herehia e tatou, ‘e ‘aita to tatou
‘e ti’amara’a fa’ahou no te haere i te vahi ta tatou e hina’aro.

‘E hepohepo te ta’ata no te papu ‘ore o te tupura’a o teie ma’i.

No te ‘orera’a tona ti’amara’a, e mo’e roa iana te mau ‘avei’a o te orara’a, e iti roa mai te mau farereira’a i te tahi e i te tahi.

‘E fa’atupu ’oia i te ma‘ino‘ino, te pe’ape’a, te tapitapi, te mana’ona’o, te ha’umani e te fiu.

Ia vai ‘opanipani te ta’ata i te fare e fa’atupu te reira i te hepohepo e te mata’u. No te feia ihoa ra i fa’ata’a’e roa hia i roto i to ratou ‘utuafare.

E rahi roa atu a to ratou pe’ape’a no teie ma’i. E mea ta’a’e to te tahi e to te tahi huru i mua i teie fifi.

Ta tatou huru hi’ora’a i teie ma’i pe’e, e mea na roto mai ia i te mau mea i orahia mai e tatou, te mau mea e fa’ata’a’e ia tatou e te pupu ta’ata i reira tatou i te orara’a.

‘Eaha tona tupura’a i ni’a i te manava e te orara’a totiare ?

‘Ua rau te mau tumu ‘e fa’ataui i to tatou huru i mua i teie ma’i pe’e : te vai nei tei fa’ari’i e te vai ra o te ‘ore e fa’ari’i .

‘E fa’a’ino ‘oia i te ferurira’a o te ta’ata.

Te tauiuira’a o te huru, te ‘ahuehue e tae roa i te a’oaoa.

Te vai ‘ato’a nei te ‘aravira’a, fa’aturumara’a, te hepohepo, te ahoaho, te mata’u, te ‘amu rahira’a i te ra’au, te ‘iriara’a, e ‘aore ra te moe ‘ata.

E rahi roa atu teie mau fifi ia maoro noa a te ‘opanipanira’a.

Teie ato’a te tahi atu mau tumu :

Te orara’a fifi, te ‘orara’a ‘opiripiri, te fifi ‘ohipa, te vai noara’a i roto i te ta’a ‘ore, te mau pe’ape’a ‘utuafare….

‘E‘ita teie mau fifi e ‘ore i muri a’e i te tau ‘opanipanira’a. Te tumu, te fifi moni na roto i te ‘ohipa ‘ore. Ia riro teie mau fifi ‘ei rave’a ha’apa’arira’a ia tatou.

Na te reira e horo’a mai i te ho’e puai ta’a’e i te utuafare :

  • E nehenehe teie mau fifi manava e ha’afifi roa atu i te feia o tei fa’aea noa i te fare ma te ‘ohipa ‘ore, e te moni ‘ore.
  • Te fifi no te ho’ira’a i ni’a i te vahi ‘ohipara’a.
  • Te fifi ‘ohipa i rotopu i te ho’e tane e tona hoa vahine.
  • Te hi’o ‘e ra’a i te tahi mau ta’ata no roto mai i te ho’e tuha’a o tei fa’aruru i teie ma’i, e ‘aore ra te ho’e ta’ata ma’i.

« E mea faufa’a roa te mau ha’amaramaramara’a »

Ia fa’a’ara tamau, ma te horo’a i te mau ha’apapura’a no ni’a i te tumu o teie mau ‘opanipanira’a, ia maramarama te ta’ata i ni’a i te ‘ohipa e tupu ra, e maita’i ato’a ia tona orara’a.

‘Eaha te mau ave’ia ?

Ia fa’aiho fa’ahou mai â tô tatou hiroa tumu o te nûna’a mâ’ohi : te hô’êra’a, te opere maitera’a, te ‘autaera’a, te aroha e te here.

Te vai atoa ra te fa’atura e te fa’ari’i, i nehenehe ai ia tâtou ia fa’ari’i i te mau tapu, te mau fa’ahepora’a no te fa’aea noa i te vahi hô’ê.

Teie fifi ma’i e mea ite ore hia e te mata, aita tôna e ‘otia fenua, aita tona e fenua.

