BULLETIN D’INFORMATION #27 – Cellule de crise de la Polynésie française

213 tests ont été effectués entre les journées de samedi et dimanche par les opérateurs sanitaires, tandis qu’une personne a été relevée positive au virus Covid-19. Ce cas est dit « importé » et correspond à un résident de retour sur l’un des derniers vols.

Le nouveau carré épidémiologique indique donc que 1515 analyses ont été effectuées depuis le début de l’épidémie. 19 personnes ne présentent plus de signes cliniques de l’épidémie et ont reçu leur attestation de levée de confinement strict. 56 personnes ont été atteintes depuis le début de la maladie ; 37 restent atteintes.

La vigilance reste de mise avec le respect nécessaire des gestes barrières et du confinement général.

Communautaire : formation pour les matahiapo et lavage de mains

Les responsables de la cellule communautaire du PC de crise Covid-19 organisent ce lundi une première formation des bénévoles dans le cadre de l’aide et du soutien apporté aux matahiapo. Issus de la plateforme participative, ces bénévoles seront orientés vers nos personnes âgées, qui bénéficieront de visites régulières. Nos matahiapo apprécieront ces visites, créatrices de lien social au moment où les règles du confinement ont réduit les possibilités de visites.

Toujours en matière communautaire, la brigade spéciale constituée de professionnels de santé fait le tour des magasins afin de sensibiliser les gérants au respect des normes d’hygiène, et de recueillir leurs constats et leurs propositions.

Enfin, la population peut détacher, dans l’édition du lundi de la Dépêche de Tahiti et en page 2, une publication de la direction de la santé sur le lavage des mains. D’autres publications présentant les gestes barrières sont prévues.

Allègement progressif du confinement : des précisions

L’annonce parallèle d’un déconfinement partiel dans les îles et archipels -hors les Iles-du-Vent, et de l’allègement progressif, en matière économique, du confinement, évoqué pour certains chantiers à Tahiti et Moorea, s’accompagne bien évidemment et dans les deux situations du maintien et du respect des mesures barrières, ainsi que du couvre-feu.

Il est expressément demandé à la population de ne pas relâcher sa vigilance et de respecter, en premier lieu, les gestes barrières qui demeurent essentiels dans le cadre de la lutte contre l’épidémie. Le port des masques en tissu est également recommandé.

Vol de continuité territoriale : matériels sanitaires et personnes évacuées sanitaires

Le second vol de continuité territoriale doit partir mercredi de Paris. A son bord, outre du matériel sanitaire, se trouveront une trentaine de personnes de retour d’évacuation sanitaire et des accompagnateurs. Un nombre qui peut être modifié en fonction des tests de dépistage effectués, avant le départ de Paris, sur les futurs arrivants et d’une dernière visite médicale. Ces personnes seront, à leur arrivée à Tahiti, soumises à un confinement de 21 jours dans une structure du Pays : elles en ont accepté le principe en signant un engagement.

Obsèques : modification de la réglementation

La crise épidémique a de nombreuses conséquences sur la vie des populations.

Le décès en fait partie. Si le Fenua est pour l’instant épargné, les autorités ont encadré les procédures en cas de décès directement lié à l’épidémie. L’Assemblée de la Polynésie française a ainsi adopté, à l’unanimité de ses membres, la délibération inscrivant l’infection par le virus SARS-CoV-2 en tant qu’infection transmissible, en fixant des dispositions de prise en charge des personnes décédées infectées ou suspectées d’être infectées par le virus SARS-CoV-2. Ce texte a pour conséquence, pour les personnes décédées infectées ou susceptibles d’être infectées par ce virus, l’interdiction des soins de conservation des corps ainsi que l’interdiction de tout transport avant mise en bière.

Les décès enregistrés dans des conditions non liées à l’épidémie respecteront les conditions générales du confinement.

Centre hospitalier de la Polynésie française : prêt à faire face

Le Centre hospitalier de la Polynésie française est un élément central du dispositif de soin du Fenua.