No reira ia vai hô’ê noa tatou, ia vai noa tera ta’amura’a i roto ia tatou, te autaera’a ma te fa’atae atoa tâ tatou turu e te tiaturira’a i te mau taote aivana’a no te ra’apaura’a e te pârurura’a ia tatou.

Te ma pû ‘ohipa e tâna tautura

Na roto i teie tau hepohepo e rave rahi mau pû’ohipa tei vai ineine noa no te pâhonora’a i ta ‘outou mau uiuira’a, te tauturu ra’a ia ‘outou.

Na roto i teie tau hepohepo e rave rahi te mau pû ‘ohipa no te pahonora’a i ta ‘outou uiuira’a.

Te ARAIRA’A ‘i teie ma’i. ‘E mea faufa’a ‘ia fâaha’amana’ohia, ‘e’ita teie tirotiro ‘e parare noa, nā tātou ra ‘e ta’ita’i nei iana no reira tatou ’e titauhia ai, ia fa’aea ‘i te fare.

MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

EN SAVOIR PLUS

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre

Partager cet article

BULLETIN D’INFORMATION #19 – Cellule de crise de la Polynésie française

Sur les 51 dépistages effectués hier, aucun cas positif n’a été relevé. 843 analyses ont été effectuées depuis le début de l’épidémie. Une personne demeure hospitalisée, aucun décès n’est constaté.

C’est le second jour consécutif qu’aucune personne ne soit dépistée positive. Les analyses ont été effectuées sur des personnes situées à Tahiti, Moorea et dans les Raromata’i.

Confinement : les effets sur la situation psychologique

Le confinement général auquel la population polynésienne est astreinte, mais également, les confinements spéciaux concernant les personnes atteintes du virus, ou en quatorzaine, ont des effets sur le bien-être. Plusieurs dispositifs d’aide et de soutien psychologique sont mis en place face à la crise.

Une expérience exceptionnelle qui a de lourdes conséquences

Le confinement est une mesure inédite, de santé publique, une expérience exceptionnelle qui n’est pas sans conséquences sur la santé mentale et le bien-être psychologique. Elle marque les corps et les esprits. Elle bouleverse les habitudes et peut être difficile à vivre.

Cette restriction des libertés de façon imposée est une cause importante de stress. C’est une expérience désagréable du fait qu’elle soit subie. Elle entraîne la séparation avec les êtres chers, la perte de liberté, l’incertitude par rapport à la maladie.

Chacun réagit différemment aux situations stressantes. La façon dont vous réagissez à l’épidémie peut dépendre de votre histoire personnelle, des choses qui vous distinguent des autres et de la communauté dans laquelle vous vivez.

L’impact psycho-social

Plusieurs facteurs peuvent changer la façon dont nous réagissons positivement ou négativement.

Elle peut avoir un impact psychologique délétère :

  • chez certains, cela peut provoquer des troubles de l’humeur, des confusions, voire un syndrome posttraumatique ;
  • cela peut également être à l’origine de nombreux troubles mentaux à plus ou moins long terme, tels que des symptômes de stress post-traumatique, de la dépression, de l’anxiété, des peurs, de l’’abus de médicament, de l’irritabilité, ou encore de l’insomnie.

Ces risques augmentent avec la durée de l’isolement mais aussi avec d’autres facteurs :

  • les conditions de logement, la promiscuité, la perte de revenus, l’absence d’informations, les tensions intrafamiliales, conjugales…

Mais faire face au stress vous rendra, vous, les personnes qui vous sont chères et votre communauté, plus forts.

Les composantes du stress

Le stress post-traumatique peut inclure :

  • la précarisation encore plus importante des personnes les plus fragiles (notamment les personnes en situation de handicap et les matahiapo),
  • la tension dans les couples,
  • la tension dans les familles de manière plus élargie.

L’information est essentielle

Communiquer régulièrement en apportant des faits pour justifier la quarantaine et expliquer ce qui se passe permet de mieux vivre cette période, notamment pour les enfants.