Ses équipes sont totalement mobilisées depuis le début de la crise épidémique avec, notamment, la mise en œuvre du plan blanc, et un lien quotidien avec les équipes de la cellule de crise COVID-19 du Pays.

Ce plan d’action et de réponse à l’épidémie, exceptionnel, permet aux équipes administratives et médicales de répondre à l’évolution de la situation sanitaire, avec deux principaux cas de figure directement liés à l’épidémie.

Les prises en charge non réanimatoires : dans ce premier cas de figure, une unité de 12 lits est dédiée à la prise en charge de patients atteints du virus CoVID-19 non réanimatoires. Cette capacité peut être portée à plus de 100 lits.

Les prises en charge réanimatoires : cette phase correspond à l’accueil de patients ayant un besoin vital d’assistance, notamment respiratoire. Le plan de réponse épidémie CoVID-19 prévoit une extension de la réanimation à 40 postes de réanimation soit plus du double de notre capacitaire normal (18 postes de réanimation).

Enfin, le CHPF, en lien avec la cellule de crise territoriale, organise la mise en place de 20 postes de réanimation supplémentaires soit 60 postes au total. Des commandes de respirateurs sont en cours à cette fin. Ceux-ci devraient être livrés de sources métropolitaine et chinoise d’approvisionnement.

Malgré l’application de ce dispositif exceptionnel, adopté avec des aménagements qui leur sont propres par tous les hôpitaux métropolitains, les équipes de l’hôpital poursuivent l’accueil des patients souffrant de maladies chroniques, et leur demandent de maintenir le contact avec leurs médecins, sans interrompre les protocoles de soins et les traitements encours, jugés essentiels.

DÉCONFINEMENT PROGRESSIF DANS LES ARCHIPELS PRUDENCE – RESPECTEZ LES MESURES BARRIÈRES !

BULLETIN D’INFORMATION #27 – Cellule de crise de la Polynésie française

‘Ua fa’arahihia te mau hi’opo’ara’a mai tei fa’a’arahia atu na. 213 hi’opo’ara’a tei ravehia i te mahana maa e te tapati. Hô’ê ta’ata ma’i âpi tei tapea i te fare ma’i. No te ara mai teie ta’ata. I roto noa i te area no na mahana e toru i mâiri ae nei, 310 hi’opo’ara’a tei ravehia. E nehenehe ia e parau e, mai te omuara’a o teie ma’i, 1551 hi’opo’ara’a tei ravehia. Te titauhia nei tatou ia vai ara noa ma te fa’atura i te mau fa’auera’a no te pârurura’a ia tatou e tae noa atu i te fa’aeara’a i te fare.

Te ‘oeha âpi no nia i te ma’i :

I nia i te ‘oeha âpi no nia i te tupura’a o teie ma’i i te fenua nei, ua papu i teie mahana, e 19 ta’ata aita tô ratou e mau tapa’o no teie ma’i Covid-19, e ua horoahia tâ ratou parau ha’apapura’a, e aita atoa ratou e fa’ahepo fa’ahouhia i te vai opaniopani noa i te fare. 56 ta’ata o tei ro’ohia i teie ma’i mai te omuara’a o tôna pârarera’a i te fenua nei. 37 atura ia ta’ata e vai noa nei e teie ma’i. E horoahia â te mau parau fa’atia no te faorera’a i te vaj opanipanira’a i te fare i teie hepetoma nei.

Te ha’amamara’a i te mau opanipanira’a i te fare : te mau ha’apâpura’a

Te faotira’a i te ha’amamara’a i te mau opanipanira’a i te fare nô te ta’a motu noa ia.

Area i Nia Matai nei, e ha’amamahia ia tera fa’aotira’a no te feia rave ‘ohipa no roto i te mau taiete patura’a fare.