Les effets d’une quarantaine se poursuivent au-delà de la levée de l’interdiction de circuler. Cela est dû d’une part à l’impact de la quarantaine sur les finances personnelles des personnes concernées et les manques à gagner qu’elle génère.

Soyez prêt donc prêt à voir les tensions perdurer.

Des pistes, des solutions pour faire face

Plusieurs clés nous sont données pour traverser ensemble cette période de crise sanitaire sans précédent.

Parmi ces clés, il y a le retour aux valeurs traditionnelles de la famille : être ENSEMBLE. Les valeurs communautaires du Partage, de la Solidarité, qui sont des ressources personnelles, individuelles, groupales et familiales.

Il y a comme un passage par l’Identité, par l’Identitaire à partir des valeurs Traditionnelles avec un savoir-être Polynésien. Revenir à des valeurs simplifiées avec LA NECESSITE D’INTEGRER LES INTERDITS, LE CADRE ET LES MESURES DU CONFINEMENT.

Le virus du COVID-19 est invisible. La pandémie n’a pas de frontière, ni de nationalité, ni d’ethnie. Nous devons faire preuve d’empathie, de compassion, de patience envers tous et chacun de nous.

Nous avons besoin de solidarité humaine, sociale, fraternelle et scientifique pour être à l’écoute de nos proches, de tous nos proches.

Les services du pays à votre écoute

Pendant cette période difficile de nombreux services se sont organisés pour répondre aux besoins d’accompagnement, d’écoute et de soutien de la population.

BON COURAGE A TOUTES ET A TOUS. FAAITOITO

PARAU FA’AARARA’A NĀ TE MAU VE’A #19

Mai te ‘omuara’a ‘o teie ma’i ‘i te fenua nei e tae roa mai ‘i teie mahana, teie te mau nûmera : 843 ta’ata tei hi’opo’ahia (51 hi’opo’ara’a i nanahi ra), 51 ta’ata tei ro’ohia ‘i te ma’i COVID-19. Hô’ê noa ta’ata tei tapeahia ‘i te fare ma’i. ‘E te parau ‘oa’oa, ‘aore â ta’ata i fa’aru’e mai.

Teie te pitira’a o te mahana e aita e ta’ata i itehia e, e tirotiro to roto iana i muri ae i te mau ma’imira’a tei ravehia i Tahiti, Moorea e Raromata’i.

Te mau fifi ‘o te ferurira’a na roto ‘i te vai ‘opanipanira’a

‘Ua riro te ‘opanipanira’a o te ta’ata na roto i te ma’i COVID-19, ‘ei fa’anahora’a ‘api roa io tatou nei, ‘a tahi roa ‘a ‘itehia ai.

‘E taui roa teie fa’aotira’a i te orara’a ‘e te huru o te ta’ata, inaha ‘e fa’ahepora’a teie.

‘E nehenehe te ta’ata e ‘iria, ‘e ‘ore tona ‘ana‘anatae. ‘E fa’atupu ‘oia i te fa’ata’a’era’a i rotopu i te feia i herehia e tatou, ‘e ‘aita to tatou
‘e ti’amara’a fa’ahou no te haere i te vahi ta tatou e hina’aro.

‘E hepohepo te ta’ata no te papu ‘ore o te tupura’a o teie ma’i.

No te ‘orera’a tona ti’amara’a, e mo’e roa iana te mau ‘avei’a o te orara’a, e iti roa mai te mau farereira’a i te tahi e i te tahi.

‘E fa’atupu ’oia i te ma‘ino‘ino, te pe’ape’a, te tapitapi, te mana’ona’o, te ha’umani e te fiu.

Ia vai ‘opanipani te ta’ata i te fare e fa’atupu te reira i te hepohepo e te mata’u. No te feia ihoa ra i fa’ata’a’e roa hia i roto i to ratou ‘utuafare.

E rahi roa atu a to ratou pe’ape’a no teie ma’i. E mea ta’a’e to te tahi e to te tahi huru i mua i teie fifi.

Ta tatou huru hi’ora’a i teie ma’i pe’e, e mea na roto mai ia i te mau mea i orahia mai e tatou, te mau mea e fa’ata’a’e ia tatou e te pupu ta’ata i reira tatou i te orara’a.