E mea titauhia ra no te ta’atoara’a ia fa’atura i te mau faotira’a no te pârurura’a i teie ma’i e tae noa atu i te fa’aturara’a i te tere ra’a i te po. Te ani haehaahia atu nei i te huira’atira ia pâruru ia ratou e ia tamau i te mau pâruru vaha.

Te tere manureva ta‘a’e (Continuité territoriale) : tauihaa utuutura’a ma’i e ta’ata ma’i i fa’arevahia.

E fa’arue atu te piti o te manureva ta’a’e i te ‘oire no Paris i teie mahana toru. I nia i teie manureva, te vai ra te mau tauihaa utuutura’a ma’i, e 30 ta’ata ma’i e ho’i maira i te fenua nei e tô ratou mau ape’e. E nehenehe teie nûmera e taui, inaha hou ratou a reva ai, e hi’opo’ahia ratou. Ia tae maira i Tahiti nei, e fa‘ahepohia ratou ia fa’aea i roto i te tahi mau fare a te Hau Fenua no te hô’ê ma’orora’a e 21 mahana. Ua fa’arii ratou i teie faa’aura’a e o tâ ratou i tu’u rima.

Te parau no te ati pohe : te tauiuira’a o te fa’aturera’a

E taui roa te orara’a o te mau huira’atira nô te fenua nâ roto i teie ma’i pe’e, na reira atoa no te parau o te ati pohe. Tae mai i teie mahana, aore â ta’ata ma’i Covid-19 i fa’arue i te fenua nei. Ua rave ra te mau tia mana o te fenua i te tahi fa’aturera’a ia tupu noa mai te tahi ati pohe na roto i teie ma’i Covid19.

Ua ha’amana te Apoora’a Rahi no Porînetia farani i te faotira’a mana ma te tapura i te ma’i tirotiro SARS-Cov-2 (Covid-19) e ma’i pe’e, e ma te ha’apapu i te mau arataira’a no te feia e fa’arue mai na roto i teie ma’i pe’e. Na roto i teie irava ture, e ôpanihia te mau rapa’aura’a o te tino e te opanira’a i te utara’a i teie tino i pohe mai te peu aita ona i tu’uhia i roto i te afata. Te feia pohe na roto i te hô’ê ma’i ê atu i te Covid-19, e anihia i te feti’i ia fa’atura i te mau faotira’a no te feia e opanipanihia nei i te fare.

‘Ua ineine roa te Fare Ma’i no Taaone i te fa’aruru i te ma’i Covid-19

‘Ua riro te Fare Ma’i no Taaone ei hiora’a no te pae no te utuutura’a ma’i i te fenua nei. Mai te omuara’a o teie fifi ma’i Covid-19, ‘ua amui te ta’atoara’a o tâna mau pûpu ‘ohipa no te ha’amaura’a i te fa’anahora’a pâruru huira’atira i mua i teie ma’i pârare ma te tâhoe i tâna ‘ohipa,e te pû e ti’a’au i te mau fifi no te Covid-19.

No te mau rapa’aura’a i te feia ma’i e ere i te mea fifi roa : 12 ro’i tei fa’ata’ahia no teie feia ma’i o te Covid-19. E nehenehe teie nûmera i te ha’amarahia i nia i te faito 100 ro’i.

No te mau rapa’aura’a i te feia ma’i huru fifi : no teie feia ma’i, e titauhia te mau matini no te fa’aohiera’a i te hutira’a aho. ‘Ua fa’anahohia no ratou 40 ro’i no te rapa’aura’a ia ratou. ‘Ua tâta’ipiti te rahi ra’a ro’i ia faauhia i te nûmera o tei matauhia (18 ro’i).

Ma te turuhia e te Pû no te fenua nei e ti’a’au i te parau no teie fifi ma’i Covid-19, ‘ua ineine roa te Fare M’ai no Taaone i te fa’anaho 20 ro’i hau no te feia ma’i fifi. Ia amuihia te ta’atoara’a, 60 ia ro’i tei fa’aineinehia. ‘Ua poro’ihia te tahi mau matini no te hutira’a aho, o tei poro’ihia i te fenua Farâni e te Fenua Taina.

A ta’a noa atu teie mau fanahonahora’a âpi, te tamau nei te mau pûpu rave ‘ohipa a te Fare Ma’i i te fa’ari’i i te feia tau roa ma te ani ia ratou ia haere mai e farerei i tô ratou mau taote ma te tamau atoa i te rave i tâ ratou mau ra’au i fa’a’auhia.

Orara’a autahi : te ha’api’ira’a i te mau matahiapo i te horoi i te rima

‘Ua fa’atupu te mau tia no te pû e ti’a’au no te fifi o te ma‘i Covid-19, i teie monire, te hô’ê ha’api’ira’a matamua i te mau matahiapo ma te turuhia e te feia aau tae. Na teie mau ta’ata tauturu e fa’anaho i te tahi mau farereira’a tâmau i teie mau matahiapo.

I roto noa â o te orara’a autahi, ‘ua fa’ata’ahia te tahi pûpu ta’ata no te pae utuutura’a ma’i o te tere nei i roto i te mau fare toa ma te ani i tô ratou mau fatu ia fa’aturahia te parau no te pârurura’a i te mau hoani.

Ua piâhia i roto i te vea « La Dépêche » no teie monire, e 2 na âpi na te Fa’aterera’a o te Ea no nia i te horo’i ra’a i te rima. E pia â te vea « La Dépêche » i te tahi atu mau fa’auera’a no te pârurura’a ia tatou.

Te ha’amamara’a i te mau fa’aotira’a no te fa’aea i te fare i roto i te mau ta’a motu.

A ara : tamau â i te fa’aohipa i te mau ravea pâruru.

MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

EN SAVOIR PLUS

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre

Partager cet article

BULLETIN D’INFORMATION #27 – Cellule de crise de la Polynésie française

213 tests ont été effectués entre les journées de samedi et dimanche par les opérateurs sanitaires, tandis qu’une personne a été relevée positive au virus Covid-19. Ce cas est dit « importé » et correspond à un résident de retour sur l’un des derniers vols.

Le nouveau carré épidémiologique indique donc que 1515 analyses ont été effectuées depuis le début de l’épidémie. 19 personnes ne présentent plus de signes cliniques de l’épidémie et ont reçu leur attestation de levée de confinement strict. 56 personnes ont été atteintes depuis le début de la maladie ; 37 restent atteintes.

La vigilance reste de mise avec le respect nécessaire des gestes barrières et du confinement général.

Communautaire : formation pour les matahiapo et lavage de mains

Les responsables de la cellule communautaire du PC de crise Covid-19 organisent ce lundi une première formation des bénévoles dans le cadre de l’aide et du soutien apporté aux matahiapo. Issus de la plateforme participative, ces bénévoles seront orientés vers nos personnes âgées, qui bénéficieront de visites régulières. Nos matahiapo apprécieront ces visites, créatrices de lien social au moment où les règles du confinement ont réduit les possibilités de visites.

Toujours en matière communautaire, la brigade spéciale constituée de professionnels de santé fait le tour des magasins afin de sensibiliser les gérants au respect des normes d’hygiène, et de recueillir leurs constats et leurs propositions.

Enfin, la population peut détacher, dans l’édition du lundi de la Dépêche de Tahiti et en page 2, une publication de la direction de la santé sur le lavage des mains. D’autres publications présentant les gestes barrières sont prévues.

Allègement progressif du confinement : des précisions

L’annonce parallèle d’un déconfinement partiel dans les îles et archipels -hors les Iles-du-Vent, et de l’allègement progressif, en matière économique, du confinement, évoqué pour certains chantiers à Tahiti et Moorea, s’accompagne bien évidemment et dans les deux situations du maintien et du respect des mesures barrières, ainsi que du couvre-feu.