‘Eaha tona tupura’a i ni’a i te manava e te orara’a totiare ?

‘Ua rau te mau tumu ‘e fa’ataui i to tatou huru i mua i teie ma’i pe’e : te vai nei tei fa’ari’i e te vai ra o te ‘ore e fa’ari’i .

‘E fa’a’ino ‘oia i te ferurira’a o te ta’ata.

Te tauiuira’a o te huru, te ‘ahuehue e tae roa i te a’oaoa.

Te vai ‘ato’a nei te ‘aravira’a, fa’aturumara’a, te hepohepo, te ahoaho, te mata’u, te ‘amu rahira’a i te ra’au, te ‘iriara’a, e ‘aore ra te moe ‘ata.

E rahi roa atu teie mau fifi ia maoro noa a te ‘opanipanira’a.

Teie ato’a te tahi atu mau tumu :

Te orara’a fifi, te ‘orara’a ‘opiripiri, te fifi ‘ohipa, te vai noara’a i roto i te ta’a ‘ore, te mau pe’ape’a ‘utuafare….

‘E‘ita teie mau fifi e ‘ore i muri a’e i te tau ‘opanipanira’a. Te tumu, te fifi moni na roto i te ‘ohipa ‘ore. Ia riro teie mau fifi ‘ei rave’a ha’apa’arira’a ia tatou.

Na te reira e horo’a mai i te ho’e puai ta’a’e i te utuafare :

  • E nehenehe teie mau fifi manava e ha’afifi roa atu i te feia o tei fa’aea noa i te fare ma te ‘ohipa ‘ore, e te moni ‘ore.
  • Te fifi no te ho’ira’a i ni’a i te vahi ‘ohipara’a.
  • Te fifi ‘ohipa i rotopu i te ho’e tane e tona hoa vahine.
  • Te hi’o ‘e ra’a i te tahi mau ta’ata no roto mai i te ho’e tuha’a o tei fa’aruru i teie ma’i, e ‘aore ra te ho’e ta’ata ma’i.

« E mea faufa’a roa te mau ha’amaramaramara’a »

Ia fa’a’ara tamau, ma te horo’a i te mau ha’apapura’a no ni’a i te tumu o teie mau ‘opanipanira’a, ia maramarama te ta’ata i ni’a i te ‘ohipa e tupu ra, e maita’i ato’a ia tona orara’a.

‘Eaha te mau ave’ia ?

Ia fa’aiho fa’ahou mai â tô tatou hiroa tumu o te nûna’a mâ’ohi : te hô’êra’a, te opere maitera’a, te ‘autaera’a, te aroha e te here.

Te vai atoa ra te fa’atura e te fa’ari’i, i nehenehe ai ia tâtou ia fa’ari’i i te mau tapu, te mau fa’ahepora’a no te fa’aea noa i te vahi hô’ê.

Teie fifi ma’i e mea ite ore hia e te mata, aita tôna e ‘otia fenua, aita tona e fenua.

No reira ia vai hô’ê noa tatou, ia vai noa tera ta’amura’a i roto ia tatou, te autaera’a ma te fa’atae atoa tâ tatou turu e te tiaturira’a i te mau taote aivana’a no te ra’apaura’a e te pârurura’a ia tatou.

Te ma pû ‘ohipa e tâna tautura

Na roto i teie tau hepohepo e rave rahi mau pû’ohipa tei vai ineine noa no te pâhonora’a i ta ‘outou mau uiuira’a, te tauturu ra’a ia ‘outou.

Na roto i teie tau hepohepo e rave rahi te mau pû ‘ohipa no te pahonora’a i ta ‘outou uiuira’a.

Te ARAIRA’A ‘i teie ma’i. ‘E mea faufa’a ‘ia fâaha’amana’ohia, ‘e’ita teie tirotiro ‘e parare noa, nā tātou ra ‘e ta’ita’i nei iana no reira tatou ’e titauhia ai, ia fa’aea ‘i te fare.

MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

DANS CETTE RUBRIQUE

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre

Partager cet article