Il est expressément demandé à la population de ne pas relâcher sa vigilance et de respecter, en premier lieu, les gestes barrières qui demeurent essentiels dans le cadre de la lutte contre l’épidémie. Le port des masques en tissu est également recommandé.

Vol de continuité territoriale : matériels sanitaires et personnes évacuées sanitaires

Le second vol de continuité territoriale doit partir mercredi de Paris. A son bord, outre du matériel sanitaire, se trouveront une trentaine de personnes de retour d’évacuation sanitaire et des accompagnateurs. Un nombre qui peut être modifié en fonction des tests de dépistage effectués, avant le départ de Paris, sur les futurs arrivants et d’une dernière visite médicale. Ces personnes seront, à leur arrivée à Tahiti, soumises à un confinement de 21 jours dans une structure du Pays : elles en ont accepté le principe en signant un engagement.

Obsèques : modification de la réglementation

La crise épidémique a de nombreuses conséquences sur la vie des populations.

Le décès en fait partie. Si le Fenua est pour l’instant épargné, les autorités ont encadré les procédures en cas de décès directement lié à l’épidémie. L’Assemblée de la Polynésie française a ainsi adopté, à l’unanimité de ses membres, la délibération inscrivant l’infection par le virus SARS-CoV-2 en tant qu’infection transmissible, en fixant des dispositions de prise en charge des personnes décédées infectées ou suspectées d’être infectées par le virus SARS-CoV-2. Ce texte a pour conséquence, pour les personnes décédées infectées ou susceptibles d’être infectées par ce virus, l’interdiction des soins de conservation des corps ainsi que l’interdiction de tout transport avant mise en bière.

Les décès enregistrés dans des conditions non liées à l’épidémie respecteront les conditions générales du confinement.

Centre hospitalier de la Polynésie française : prêt à faire face

Le Centre hospitalier de la Polynésie française est un élément central du dispositif de soin du Fenua.

Ses équipes sont totalement mobilisées depuis le début de la crise épidémique avec, notamment, la mise en œuvre du plan blanc, et un lien quotidien avec les équipes de la cellule de crise COVID-19 du Pays.

Ce plan d’action et de réponse à l’épidémie, exceptionnel, permet aux équipes administratives et médicales de répondre à l’évolution de la situation sanitaire, avec deux principaux cas de figure directement liés à l’épidémie.

Les prises en charge non réanimatoires : dans ce premier cas de figure, une unité de 12 lits est dédiée à la prise en charge de patients atteints du virus CoVID-19 non réanimatoires. Cette capacité peut être portée à plus de 100 lits.

Les prises en charge réanimatoires : cette phase correspond à l’accueil de patients ayant un besoin vital d’assistance, notamment respiratoire. Le plan de réponse épidémie CoVID-19 prévoit une extension de la réanimation à 40 postes de réanimation soit plus du double de notre capacitaire normal (18 postes de réanimation).

Enfin, le CHPF, en lien avec la cellule de crise territoriale, organise la mise en place de 20 postes de réanimation supplémentaires soit 60 postes au total. Des commandes de respirateurs sont en cours à cette fin. Ceux-ci devraient être livrés de sources métropolitaine et chinoise d’approvisionnement.

Malgré l’application de ce dispositif exceptionnel, adopté avec des aménagements qui leur sont propres par tous les hôpitaux métropolitains, les équipes de l’hôpital poursuivent l’accueil des patients souffrant de maladies chroniques, et leur demandent de maintenir le contact avec leurs médecins, sans interrompre les protocoles de soins et les traitements encours, jugés essentiels.

DÉCONFINEMENT PROGRESSIF DANS LES ARCHIPELS PRUDENCE – RESPECTEZ LES MESURES BARRIÈRES !

BULLETIN D’INFORMATION #26 – Cellule de crise de la Polynésie française

‘Ua fa’arahihia te mau hi’opo’ara’a mai tei fa’a’arahia atu na. 139 hi’opo’ara’a tei ravehia i nanahi ra mahana pae, i roto i teie rahira’a ta’ata tei hi’opo’ahia, ‘aita ho’e noa a’e ta’ata i ro’ohia i teie tirotiro.

Mai te ‘omuara’a o teie ma’i 1302 ta’ata tei hi’opo’ahia, e mai te ‘omuara’a nô teie hepetoma 413 hi’opo’ara’a tei ravehia. Te titauhia nei ra tâtou ia vai ara noa e ia tâmau tâtou i te fa’a’ohipa i te mau rave’a parurura’a e ia tâmau â tâtou i te fa’aea i te fare.

Te ‘oeha âpi no nia i te ma’i :

I nia i te ‘oeha âpi no nia i te tupura’a o teie ma’i i te fenua nei, ua papu i teie mahana, e 19 ta’ata aita tô ratou e mau tapa’o no teie ma’i Covid-19, e ua horoahia tâ ratou parau ha’apapura’a, e aita atoa ratou e fa’ahepo fa’ahouhia i te vai opaniopani noa i te fare. 56 ta’ata o tei ro’ohia i teie ma’i mai te omuara’a o tôna pârarera’a i te fenua nei. 37 atura ia ta’ata e vai noa nei e teie ma’i. E horoahia â te mau parau fa’atia no te faorera’a i te vaj opanipanira’a i te fare i teie hepetoma nei.

Te ha’amamara’a i te mau opanipanira’a i te fare : te mau ha’apâpura’a

Te faotira’a i te ha’amamara’a i te mau opanipanira’a i te fare nô te ta’a motu noa ia.

Area i Nia Matai nei, e ha’amamahia ia tera fa’aotira’a no te feia rave ‘ohipa no roto i te mau taiete patura’a fare.

E mea titauhia ra no te ta’atoara’a ia fa’atura i te mau faotira’a no te pârurura’a i teie ma’i e tae noa atu i te fa’aturara’a i te tere ra’a i te po. Te ani haehaahia atu nei i te huira’atira ia pâruru ia ratou e ia tamau i te mau pâruru vaha.

Te tere manureva ta‘a’e (Continuité territoriale) : tauihaa utuutura’a ma’i e ta’ata ma’i i fa’arevahia.

E fa’arue atu te piti o te manureva ta’a’e i te ‘oire no Paris i teie mahana toru. I nia i teie manureva, te vai ra te mau tauihaa utuutura’a ma’i, e 30 ta’ata ma’i e ho’i maira i te fenua nei e tô ratou mau ape’e. E nehenehe teie nûmera e taui, inaha hou ratou a reva ai, e hi’opo’ahia ratou. Ia tae maira i Tahiti nei, e fa‘ahepohia ratou ia fa’aea i roto i te tahi mau fare a te Hau Fenua no te hô’ê ma’orora’a e 21 mahana. Ua fa’arii ratou i teie faa’aura’a e o tâ ratou i tu’u rima.

Te parau no te ati pohe : te tauiuira’a o te fa’aturera’a

E taui roa te orara’a o te mau huira’atira nô te fenua nâ roto i teie ma’i pe’e, na reira atoa no te parau o te ati pohe. Tae mai i teie mahana, aore â ta’ata ma’i Covid-19 i fa’arue i te fenua nei. Ua rave ra te mau tia mana o te fenua i te tahi fa’aturera’a ia tupu noa mai te tahi ati pohe na roto i teie ma’i Covid19.

Ua ha’amana te Apoora’a Rahi no Porînetia farani i te faotira’a mana ma te tapura i te ma’i tirotiro SARS-Cov-2 (Covid-19) e ma’i pe’e, e ma te ha’apapu i te mau arataira’a no te feia e fa’arue mai na roto i teie ma’i pe’e. Na roto i teie irava ture, e ôpanihia te mau rapa’aura’a o te tino e te opanira’a i te utara’a i teie tino i pohe mai te peu aita ona i tu’uhia i roto i te afata. Te feia pohe na roto i te hô’ê ma’i ê atu i te Covid-19, e anihia i te feti’i ia fa’atura i te mau faotira’a no te feia e opanipanihia nei i te fare.

‘Ua ineine roa te Fare Ma’i no Taaone i te fa’aruru i te ma’i Covid-19

‘Ua riro te Fare Ma’i no Taaone ei hiora’a no te pae no te utuutura’a ma’i i te fenua nei. Mai te omuara’a o teie fifi ma’i Covid-19, ‘ua amui te ta’atoara’a o tâna mau pûpu ‘ohipa no te ha’amaura’a i te fa’anahora’a pâruru huira’atira i mua i teie ma’i pârare ma te tâhoe i tâna ‘ohipa,e te pû e ti’a’au i te mau fifi no te Covid-19.

No te mau rapa’aura’a i te feia ma’i e ere i te mea fifi roa : 12 ro’i tei fa’ata’ahia no teie feia ma’i o te Covid-19. E nehenehe teie nûmera i te ha’amarahia i nia i te faito 100 ro’i.

No te mau rapa’aura’a i te feia ma’i huru fifi : no teie feia ma’i, e titauhia te mau matini no te fa’aohiera’a i te hutira’a aho. ‘Ua fa’anahohia no ratou 40 ro’i no te rapa’aura’a ia ratou. ‘Ua tâta’ipiti te rahi ra’a ro’i ia faauhia i te nûmera o tei matauhia (18 ro’i).

Ma te turuhia e te Pû no te fenua nei e ti’a’au i te parau no teie fifi ma’i Covid-19, ‘ua ineine roa te Fare M’ai no Taaone i te fa’anaho 20 ro’i hau no te feia ma’i fifi. Ia amuihia te ta’atoara’a, 60 ia ro’i tei fa’aineinehia. ‘Ua poro’ihia te tahi mau matini no te hutira’a aho, o tei poro’ihia i te fenua Farâni e te Fenua Taina.

A ta’a noa atu teie mau fanahonahora’a âpi, te tamau nei te mau pûpu rave ‘ohipa a te Fare Ma’i i te fa’ari’i i te feia tau roa ma te ani ia ratou ia haere mai e farerei i tô ratou mau taote ma te tamau atoa i te rave i tâ ratou mau ra’au i fa’a’auhia.

Orara’a autahi : te ha’api’ira’a i te mau matahiapo i te horoi i te rima

‘Ua fa’atupu te mau tia no te pû e ti’a’au no te fifi o te ma‘i Covid-19, i teie monire, te hô’ê ha’api’ira’a matamua i te mau matahiapo ma te turuhia e te feia aau tae. Na teie mau ta’ata tauturu e fa’anaho i te tahi mau farereira’a tâmau i teie mau matahiapo.

I roto noa â o te orara’a autahi, ‘ua fa’ata’ahia te tahi pûpu ta’ata no te pae utuutura’a ma’i o te tere nei i roto i te mau fare toa ma te ani i tô ratou mau fatu ia fa’aturahia te parau no te pârurura’a i te mau hoani.

Ua piâhia i roto i te vea « La Dépêche » no teie monire, e 2 na âpi na te Fa’aterera’a o te Ea no nia i te horo’i ra’a i te rima. E pia â te vea « La Dépêche » i te tahi atu mau fa’auera’a no te pârurura’a ia tatou.

Te ha’amamara’a i te mau fa’aotira’a no te fa’aea i te fare i roto i te mau ta’a motu.

A ara : tamau â i te fa’aohipa i te mau ravea pâruru.

MĀURUURU E FA’AITOITO

Télécharger le bulletin d’information FR
Télécharger le bulletin d’information TH

EN SAVOIR PLUS

Coronavirus Covid-19
Je me protège
Je suis professionnel de santé
Questions fréquentes
BULLETINS CELLULE DE CRISE
Notes d’information
Supports

Nous suivre

Partager cet article